Meilleurs voeux

Mes chers lecteurs, pour une fois, je vais vous adresser un message personnel.

 

Tout d’abord, merci de votre attention et de votre fidélité. Merci surtout à ceux qui prennent la peine de commenter mes articles ou de proposer d’ouvrir le débat sur d’autres sujets, pratiquement toujours avec la plus grande courtoisie, qui n’exclut pas des échanges quelquefois “musclés” mais toujours respectueux.

 

Parce qu’un blog vit aussi – et surtout – du fait de ses lecteurs, je voudrais partager avec vous quelques statistiques. Non pas pour me vanter, mais pour que vous sachiez un peu comment ce blog fonctionne.Ce blog est consulté chaque jour par quelque 70 lecteurs différents, qui consultent en moyenne 3 pages.  Depuis janvier 2011, j’ai publié sur ce blog 140 articles, qui ont suscité 1240 commentaires. Je me suis fait un devoir de répondre à chacun d’eux, sauf lorsqu’il s’agissait des remarques qui n’appelaient de réponse particulière.

 

Par ailleurs, et à ma grande surprise, j’ai été amené à censurer – pardon, “modérer” – un nombre extrêmement faible de commentaires. Si l’on ne tient pas compte des messages publicitaires laissés par des “robots internet” et les messages personnels dont les auteurs eux-mêmes ne demandaient pas la publication, j’ai omis de publier à peine cinq ou six messages, soit parce qu’ils étaient injurieux et sans contenu, soit parce qu’ils étaient incompréhensibles.

 

Je profite pour remercier tous ceux qui m’ont encouragé tout au long de cette année. Plusieurs d’entre vous m’ont écrit pour me dire que ce blog leur apportait beaucoup. Je dois dire que c’est le cas pour moi aussi: non seulement parce que l’effort de formuler ses idées par écrit reste le meilleur moyen de trouver les “trous” de son propre raisonnement – même si cela est très frustrant quelquefois – mais aussi parce que l’échange avec mes lecteurs m’a permis d’élaborer certains points qui au départ étaient faibles ou nébuleux pour moi, et de réaliser que certaines idées qui me paraissaient évidentes par avance ne l’étaient pas et méritaient un examen plus critique. Certains d’entre vous m’ont proposé des références et des travaux que je ne connaissais pas et que j’ai trouvé très intéressants. Soyez en remerciés. Je voudrais aussi encourager mes lecteurs les plus “timides” à s’exprimer ici. Ce blog n’aurait pas de sens s’il se réduisait à une chaire. Ce sont les commentaires de mes lecteurs qui font vivre ce blog et me donnent envie d’écrire.

 

J’espère que nous pourrons continuer ensemble ce travail d’enrichissement mutuel. Ce blog restera en tout cas un lieu de débat libre et ouvert, ou les idées seront jugées en fonction de leur contenu, et non en fonction des étiquettes de celui qui les énonce, et où les vaches ne seront jamais sacrées.

 

Recevez, avec ces quelques commentaires, mes meilleurs voeux pour cette année 2012.

 

 

Descartes

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Meilleurs voeux

  1. Inquiet dit :

    Très bonne année à toi cher Descartes.

  2. dudu87 dit :

    Meilleurs voeux et surtout une bonne santé pour 2012, cher camarade!

  3. Bonne année 2012 Descartes, et continue à nous faire réfléchir.

  4. Benjamin dit :

    140 tout de même, puissiez-vous vous montrer aussi prolifique en 2012 ! (La matière ne devrait pas manquer, pour le meilleur et pour le pire.) Le “timide” que je suis entend votre remarque.
    Meilleurs voeux

  5. Paul dit :

    Merci  pour ton travail. Outre les moyens analytiques que tu peux nous proposer, ton site est aussi pour moi un espace de réassurance.

    Dans le milieu que je fréquente, dans lequel je peux m’engager dans des débats pas très faciles, c’est parfois assez difficile de constater l’isolement dans lequel je me retrouve à défendre la
    vision de l’intérêt général, alors que le positionnement général est plutôt libertaire.

    La défense du logiciel républicain est vécue comme agressive. Ou est-ce moi qui ne sais y mettre les formes?

    Je suis en accord avec toi lorsque tu dis que ce n’est qu’en période de crise aigüe que la pertinence de ce logiciel finit par apparaitre. Mais je me dis qu’il nous faut néanmoins essayer d’en
    faire passer quelque chose à quelques uns.

    Mais peu nombreux sont ceux qui veulent savoir…

    • Descartes dit :

      La défense du logiciel républicain est vécue comme agressive. Ou est-ce moi qui ne sais y mettre les formes?

      Je ne peux pas te répondre… puisque je ne connais pas les “formes” que tu y mets ! Mais je peux te dire que, dans le contexte actuel à gauche, celui qui défend le logiciel républicain doit être
      prêt à être mal perçu. Pourquoi ? Tout simplement parce que la gauche a trahi l’ambition républicaine et l’esprit des Lumières, mais n’assume pas et ne veut pas assumer cette trahison. C’est
      pourquoi tout rappel aux idéaux républicains est vécu à gauche comme un reproche, et donc comme une agression.

      Avec la génération 1968 aux commandes, la gauche est devenue “libérale-libertaire”. Mais en dehors de quelques personnalités – pensez à Cohn-Bendit – elle n’assume pas sa trasformation. Elle en a
      honte.

      Je suis en accord avec toi lorsque tu dis que ce n’est qu’en période de crise aigüe que la pertinence de ce logiciel finit par apparaitre. Mais je me dis qu’il nous faut néanmoins essayer
      d’en faire passer quelque chose à quelques uns.

      Je suis d’accord. C’est un peu ce que j’essaye de faire. Mais il faut le faire dans un esprit de réalisme: ce n’est pas demain qu’on verra ce logiciel s’imposer comme le dernier jeu vidéo à la
      mode. En l’absence d’une crise “existentielle”, les républicains peuvent au mieux chercher à gagner quelque influence sur les affaires publiques, à travers d’un travail de réflexion et de
      proposition qui va bien souvent au delà de leur influence électorale. Mais on ne peut pas viser beaucoup plus haut.

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *