Mrs Thunberg à l’Assemblée

Cette semaine, nous avons fait un pas de géant vers la transformation de notre vénérable institution parlementaire en succursale du divan rouge de Michel Drucker. Avec l’invitation de Greta Thunberg à s’exprimer devant les parlementaires volontaires, un pas symbolique a été franchi qui n’aurait jamais  dû l’être. Car comment demander aux Français de conserver le moindre respect envers l’institution parlementaire si les parlementaires eux-mêmes la discréditent avec des comportements de midinette ?

Qui est Greta Thunberg ? C’est une adolescente malade. Une adolescente obsédée par le changement climatique au point d’imposer à ses parents des changements dans leurs habitudes alimentaires ou dans les modes de transport qu’ils empruntent. Dans un autre contexte, on la qualifierait « d’enfant tyrannique », et on enverrait Super-nanny au secours de ses parents en détresse. Mais il paraît que si c’est fait pour la bonne cause, cela cesse d’être une pathologie pour devenir une qualité.

Il est tout à fait louable que les parlementaires cherchent à se faire une opinion sur les questions liées au réchauffement climatique – ou d’ailleurs à n’importe quelle question complexe – et qu’à cette fin ils entendent ce qu’ont à dire ceux qui ont sérieusement travaillé la question : les scientifiques d’abord, mais aussi les philosophes, les sociologues, les représentants des différentes catégories de citoyens. Mais pourquoi inviter Greta Thunberg ? Qu’est-ce qu’elle a à dire de nouveau, d’original, d’intéressant, de représentatif ?

La réponse est : rien. Greta Thunberg n’est ni une scientifique, ni une philosophe, ni une sociologue. Tout son travail de connaissance se limite à avoir lu le rapport du GIEC – sans avoir aucun instrument intellectuel pour juger de sa qualité – et à le brandir dans les meetings comme si c’était le graal. Et malgré son utilisation répétitive du « nous les enfants » dans chacune de ses interventions, personne ne l’a jamais mandaté pour parler au nom des enfants ou de qui que ce soit d’autre (1). Elle n’a donc rien à dire qui puisse éclairer les représentants du peuple français et les débats parlementaires. Alors, pourquoi l’inviter ? Parce qu’elle est célèbre, parce qu’elle fait le buzz. Invitez un scientifique, et personne ne viendra l’écouter. Invitez une célébrité, et tout le monde voudra en être. Dans le cirque qu’est devenu notre système politico-médiatique, la célébrité permet tout, justifie tout. Et ceux qui ont invité Thunberg – le député Mathieu Orphelin, un ancien de Greenpeace passé par le macronisme pour ne pas le nommer – cèdent à la mode publicitaire qui veut qu’un discours ne vaut dans l’opinion que s’il est porté par une célébrité. Un doute cruel me taraude tout de même. Pourquoi ne pas avoir invité Nabila ? N’avons nous pas suffisamment de célébrités névrosées chez nous pour devoir en importer de Suède ?

Ce qui nous amène à une deuxième question : qu’à fait Greta Thunberg pour devenir célèbre ? Elle a séché les cours tous les vendredis pour s’asseoir devant le parlement suédois avec une pancarte (2). Et ça suffit ? Oui, dans le monde de facebook de whatsapp, c’est très largement suffisant. Avoir 16 ans et un handicap, ça aide aussi, puisque l’enfant et le handicapé sont les deux grands intouchables dans notre société. Dans une société traversée par le discours victimiste, Greta Thunberg est la victime par excellence : victime de la maladie, victime des méchants adultes qui « ruinent son avenir ». Elle a tout ce qu’il faut pour qu’un grand avenir médiatique s’offre à elle. Cela étant dit, son discours n’a pas l’air très efficace : les députés qui ont écouté son sermon sont ensuite allés à l’hémicycle et voté le CETA, comme autrefois le bon bourgeois communiait à l’église avant d’aller passer un après-midi coquin à la maison close.

Ce que je trouve effrayant c’est de voir nos députés aller comme des moutons se faire sermonner par une adolescente qui finalement ne fait que débiter ce qu’elle a lu dans un rapport. N’ont-ils même pas un sursaut de fierté, un minimum de conscience de la dignité de leur fonction ?

Descartes

(1) Une illustration parmi d’autres de cette prétention à représenter à elle seule l’opinion « des enfants » : « De nombreuses personnes, politiques, chefs d’entreprise, journalistes, disent qu’ils ne sont pas d’accord avec ce que nous disons. Ils disent que nous, les enfants, nous exagérons, nous sommes des alarmistes ». Notez l’usage du « nous » : Greta Thunberg prétend  clairement que ses opinion sont celles « des enfants » (discours prononcé le 23 juillet 2019 à l’Assemblée nationale). Vous un voulez une autre illustration ? « C’est bien la charge que vous laissez aux enfants : nous devenons les affreux qui avons à dire ces choses très désagréables aux gens parce que personne d’autre ne veut le faire, ou n’ose le faire, (…) et simplement parce que nous citons ces chiffres, ces faits scientifiques, nous sommes l’objet de haine et de menaces. »

(2) Cette affaire de grève scolaire a donné d’ailleurs lieu à un échange assez amusant lors de la conférence à l’Assemblée nationale. A une député qui notait que l’éducation était trop importante pour se permettre de sécher les cours, l’une des jeunes accompagnant Thunberg à répondu qu’elle avait obtenu le bac avec mention très bien. Ce qui pose une intéressante question : à quoi bon payer des professeurs pour faire cours le vendredi, si on peut parfaitement obtenir une mention très bien sans aller en cours ce jour-là ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

66 réponses à Mrs Thunberg à l’Assemblée

  1. luc dit :

    [les députés qui ont écouté son sermon sont ensuite allés à l’hémicycle et voté le CETA, comme autrefois le bon bourgeois communiait à l’église avant d’aller passer un après-midi coquin à la maison close]..
    Excellente démonstration des mauvais effets du victimisme !
    Thunberg cependant ,ne demande pas l’appitoiement , elle parle du climat.
    A la façon d’un robot , non ?
    Du masque de Don Juan,au visage torve mais inexpressif de l’homme de marbre , en passant par celui sans affects du pur financier , les droïdes et les cyborgs existent de puis longtemps.
    Quant aux propositions qu’ils énoncent , il est probables qu’elles sont entachées de manipulations.
    Mais quelles sont les preuves que Thunberg est manipulée et par qui,?
    Par EDF ?
    Jean Marie Lepen , lorsqu’il soutient la PMA pour TOUTES les femmes est il manipulé par autrui ou énonce t il ses idées ?

    • Descartes dit :

      @ luc

      [Thunberg cependant, ne demande pas l’apitoiement, elle parle du climat.]

      Alors, pourquoi porte-t-elle son syndrome d’Asperger en bandoulière ? A quoi sert cette publicité sur sa condition, sinon à jouer sur l’apitoiement – et sa conséquence inévitable, l’inattaquabilité ?

      En fait, Thunberg est une enfant malade. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est son service de presse : Ce qui devient monstrueux dans notre société, c’est qu’on inverse les valeurs au point de faire de cette maladie une vertu. On est revenus à l’antiquité, quand les fous passaient pour des « illuminés » inspirés par les dieux. Thunberg a le profil parfait de ce qu’on appelle « l’enfant tyran » : conviction absolue de détenir la vérité, aucune tolérance à la contradiction ou la frustration, volonté absolue de domination. Et vous n’avez qu’à lire ses discours pour vous en convaincre : ceux qui la contredisent sont des fous, des aveugles ou des immatures.

      [Quant aux propositions qu’ils énoncent , il est probables qu’elles sont entachées de manipulations. Mais quelles sont les preuves que Thunberg est manipulée et par qui, par EDF ?]

      Mais pourquoi voulez-vous qu’elle soit « manipulée » ? Greta Thunberg n’est qu’une star de la téléréalité de plus. Son entourage a vu le créneau médiatique, et l’exploite avec une certaine habileté.

      • Ian Brossage dit :

        @Descartes

        > Et vous n’avez qu’à lire ses discours pour vous en convaincre : ceux qui la contredisent sont des fous, des aveugles ou des immatures.

        Cela me rappelle cette phrase de Desproges : « L’ennemi est bête : il pense que l’ennemi, c’est nous, alors que c’est lui ».

        • Désert dit :

          Tout à fait d’ accord.
          Je me réjouis de l’engagement de ce jeunes sans compromis ni compromission au service de la préservation de la planète et de la vie.
          Je connais trop d’adultes qui pour le pouvoir, l’argent et autres colifichets et fausses valeurs ont sacrifié leur leur commune, leur département…
          Bref le combat face à l’urgence climatique nécessite la mobilisation de tous et le concours des jeunes générations comble le vide irresponsable résultant de l’inaction de la “grande armée” des adultes.

          • Descartes dit :

            @ Désert

            [Je me réjouis de l’engagement de ce jeunes sans compromis ni compromission au service de la préservation de la planète et de la vie.]

            De quels « jeunes » voulez-vous parler ? De ceux qui sèchent les cours le vendredi pour se promener avec des pancartes ? Peut-on appeler cela un « engagement » ? Pour moi, la réponse est « non ». S’engager, c’est donner quelque chose de soi : son temps, son argent, sa vie. L’engagement implique nécessairement un don de soi. Je ne « m’engage » pas quand je cuisine mon plat préféré, ou quand je vais voir un film que j’aime.

            Je trouve d’ailleurs votre formule très contradictoire : l’engagement implique nécessairement un compromis.

            [Je connais trop d’adultes qui pour le pouvoir, l’argent et autres colifichets et fausses valeurs ont sacrifié leur leur commune, leur département…]

            Je vous rassure, cela arrive aussi aux « jeunes ». Pour le pouvoir, l’argent et autres colifichets, certains rackettent à la sortie des lycées, agressent d’autres jeunes, en arrivent même à tuer. Idéaliser la jeunesse et dévaloriser l’adulte est non seulement dangereux, mais faux.

            [Bref le combat face à l’urgence climatique nécessite la mobilisation de tous et le concours des jeunes générations comble le vide irresponsable résultant de l’inaction de la “grande armée” des adultes.]

            Attendez… de quelle « action » parlez-vous ? Au risque de vous décevoir, les jeunes qui sèchent les cours le vendredi – mais qui ont tous en poche leur téléphone portable, et qui remplissent les vols « low cost » quand il s’agit de partir en vacances – n’ont fait baisser d’un dixième de degré la température planétaire. La « grande armée des adultes » qui ont construit le programme électronucléaire français ont économisé en un an plus d’émissions de CO2 que toutes les mobilisations des « jeunes générations » depuis le début des temps.

            Pour moi, la jeunesse est un moment de la vie. Un moment passager, d’ailleurs. Les jeunes d’aujourd’hui seront adultes demain… alors opposer la mobilisation des jeunes à l’inaction des adultes, cela n’a pas de sens. D’ailleurs, moi je ne demande que ça, de pouvoir sécher mon boulot tous les vendredis comme le font les jeunes pour aller me promener une pancarte à la main. Seulement, si je faisais cela je me ferais virer. Et contrairement à cette merveilleuse jeunesse, j’ai une famille à nourrir, moi.

  2. VIO59 dit :

    On peut même obtenir une mention très bien en candidat libre, mais cela ne durera pas. Avec le contrôle continu qui est appelé à remplacer les épreuves, l’expérimentation a débuté avec le bac 2019, on ne comprend pas comment ni pourquoi quelqu’un tenterait un certificat de scolarité en candidat libre.
    C’est amusant avec ce qui se prépare en France tout le monde pourra avoir le bac, même les plus nuls, sauf ceux qui auront séché les cours ! Donc pas de Greta Thunberg française…

    • Descartes dit :

      @ VIO59

      [On peut même obtenir une mention très bien en candidat libre, mais cela ne durera pas. Avec le contrôle continu qui est appelé à remplacer les épreuves, l’expérimentation a débuté avec le bac 2019, on ne comprend pas comment ni pourquoi quelqu’un tenterait un certificat de scolarité en candidat libre.]

      Je n’y avais pas pensé, mais vous avez raison : comment vont faire les gens qui passent le bac en candidat libre, par exemple parce qu’ils font leur scolarité par l’enseignement à distance… comment fera-t-on pour leur accorder une note par contrôle continu ?

  3. Vincent dit :

    > une intéressante question : à quoi bon payer des professeurs
    > pour faire cours le vendredi, si on peut parfaitement obtenir
    > une mention très bien sans aller en cours ce jour-là ?

    Je suis ravi de pouvoir répondre à une de vos interrogations : obtenir une mention très bien n’est plus une preuve de très bon niveau. Et dès lors, il n’y a plus de contradiction, puisqu’il est possible de ne pas avoir un très bon niveau en séchant les cours.

    J’en veux pour preuve que l’indicateur de niveau des lycées, qui était il y a 20 ans le taux de réussite au bac, et parfois le taux de mentions, est devenu, pour les bons lycées, le taux de mentions très bien (certains dépassent les 70 / 80% !).
    La proportion de mentions très bien, qui était largement en dessous de 1%, dépasse maintenant les 12%, alors que je doute que le niveau global ait tellement augmenté…

    Il n’y a plus de contradiction, par exemple, entre “avoir eu son bac avec mention TB”, et “faire plus de 3 fautes d’orthographe par ligne”.

    • Descartes dit :

      @ Vincent

      [Je suis ravi de pouvoir répondre à une de vos interrogations : obtenir une mention très bien n’est plus une preuve de très bon niveau.]

      C’est malheureusement très vrai. Alors que tous les indicateurs concernant notre système éducatif sont au rouge – et je ne parle pas des évaluations PISA, qui sont biaisées dans un sens qui ne correspond pas à l’idée que je me fais des missions de l’éducation publique, mais des évaluations internes à l’Education nationale – on observer une amélioration continue du taux de réussite au bac. Cette année on en est à 92% pour le bac général… et non seulement cela : les bacheliers sans mention sont maintenant minoritaires : dans les sections scientifique et littéraire, presque deux bacheliers sur trois ont une mention (63% et 62% respectivement), alors que dans la section économique et social c’est plus d’un bachelier sur deux (55% pour être précis).

      Quant à la mention « très bien », autrefois le graal, elle est accordée maintenant à un bachelier sur huit (12%). Pour donner une idée, en 1989 les bacheliers sans mention étaient 75%, et ceux qui décrochaient la mention « très bien » étaient… 0,8% du total. Alors de deux choses l’une : ou bien notre système éducatif a considérablement progressé en trente ans, ou bien le niveau d’exigence a beaucoup baissé. A vous de choisir…

      [Il n’y a plus de contradiction, par exemple, entre “avoir eu son bac avec mention TB”, et “faire plus de 3 fautes d’orthographe par ligne”.]

      Oui… quand je pense que j’ai toujours été un très bon élève, et que malgré cela je n’ai même pas réussi à décrocher la mention « très bien »… Mais cela me rappelle la nouvelle d’Alphonse Allais, écrite à une époque ou pas mal de gens du monde portaient des fausses décorations. La nouvelle raconte l’histoire d’un homme qui, s’étant précipité dans un canal pour sauver deux enfants, se voit remettre le ruban de chevalier de la Légion d’Honneur, qu’il porte fièrement à la boutonnière. Des amis qui le croisent lui demandent pourquoi porte-t-il le ruban, et non pas le bouton qui marque le grade supérieur d’officier. Et notre homme de répondre « oui, mais celui-là, il est vrai ».

      • Ian Brossage dit :

        > Mais cela me rappelle la nouvelle d’Alphonse Allais, écrite à une époque ou pas mal de gens du monde portaient des fausses décorations. La nouvelle raconte l’histoire d’un homme qui, s’étant précipité dans un canal pour sauver deux enfants, se voit remettre le ruban de chevalier de la Légion d’Honneur, qu’il porte fièrement à la boutonnière.

        De nos jours, les critères d’attribution de la vraie Légion d’Honneur sont suffisamment larges pour se dispenser de fausses décorations, non ? Quand on voit qui nos gouvernements décorent…

        • Descartes dit :

          @ Ian Brossage

          [De nos jours, les critères d’attribution de la vraie Légion d’Honneur sont suffisamment larges pour se dispenser de fausses décorations, non ? Quand on voit qui nos gouvernements décorent…]

          C’est surtout que la Légion d’Honneur a perdu l’aura et le prestige social qu’elle pouvait avoir au XIXème siècle. A l’époque, on cédait la place dans une queue ou le siège à celui qui avait le ruban ou la rosette. Cela vous garantissait aussi une bonne table dans un restaurant, une bonne place au théâtre, la considération des banquiers…

      • Vincent dit :

        >> Je suis ravi de pouvoir répondre à une de vos
        >> interrogations : obtenir une mention très bien
        >> n’est plus une preuve de très bon niveau.]

        > C’est malheureusement très vrai.

        J’étais certain qu’en écrivant cela, j’aurai le plaisir, pour une fois, de ne pas être contredit 🙂

  4. Philippe Dubois dit :

    Bonjour

    Greta Thunberg est-elle
    – un enfant tyrannique qui impose ses lubies à des parents dépassés
    – ou, au contraire, une pauvre gosse manipulée et exhibée telle une bête de foire par des parents militants chevronnés de la deep ecology et par une clique de nuisibles de première classe qui se camoufle derrière ?

    Ces anthropopithèques* sont d’autant plus ignobles qu’ils profitent du handicap de cette gamine pour faire avancer leur idéologie et/ou leurs intérêts

    Par ailleurs, sur le fond, l’invitation en grande pompes de GT devant les députés me semble une manoeuvre destinée à nous faire avaler un grand saladier d’écologie bien punitive, à coups de normes, de règlements et de taxes qui pénaliseront encore une fois les plus modestes, ceux de la France périphérique

    * Le Capitaine Haddock vient à mon secours car le premier mot qui m’est venu à l’esprit aurait été de nature à heurter la sensibilité des jeunes téléspectateurs

    • Descartes dit :

      @ Philippe Dubois

      [Greta Thunberg est-elle
      – un enfant tyrannique qui impose ses lubies à des parents dépassés
      – ou, au contraire, une pauvre gosse manipulée et exhibée telle une bête de foire par des parents militants chevronnés de la deep ecology et par une clique de nuisibles de première classe qui se camoufle derrière ?]

      Je ne connais pas assez pour le dire, mais si l’on s’en tient à ce qui a été publié, la réponse est probablement « les deux, mon général ». Le caractère tyrannique de l’enfant s’est révélé bien avant qu’elle soit célèbre, puisque sa biographie officielle déclare que sous sa pression son père et sa mère sont devenus végans et ne prennent plus l’avion. Il est aussi très clair que dès qu’elle a commencé sa campagne publique, elle a été prise en main par un spécialiste des relations publiques, Ingmar Retzog, qui semble-t-il est une relation des parents de Greta, avec qui il a participé à des actions écologistes, et qui a fondé une « start-up » mêlant écologie et business, dont un certain nombre de figures du capitalisme suédois sont actionnaires, et dont Greta Thunberg a été pendant quelque temps « jeune conseillère ».

      [Ces anthropopithèques* sont d’autant plus ignobles qu’ils profitent du handicap de cette gamine pour faire avancer leur idéologie et/ou leurs intérêts]

      « All is fair in love and war » (« A la guerre et à l’amour, tout est permis »). Et c’est encore pire dans les affaires. On nous vend des bouquins médiocres sous prétexte qu’ils sont écrits par des tétraplégiques, on est prié d’applaudir des films dont l’acteur principal est autiste. Pourquoi n’utiliserait-on pas ce genre de recours dans la propagande politique ?

      Ce que je trouve amusant, c’est de voir nos députés aller comme des moutons se faire sermonner par une adolescente qui finalement ne fait que débiter ce qu’elle a lu dans un rapport. N’ont-ils même pas un sursaut de fierté, un minimum de conscience de la dignité de leur fonction ?

    • Ian Brossage dit :

      @Philippe D.

      > Par ailleurs, sur le fond, l’invitation en grande pompes de GT devant les députés me semble une manoeuvre destinée à nous faire avaler un grand saladier d’écologie bien punitive, à coups de normes, de règlements et de taxes qui pénaliseront encore une fois les plus modestes, ceux de la France périphérique.

      Si c’est ça, alors je pense qu’on va pouvoir s’amuser : la plupart des Français se fichent comme d’une guigne de Greta Thunberg. Un certain nombre de commentateurs avertissent, à mon avis à juste titre, sur le côté très contre-productif de cette invitation aux accents religieux et pénitentiels.

      Par exemple Gérald Bronner (par ailleurs soutien de l’Afis – Association française pour l’information scientifique – plusieurs fois mentionnée ici) :
      https://www.lopinion.fr/edition/politique/climat-gluten-ondes-vaccins-nous-sommes-satures-d-offres-peur-193547

      • Descartes dit :

        @ Ian Brossage

        [Si c’est ça, alors je pense qu’on va pouvoir s’amuser : la plupart des Français se fichent comme d’une guigne de Greta Thunberg. Un certain nombre de commentateurs avertissent, à mon avis à juste titre, sur le côté très contre-productif de cette invitation aux accents religieux et pénitentiels.]

        Ne sous-estimez pas le poids d’une idéologie dominante. Je ne sais pas combien de Français écoutent Greta Thunberg, mais même si le bruit médiatique autour d’elle n’est qu’une goutte d’eau, ce sont les gouttes d’eau qui font les fleuves. L’autiste suédoise – et ceux qui organisent le cirque autour d’elle – participent à l’infantilisation du débat public. La plupart des Français se fichent peut-être de Greta Thunberg, mais pour beaucoup d’adolescents elle est présentée démagogiquement comme un modèle – à la fois un prétexte pour sécher les cours, et une confirmation du fait que les adultes sont dépassés et que le monde serait mieux gouverné si les adolescents prenaient le pouvoir, que voulez-vous de plus ? – pour les adolescents. Et ça marche, le bourrage de crâne « environnemental » aujourd’hui obligatoire dans n’importe quel institution d’enseignement qui se respecte aidant. Car il ne faut pas se tromper : à l’école, l’environnement a pris la place qu’on réservait autrefois à la Nation ou à la République.

        • Pierre dit :

          @ Descartes

          (((Greta Thunberg (…) est présentée démagogiquement comme un modèle (…) – pour les adolescents. Et ça marche)))

          Je n’en suis pas si convaincu. je n’ai vu nulle part l’echo de “manifestations” régulières du vendredi, et dans l’etablissement ou exerce mon épouse, aucun élève ne sèche les vendredis au prétexte de suivre GT.

          En fait, la grande majorité des ados reste envers et contre tout dans une logique consumériste très très classique.

          • Descartes dit :

            @ Pierre

            [Je n’en suis pas si convaincu. je n’ai vu nulle part l’echo de “manifestations” régulières du vendredi, et dans l’etablissement ou exerce mon épouse, aucun élève ne sèche les vendredis au prétexte de suivre GT.]

            Il est vrai qu’en France ce genre de “happening” ne suscite qu’un écho limité – ce dont je pense nous pouvons être fiers. Malgré la campagne de bourrage de crâne, nos jeunes restent trop “cartésiens” pour céder massivement au spiritualisme écologique façon Thunberg. Mais dans l’Europe nordique, la chose fait des ravages.

  5. Lazeby dit :

    Bonjour Descartes.

    Je m’aventure à vous contredire mais je trouve cette fois votre article vraiment trop réducteur, car il fait de Greta Thunberg une histoire d’enfant roi parmi d’autres, propulsé sur la scène médiatique -et parlementaire- comme n’importe quel objet de télé réalité pourrait le devenir aujourd’hui, en tyrannisant au passage ses pauvres parents qui n’en peuvent mais.
    L’on pourrait en effet se contenter de voir en cette gamine un fruit édifiant du hasard et de l’air du temps, et qui vérifierait les deux adages les mieux partagés à notre époque : « la vérité sort toujours de la bouche des enfants » et , bien sûr, l’inévitable : « la femme est l’avenir de l’homme ».
    Libre aux esprits grincheux de voir au contraire dans cette inquiétante femme enfant l’avènement d’une nouvelle race mutante de mère fouettarde, syndrome d’Asperger ou pas.

    Mais s’agit-il vraiment et seulement de cela ? Une blogueuse (Karine Bechet Golovko sur son blog Russie Politics) faisait hier la comparaison à mon sens heureuse avec Samantha Smith en 1982, cette gamine américaine cette fois qui avait écrit à Yuri Andropov pour lui demander des comptes sur « la paix dans le monde » et qui avait été reçue comme une ambassadrice à Moscou.
    C’est vrai que ses missives sentaient plutôt le diplomate -ou l’officier traitant- essayant de se faire passer pour un bébé écrivant à ses autorités de tutelle. Mais passons et paix à son âme puisque l’aventure finit pas se crasher avec l’avion de l’agnelle Samantha en 1985.

    Je crois que pour causer de charbon, il faut avoir été à la mine, et, concernant Greta Thunberg, il s’est trouvé quand même des gens pour prendre le monte charge et descendre dans les profondeurs pleines de surprise de la mine d’or qui a vu surgir la demoiselle.

    Je m’appuie ici sur l’enquête très fouillée réalisée par Cory Morningstar, une journaliste américaine (et militante écologiste ce qui a son importance) qui tend à démontrer que rien finalement n’est du au hasard dans l’apparition du personnage joué par Greta -car il s’agit bien de cela, je dirai même  habité plus que joué- et que tout ici au contraire relève de la manipulation et de la propagande à des fins précises.
    Vous pouvez consulter cette enquête, dont la publication est encore en cours, sur le site ENTELEKHEIA.fr (je sais que vous n’aimez pas que l’on donne des références de site mais je ne vois pas comment faire autrement, Descartes, l’autre, a dit aussi pas mal de conneries en s’en remettant à la seule raison pure).

    Vous y apprendrez que, dès l’origine -la fameuse grève scolaire de d’août 2018 dont on peut se demander pourquoi et comment elle fut si fameuse- Greta Thunberg était cornaquée par « We don’t have time » une société technologique suédoise dont le PDJ, Ingmar Rentzhog -la première personne à avoir tweeté sur Greta- était également le fondateur de Laïka, une société de conseil en communication dans le secteur financier, et membre du groupe de travail européen de l’organisation d’Al Gore « Climate Reality Project », partenaire également de « We don’t have time » ce qui ferme la boucle.

    Mais avant même les premiers tweets de Rentzhog sur la grève scolaire, « We don’t have time » mentionnait dans ses plaquettes publicitaires la présence étrange de deux conseillers spéciaux pour la jeunesse : Greta Thunberg et une fille du même âge, Jamie Margolin, américaine de son état, comme quoi le monde est un village.
    Celle-ci avait déjà une certaine bouteille puisqu’elle avait fait partie un an auparavant -sans doute de sa propre initiative- des 13 plaignantes qui avait assigné l’état de Washington en justice pour sa « négligence climatique ».
    Elle avait également fondé l’ONG pour la jeunesse Zéro Four, patronnée par Al Gore -décidément celui-là aime la jeunesse- dont Greta Thunberg était devenue membre !
    Je vais arrêter ici la recension de toute cette tambouille, mon but n’étant pas de paraphraser l’article de référence, mais il y a bien d’autres surprises tout aussi exquises pouvant permettre de jeter l’hypothèse du hasard aux orties.
    Celle-ci, tout de même  (voir partie 3 de l’article). Greta Thunberg est aussi la dernière née d’une famille prestigieuse et richissime, son aïeule étant le chimiste Svante Arrhénius (1859 1927), rien moins que celui qui élabora la théorie du réchauffement climatique par effet de serre à partir des travaux de Joseph Fourier !
    Je me demande d’ailleurs si Greta Thunberg, plutôt que son syndrome d’Asperger, ne serait pas plutôt malade d’être la dépositaire terminale du poids de l’auguste ancêtre de la famille. Il faudrait en parler à Aldo Naouri.

    Pour conclure ce chapitre en ouvrant le coffre du schmilblick, vous estimez, Descartes, que le sermon de Greta Thunberg n’a pas prêté à conséquence puisque les députés ont voté dans la foulée le CETA sans états d’âme.
    Ne devriez vous pas plutôt vous demander si les intérêts qui sont et derrière le CETA et derrière la donzelle ne seraient pas, par le plus grand des hasards, les mêmes ?

    Dernière chose puisque cette question du réchauffement climatique hante et enchante mes nuits depuis au moins trois décennies (j’ai oublié de me présenter : retraité, bac d’eau chaude et d’eau froide plus 47 ans d’hôtellerie, bar, restauration. Lecteur assidu la nuit, pas eu trop le temps la journée).
    Vous nous dites, avec une candeur touchante (je vois clair en vous désormais : vous êtes un grand poète de l’innocence perdue) :

    « Il est tout à fait louable que les parlementaires cherchent à se faire une opinion sur les questions liées au réchauffement climatique – ou d’ailleurs à n’importe quelle question complexe – et qu’à cette fin ils entendent ce qu’ont à dire ceux qui ont sérieusement travaillé la question : les scientifiques d’abord, mais aussi les philosophes, les sociologues, les représentants des différentes catégories de citoyens. Mais pourquoi inviter Greta Thunberg ? Qu’est-ce qu’elle a à dire de nouveau, d’original, d’intéressant, de représentatif ?

    Ben oui, pourquoi en fait le grand débat sur cette question cruciale -puisque l’on parle désormais de mobiliser des billions de dollars pour la résoudre- n’a JAMAIS eu lieu pas plus au parlement qu’ailleurs ?

    Pourquoi ne sait-on pas que la théorie d’Arrhénius dés son origine a été jugée contestable par d’autres scientifiques, comme le physicien RW Wood qui, par une expérience très simple (la boîte en halite de Wood) avait démontré que le piégeage de l’infra rouge ne jouait qu’un rôle marginal dans le réchauffement de l’atmosphère ?

    Pourquoi tous les scientifiques qui ont essayé de provoquer le débat lorsque le train du GIEC s’est mis en branle il y a plusieurs décennies ont été derechef étiquetés « hurluberlus » et sont morts avec la pancarte : Marcel Leroux, Jacques Duran (merci à celui-là d’avoir répondu avec patience à mes mails de béotien), Robert Vivian et d’autres, dont il n’y a pas besoin d’être spécialiste ni de fouiller loin sur le web pour avoir des aperçus tant de leur sérieux que de la qualité de leurs travaux.

    Pourquoi les choses ne sont sont pas améliorées avec les scientifiques encore vivants comme Vincent Courtillot ou Henrik Svensmark, le père de « l’autre » théorie du réchauffement, celle qui évoque la piste des vents magnétiques solaires qui influeraient sur la formation des nuages et que l’actuaire-climatologue (c’est-à-dire climatologue comme ma grand-mère) Olivier Berruyer s’est un jour permis de traiter « d’imposteur » (imposteur Svensmark ! Un type qui s’est ruiné la santé pour mener à bien ses expériences et qui a quand même fini par trouver le CERN de Genève pour les mener à bien) ?

    Pourquoi ne parle-t-on pas des scientifiques qui ont fait partie de bonne foi du GIEC et qui, comme Richard Lindzen ou la célèbre Judith Curry, ont fini par en partir, las de voir leurs travaux dénaturés dans les rapports de l’organisme ?

    Pourquoi les médias ne parlent jamais des milliers de scientifiques qui depuis quinze ans contestent par pétition cette hypothèse du réchauffement anthropique, celle du physicien F. Seitz en 2007, celle du NIPCC en 2009, aujourd’hui celle en cours du géologue italien Uberto Crescenti, et pourquoi les mêmes médias continuent à n’évoquer qu’une hypothétique « communauté des scientifiques » qui s’entendraient comme larrons en foire sur cette question ?
    Je vais arrêter là mes questionnements et ma manière parfois lapidaire de les poser, sachant que celle-ci ne vise qu’à susciter le flux je dirai incandescent de vos réflexions.
    Bien à vous, Descartes.

    • Descartes dit :

      @ Lazeby

      [Mais s’agit-il vraiment et seulement de cela ? Une blogueuse (Karine Bechet Golovko sur son blog Russie Politics) faisait hier la comparaison à mon sens heureuse avec Samantha Smith en 1982, cette gamine américaine cette fois qui avait écrit à Yuri Andropov pour lui demander des comptes sur « la paix dans le monde » et qui avait été reçue comme une ambassadrice à Moscou.]

      Le parallèle ne me paraît pas très heureux. Samantha Smith écrivit à Youri Andropov comme un enfant écrit à un adulte : pour poser des questions. La lettre de Smith ne prétend pas faire la leçon à Andropov ou lui dire ce qu’il doit ou ne doit pas faire. Par ailleurs, Smith ne se prévalait du moindre handicap, et ne prétendait pas changer les habitudes de vie de ses parents. Et même si les soviétiques ont largement utilisé l’affaire à des fins de propagande, personne à ma connaissance n’a soutenu sérieusement que la lettre envoyée par Samantha Smith ne fut pas spontanée. Par ailleurs, si les soviétiques ont invité la jeune Smith à visiter l’URSS, cette visite fut purement touristique (visite des principales villes de l’URSS et séjour dans le camp des pionniers d’Artek) mais n’incluait aucun volet politique : elle ne rencontra pas Andropov ou aucun autre dirigeant politique de premier plan et elle ne fut pas invitée à s’adressa au Parlement soviétique.

      [C’est vrai que ses missives sentaient plutôt le diplomate -ou l’officier traitant- essayant de se faire passer pour un bébé écrivant à ses autorités de tutelle.]

      Pas vraiment. Le texte de la lettre est tout à fait compatible avec ce que peut écrire une fille américaine de 10 ans. A ma connaissance, personne n’a d’ailleurs jamais soutenu sérieusement que Samantha Smith ait été manipulée pour écrire cette lettre, et on voit d’ailleurs mal l’intérêt de le faire : des écolières qui écrivent ce type de lettres aux grands de la terre, ça arrive tous les jours. Que les soviétiques aient sauté sur l’occasion, c’est certain. Qu’ils l’aient suscitée, c’est moins évident.

      [Vous y apprendrez que, dès l’origine -la fameuse grève scolaire de d’août 2018 dont on peut se demander pourquoi et comment elle fut si fameuse- Greta Thunberg était cornaquée par « We don’t have time » une société technologique suédoise dont le PDJ, Ingmar Rentzhog -la première personne à avoir tweeté sur Greta- était également le fondateur de Laïka, une société de conseil en communication dans le secteur financier, et membre du groupe de travail européen de l’organisation d’Al Gore « Climate Reality Project », partenaire également de « We don’t have time » ce qui ferme la boucle.]

      Tout ça bien connu. Mais ce qui me laisse plus sceptique est votre suggestion qu’il existerait un Grand Komplot liant Thunberg, Renthzhog, Gore, les services américains et les partisans du CETA. Personnellement, et tant que le complot n’est pas prouvé, je m’en tiens aux résultats du rasoir d’Occam, que je garde toujours à portée de main. Il y a un « business » du Climat, tout simplement parce que des petits malins ont réalisé que dès lors que le climat devient une préoccupation sociale, les entreprises et les ONG vont avoir besoin de conseillers en communication, de consultants, de lobbyistes connaissant le sujet et ayant le bon carnet d’adresses. Et accessoirement, l’intérêt du public permet de monter de juteuses opérations « évènementielles ». Il y a donc du fric à se faire, et c’est pourquoi on voit des publicitaires et des spécialistes du conseil comme Rentzhog tourner autour de ces affaires comme des vautours.

      Je vais vous raconter une anecdote personnelle. Il y a déjà pas mal d’années, je militais dans une ville de province. A l’époque, l’auteur à la mode était Viviane Forrester qui venait de publier « l’Horreur économique », et mes chers camarades – contre mon avis, je dois le dire – se sont dits qu’organiser une soirée où elle serait l’invitée d’honneur serait la meilleure manière d’attirer les chalands. Ils m’ont demandé donc de prendre contact avec elle pour l’inviter à notre soirée, étant entendu qu’on lui payerait bien entendu le train et la nuit d’hôtel. L’attaché de presse de Mme Forrester me prit très gentiment au téléphone pour m’annoncer que Madame consentirait à se déplacer à condition qu’on lui paye le train en première classe, le meilleur hôtel de la ville… et 10.000€ cash. Eh oui, en une conférence vous vous faites un smic annuel. Inutile de vous dire que la conférence n’eut jamais lieu.

      Alors, pourquoi aller chercher des obscurs complots alors que tout est bien plus simple ? Vous verrez, d’ici quelque temps Greta Thunberg écrira un livre qui se vendra très bien, puis donnera des conférences – payantes, cela va de soi. Elle écrira ses mémoires – pourquoi pas les intituler « Mon combat » ? – et vendra les droits pour faire un biopic à faire pleurer dans les chaumières. Elle se présentera aux élections éuropéennes – n’importe quelle liste écologiste sera ravie de l’accueillir par exemple au Parlement européen – et aura un très bon salaire plus frais de mandat et une belle retraite après. Pour des parents inquiets de l’avenir d’une fille handicapée, avouez que c’est un soulagement…

      [Pour conclure ce chapitre en ouvrant le coffre du schmilblick, vous estimez, Descartes, que le sermon de Greta Thunberg n’a pas prêté à conséquence puisque les députés ont voté dans la foulée le CETA sans états d’âme.]

      C’est pas ce que j’ai dit. Ce que j’ai dit, c’est qu’un certain nombre de députés vont faire acte de présence chez Thunberg comme on va à confesse avouer ses péchés… mais que cela ne vous empêche pas de continuer à en commettre. La présence à ce genre d’événements indique moins une conviction qu’il faut faire quelque chose pour le climat que la conviction qu’il faut être vu là où il se dit qu’il faut faire quelque chose sur le climat.

      [Dernière chose puisque cette question du réchauffement climatique hante et enchante mes nuits depuis au moins trois décennies (j’ai oublié de me présenter : retraité, bac d’eau chaude et d’eau froide plus 47 ans d’hôtellerie, bar, restauration.]

      « Dans ma vie j’ai été militaire, socialiste et pilier de bistrot. C’est dire, si j’en ai entendu, des conneries… » (Michel Audiard)

      [Ben oui, pourquoi en fait le grand débat sur cette question cruciale -puisque l’on parle désormais de mobiliser des billions de dollars pour la résoudre- n’a JAMAIS eu lieu pas plus au parlement qu’ailleurs ?]

      Ce n’est pas vrai. Ce débat a lieu et depuis longtemps dans des enceintes scientifiques, bien loin des yeux du public. Il n’a pas lieu dans les enceintes politiques parce qu’il n’intéresse en fait pas les politiciens. C’est le point que j’essayais de démontrer plus haut. Le but de la politique, disait Queuille, ce n’est pas de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent. Pour les politiques, le problème n’est pas le réchauffement climatique, mais le réchauffement médiatique.

      L’essentiel des politiques environnementales des dernières années est sacrificiel. Chaque ministre de l’écologie liste les milliards dépensés pour développer les énergies renouvelables ou sortir de circulation les vieilles voitures. Le fait que ces milliards dépensés ne servent à rien n’émeut personne, parce que ces milliards sont un sacrifice. Les romains brûlaient des agneaux et des bœufs pour montrer combien ils aimaient leurs dieux, nous brûlons des milliards pour montrer au monde combien nous aimons l’environnement.

      • Lazeby dit :

        Le dernier paragraphe de votre commentaire me donne à penser et c’est là où peut-être nous pourrions nous rejoindre.
        Toute grande croyance collective ne passe-t-elle pas obligatoirement par une phase qu’il n’est pas stupide de qualifier de « complotiste » au sens propre -c’est-à-dire qui a superficiellement tous les traits d’un vaste complot  même si elle exprime quelque chose de beaucoup plus profond dans l’ordre de la production ?
        Je crois que Marx verrait très bien dans cette superstructure climatique quelque chose de révélateur sur la mutation du capitalisme en cours et sur les stratégies collectives et individuelles qui en découlent.
        Alors, la cause climatique, dernier avatar du dix neuvième siècle et de ce que Philippe Muray appelait son « social-occultisme » et qui fut porté un temps -celui qui précéda Marx justement- aussi bien par la foi clandestine des charbonniers que par certains capitaines d’industrie ?

        • Descartes dit :

          @ Lazeby

          [Toute grande croyance collective ne passe-t-elle pas obligatoirement par une phase qu’il n’est pas stupide de qualifier de « complotiste » au sens propre -c’est-à-dire qui a superficiellement tous les traits d’un vaste complot même si elle exprime quelque chose de beaucoup plus profond dans l’ordre de la production ?]

          Non, je ne le crois pas. Le « complot » implique une association qui maintient ses buts et son action secrète, le secret est la condition de l’efficacité. La très grande majorité des mouvements politiques ne commencent pas de cette façon. Même ceux qui gardent un haut niveau de secret pour protéger leurs membres de la répression prennent soin de rendre publics leur existence et leurs objectifs.

      • xc dit :

        “[le débat] n’intéresse en fait pas les politiciens.”
        Y comprennent-ils quelque chose, au moins ? Peut-on y comprendre quelque chose si on n’a pas une formation scientifique non seulement solide, mais touchant aux diverses disciplines concernées (climatologie, chimie, physique, et j’en oublie, sans doute) ? Rien à voir avec le discours de GT.
        Pour ma part, je fais du sur-place.
        Et vous, Descartes ? J’ai l’impression que vous vous êtes fait une opinion.

        • Descartes dit :

          @ xc

          [Et vous, Descartes ? J’ai l’impression que vous vous êtes fait une opinion.]

          Très modestement. Je n’ai pas la formation ni la technicité pour juger sur le fond des arguments du GIEC ou de ceux qui contestent ses prévisions. En écoutant les uns et les autres, j’en suis arrivé à la conclusion que le réchauffement climatique est un fait établi, et que dans ses causes il y a un mélange de phénomènes naturels et de changements anthropiques. Je ne suis donc pas ce qu’on peut appeler un « climato-sceptique », mais plutôt un « climato-modéré ».

          Je ne partage pas par contre les prédictions catastrophiques – ou plutôt l’habillage catastrophiste des prédictions des scientifiques – qui sont véhiculés par les médias et par les militants écologistes de diverses extractions. La peur et l’urgence sont des mauvaises conseillères, et il faut donc analyser les changements et les possibilités d’action – pour les atténuer ou pour y faire face – à partir d’une analyse rationnelle et scientifique.

          La lutte contre le réchauffement climatique pose cependant un véritable problème politique. Une politique environnementale est par essence une politique de long terme, dans laquelle des sacrifices seront demandés aux générations vivantes au profit de celles qui ne sont pas encore nées. Or, un tel sacrifice ne peut être soutenu dans une perspective individualiste. Pour qu’il soit consenti, il faut une transcendance, une vision qui dépasse l’individu et qui fasse appel à des institutions dont l’échelle de temps soit plus vaste : la lignée, la nation. Or, ces institutions sont en perte de vitesse…

          On ne peut donc imaginer une véritable lutte contre le réchauffement qui ne passe pas par une réhabilitation du collectif, et d’un collectif transcendant qui lie les morts, les vivants et ceux qui ne sont pas encore nés. Vaste programme.

          • Gugus69 dit :

            Cher ami et camarade, je suis membre de l’association “Sauvons le climat”.
            Nous œuvrons précisément pour une approche rationaliste et scientifique de ces problèmes. Vous trouverez nos positions ici :
            https://www.sauvonsleclimat.org/fr/
            Notre comité de parrainage :
            https://www.sauvonsleclimat.org/fr/presentation/fonctionnement/549-comite-parrainage
            Notre conseil scientifique :
            https://www.sauvonsleclimat.org/fr/presentation/fonctionnement/543-conseil-scientifique
            Vous constaterez que, pour l’essentiel, nous considérons comme avéré que le changement climatique -indiscutable- est pour une part importante d’origine anthropique.
            Loin de faire du catastrophisme, nous pensons que l’humanité a dans ses mains les moyens de se protéger :
            – par la poursuite de la recherche et du développement de sources nouvelles et renouvelables d’énergie (ce qui ne signifie pas de couvrir nos toits de panneaux photovoltaïques et nos collines de centaines d’éoliennes géantes…) ;
            – par l’utilisation de l’électricité chaque fois que possible en lieu et place des énergies fossiles ;
            – par le développement du programme électro-nucléaire français ; l’entretien et le maintien en service des centrales nucléaires existantes, ainsi que le développement d’un programme de centrales nucléaires de nouvelle génération. Par la poursuite d’un programme audacieux de recherche et développement dans le nucléaire.
            – par un programme massif et volontariste d’économie d’énergie, notamment en renforçant l’isolation thermique des bâtiments. En favorisant le chauffage électrique et les pompes à chaleur, notamment par la réglementation sur la construction.
            Mais vous trouverez tout cela développé et argumenté sur notre site.
            Nul besoin de Greta (qui n’y connait rien !) pour venir donner des leçons à la France. C’est bien la France qui pourrait faire figure d’exemple au monde en matière de lutte contre les gaz à effet de serre… Au moins jusqu’à ce que les écolos des centre-villes aient réussi à mettre à l’arrêt toutes nos centrales nucléaires.

            • Descartes dit :

              @ Gugus69

              [Cher ami et camarade, je suis membre de l’association “Sauvons le climat”. Nous œuvrons précisément pour une approche rationaliste et scientifique de ces problèmes. Vous trouverez nos positions ici : (…)]

              C’est tout à votre honneur. C’est l’une des rares ONG œuvrant dans le champ de l’écologie qui se tient à une stricte approche rationaliste là où les autres en font une question idéologique.

              [Nul besoin de Greta (qui n’y connait rien !) pour venir donner des leçons à la France. C’est bien la France qui pourrait faire figure d’exemple au monde en matière de lutte contre les gaz à effet de serre… Au moins jusqu’à ce que les écolos des centre-villes aient réussi à mettre à l’arrêt toutes nos centrales nucléaires.]

              Tiens, j’essaye de me souvenir la dernière fois que notre système politico-médiatique a appelé les Français à être fiers d’une réalisation industrielle, technologique ou institutionnelle de leur pays, au lieu d’expliquer qu’on fait beaucoup mieux ailleurs…

          • Laurent dit :

            “On ne peut donc imaginer une véritable lutte contre le réchauffement qui ne passe pas par une réhabilitation du collectif, et d’un collectif transcendant qui lie les morts, les vivants et ceux qui ne sont pas encore nés. Vaste programme.”

            Vaste programme oui ! Mais la réflexion est belle et bien présente. Et elle est à souvent à droite. Patrick Buisson , avec son livre “La cause du peuple” en a fait un début de réflexion. Eric Zemmour travaille sur le sujet depuis longtemps et F.X. Bellamy est lui aussi dans cette réflexion. (meme si je n’ai pas compris son engagement auprès de L. Wauquiez)

            Bien que engagé à “gauche” , je suis de moins en moins hostile au royalisme. Un royalisme encadré avec une solide éducation ou le Devoir prime. Noblesse oblige.

            L’élection du président de la République au suffrage universel porte toujours au pouvoir une personne soutenu par la presse majoritaire, elle même possédée par le bloc bourgeois. Le seul qui a pu gagner l’élection sans l’appuie de cette presse est le général de Gaulle, qui lui avait la légitimité historique.

            Dans cette crise politique actuel , ne serait’il pas mieux d’avoir un président (avec allongement du mandat) ou un roi permettant une vision du long terme , complètement indépendant des partis politiques ? Ayant pour domaine d’intervention l’unité de la nation, la politique étrangère et l’indépendance de la Nation avec un droit de référendum? Un pouvoir exécutif qui permettrait de faire monter hiérarchiquement des personnes compétentes sans passer par la case parti politique. la décentralisation a non seulement créée des baronnies mais à aussi cassée la Res Publica et la méritocratie qui va avec.

            Pour pouvoir réaliser une planification sur le long terme , il faut de la stabilité au pouvoir. Et sans planification je doute fortement que les marchés nous sorte de la crise écologique et surtout économique. Quand à la crise civilisationnelle elle est tellement profonde…

            Et qu’est ce qui peut faire plus peur à la bourgeoisie nomade que le mariage du blanc et du rouge !? (A part peut-être le contrôle des capitaux !)

            • Descartes dit :

              @ Laurent

              [Vaste programme oui ! Mais la réflexion est belle et bien présente. Et elle est à souvent à droite.]

              C’est bien ce qui m’inquiète : ce sont ceux qui défendent un projet qui me paraît détestable qui font le bon diagnostic de la situation actuelle, alors que ceux qui en théorie défendent le projet qui me tient à cœur s’égarent dans des diagnostics absurdes…

              [Bien que engagé à “gauche” , je suis de moins en moins hostile au royalisme. Un royalisme encadré avec une solide éducation ou le Devoir prime. Noblesse oblige.]

              Il y a quelque chose qui réunit les royalistes et les vrais républicains, c’est la conception aristocratique de la société, ou le gouvernement est confié aux « meilleurs ». La seule différence est que là où les royalistes tiennent à une aristocratie du sang, les républicains veulent une aristocratie du mérite.

              [Dans cette crise politique actuel , ne serait’il pas mieux d’avoir un président (avec allongement du mandat) ou un roi permettant une vision du long terme , complètement indépendant des partis politiques ?]

              Un roi héréditaire exerçant le pouvoir exécutif poserait un véritable problème de légitimité, car sur quoi fonderiez-vous ce pouvoir ? Sauf à refaire de Dieu la source de la légitimité politique – ce qui, vous me l’accorderez, n’est ni possible ni souhaitable – je vois mal comment on fait.

              Un roi héréditaire serait à la rigueur concevable s’il était confiné, comme c’est le cas du roi de la Grande Bretagne, à un rôle purement symbolique, qui lui donne de l’influence mais pas du pouvoir. Malheureusement, on ne peut fabriquer des symboles à volonté. La stupidité politique de Louis XVI, de Louis XVIII, de Charles X et de leurs entourages a brisé définitivement la légitimité historique de la monarchie.

              [Un pouvoir exécutif qui permettrait de faire monter hiérarchiquement des personnes compétentes sans passer par la case parti politique.]

              Je ne partage pas cette vision négative des partis politiques. Ils ont un rôle essentiel dans la formation d’une élite politique, dans l’élaboration des projets. Ce sont eux qui assurent le lien entre le citoyen et le politicien. Faire monter comme vous dites des personnes compétentes sans passer par la case parti politique, c’est la garantie que ces personnes, toutes compétentes qu’elle soient, travailleront hors sol.

              La logique gaullienne – à laquelle j’adhère – est de faire en sorte que les gouvernants ne soient pas soumis aux partis politiques, pas qu’ils en soient détachés.

          • BJ dit :

            [La lutte contre le réchauffement climatique pose cependant un véritable problème politique.]

            Je trouve que c’est bien plus simple que ça.

            Si on accepte la prémisse d’une origine anthropique :
            – Le réchauffement climatique, est essentiellement dû au CO2 dégagé par les activités humaines (industrie, transport, production d’électricité).
            – Il est d’autre part planétaire.

            Si on regarde le classement des pays émetteurs de CO2, on voit que la France représente 1% des émissions.
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9missions_de_dioxyde_de_carbone

            Si d’un coup de baguette magique on arrêtait toute émission en France du jour au lendemain, cela réduirait les émissions planétaires de 1%
            Autrement dit, rien ; ça n’aurait donc aucun effet.

            Le réchauffement climatique n’est donc pour moi pas un problème, puisque je n’y peux rien, quoi que je fasse.

            • Descartes dit :

              @ BJ

              [Si d’un coup de baguette magique on arrêtait toute émission en France du jour au lendemain, cela réduirait les émissions planétaires de 1%. Autrement dit, rien ; ça n’aurait donc aucun effet. Le réchauffement climatique n’est donc pour moi pas un problème, puisque je n’y peux rien, quoi que je fasse.]

              Oui et non. Si d’un coup de baguette magique on arrêtait toute émission en France, les effets seraient, vous l’avez bien compris, négligeables. Par contre, lorsque nous aidons les programmes nucléaires de pays comme la Chine (qui a construit plusieurs dizaines de réacteurs de conception française « sinisée ») ou de l’Inde, nous avons un effet bien plus important sur les émissions de CO2 mondiales. Et si demain nous instaurions une « taxe carbone » aux frontières, cela aurait là aussi un effet bien plus dramatique que si nous cherchions à réduire nos émissions directes…

              Il est donc faux de dire qu’on ne peut rien y faire. Par contre, il faut mettre nos – rares – œufs dans les paniers où ils auront plus de poids, en faisant des politiques rationnelles et surtout cohérentes. Alors que dans la lutte contre l’effet de serre le nucléaire est notre meilleur allié, on a dépensé des milliards pour « sortir du nucléaire »…

    • Marie dit :

      Merci pour l’article de Descartes, merci pour le commentaire de Lazeby,
      Si une écolière n’ayant probablement pas beaucoup de culture ni scientifique ni autre se permette de tancer une assemblée de parlementaires, on pourrait penser qu’elle dépasse son niveau de compétence, mais que répète-t’elle? Rien sinon, une théorie qu’on nous serine de façon simpliste depuis des années: Haro sur le CO2. Si c’est vraiment lui le responsable du réchauffement, j’ose espérer que les scientifiques du GIEC ont quelques équations et théories en plus que” le CO2 augmente l’effet de serre”. Dans ce cas, qu’il nous présente ces équations et qu’il dialogue avec les physiciens qui ne sont pas d’accord. Qu’on ne me resserve pas l’argument: “tous les scientifiques sont d’accord”. Du temps de Galilée, les savants étaient d’accord pour dire que le soleil tourne autour de la terre.
      Ce qui m’inquiète plus c’est que Thatcher a encouragé la création du GIEC pour promouvoir le nucléaire contre le charbon, c’est que notre directeur du GIEC, Jouzel est chercheur du CEA. Et que les nucléocrates se parent d’un habit écolo au nom de la lutte contre le réchauffement. La voie nucléaire me parait autrement plus dangereuse que le réchauffement.

      • Descartes dit :

        @ Marie

        [Si une écolière n’ayant probablement pas beaucoup de culture ni scientifique ni autre se permette de tancer une assemblée de parlementaires, on pourrait penser qu’elle dépasse son niveau de compétence, mais que répète-t’elle?]

        Ce qui est extraordinaire dans cette affaire, ce n’est pas tant qu’une adolescente tance les députés. Après tout, le monde ne manque pas d’adolescents croyant tout savoir sur tout, et s’imaginant que le monde serait meilleur si seulement on les écoutait. Ce qui est plus extraordinaire, c’est que des adultes fassent la queue pour se faire tancer par une adolescente. C’est à cela que vous voyez le dérèglement d’une société où non seulement les poussins donnent des leçons aux poules, mais les poules sont heureuses – ou se sentent obligées de se montrer heureuses – de les recevoir.

        Quelqu’un disait que le vrai pouvoir ne réside pas dans la capacité de tuer quelqu’un, mais dans la capacité de l’humilier. Nos députés sont allés s’humilier devant Greta Thunberg. C’est à mon avis cela qu’il faut retenir.

        [Rien sinon, une théorie qu’on nous serine de façon simpliste depuis des années: Haro sur le CO2. Si c’est vraiment lui le responsable du réchauffement, j’ose espérer que les scientifiques du GIEC ont quelques équations et théories en plus que” le CO2 augmente l’effet de serre”.]

        Oui, ils l’ont. Et ces équations montrent que le méthane, les composés fluorés utilisés dans les frigos ou l’hexafluorure de soufre sont bien pires. Si je prends ces exemples, c’est parce qu’ils montrent que lorsque l’effet est avéré et qu’il y a une alternative rationnelle, on arrive au niveau international à prendre des mesures efficaces. En vingt ans, les composés fluorés ont disparu de nos réfrigérateurs, remplacés par des alternatives moins dommageables à l’environnement, et personne sauf les spécialistes n’a l’air de s’en être aperçu. Même chose pour l’hexafluorure de soufre, pour lequel il n’existe aucune alternative, mais dont l’usage est aujourd’hui très strictement réglementé.

        Que le CO2 pris isolement favorise l’effet de serre, c’est une réalité établie scientifiquement. Ce qui est plus compliqué, c’est de prédire le comportement du système terre globalement lorsque la concentration de CO2 augmente. En effet, cette augmentation favorise des phénomènes qui tendent à augmenter l’effet de serre, mais aussi d’autres qui tendent à le contrer. C’est l’effet de ces nombreuses boucles d’action et de rétroaction qu’on a du mal à quantifier.

        [Dans ce cas, qu’il nous présente ces équations et qu’il dialogue avec les physiciens qui ne sont pas d’accord. Qu’on ne me resserve pas l’argument: “tous les scientifiques sont d’accord”. Du temps de Galilée, les savants étaient d’accord pour dire que le soleil tourne autour de la terre.]

        Même à l’intérieur du GIEC, l’évaluation des effets ne fait pas forcément consensus.

        [Ce qui m’inquiète plus c’est que Thatcher a encouragé la création du GIEC pour promouvoir le nucléaire contre le charbon, c’est que notre directeur du GIEC, Jouzel est chercheur du CEA.]

        Comme quoi, dans ces affaires le Grand Komplot n’est jamais rien. Jouzel n’es ni juif ni franc-maçon, mais on ne peut exclure pour autant leur influence dans cette affaire… En fait, si Thatcher et Reagan ont poussé à la création du GIEC, c’est moins pour « promouvoir le nucléaire contre le charbon » que pour garder le débat climatique dans une instance scientifique plutôt que de voir les agences de l’ONU, bien moins scientifiques et plus militantes, de se saisir de l’affaire. Et si Jouzel travaille au CEA c’est moins parce que c’est un « nucléocrate » que parce que le CEA dispose d’outils très puissants (spectromètres permettant d’étudier les « carottes » glaciaires, moyens de calcul) qui peuvent entre autre chose servir à l’étude de l’évolution du climat. Si vous voulez éviter de vous égarer, je vous conseille dans ces affaires un usage intensif du rasoir d’Occam.

        [Et que les nucléocrates se parent d’un habit écolo au nom de la lutte contre le réchauffement. La voie nucléaire me parait autrement plus dangereuse que le réchauffement.]

        Faut choisir. Pour le moment, les nucléocrates sont ceux qui dans notre pays ont le plus fait pour la lutte contre l’effet de serre, en décarbonant – mais aussi en réduisant massivement l’émission d’autres gaz à effet de serre, comme l’oxyde de soufre – la production d’électricité.

  6. Vincent dit :

    Sur Greta à l’Assemblée, peut être avez vous raté le plus significatif : elle a été interrogée sur le CETA, et a -je ne sais pas exactement dans quels termes- dit qu’elle ne se sentait pas concernée.

    Ça appelle tout de même quelques questions : cette fille fait le tour de la planète pour dire aux politiques qu’ils faut qu’ils “fassent le job”. Mais sans dire réellement ce qu’elle attend d’eux. Quand on lui pose une question sur un sujet politique ayant des implications possibles sur la politique environnementale, elle élude, car elle n’est pas là pour ça.

    Du coup, ça interroge :
    Son message n’est pas scientifique, puisqu’elle n’a pas de compétence particulière, et rien d’autre à dire que ce que tout le monde sait déjà.
    Et son message, du coup, n’est pas politique, car elle ne veut pas prendre de position politique… Quel est donc ce message tellement important qu’il faille la recevoir à l’Assemblée Nationale et dans des sommets internationaux ? Et de quelle nature est ce message ?

    Et au final, ne se rend elle pas coupable très exactement de ce qu’elle reproche aux politiques : faire beaucoup de bruit, parler beaucoup, mais manquer de courage quand il faut prendre une position politique difficile ? Sachant qu’en plus, le sujet du CETA n’est pas non plus un sujet si complexe, comme le serait l’interdiction des vols en avion ou des centrales à charbon.

    • Descartes dit :

      @ Vincent

      [Sur Greta à l’Assemblée, peut être avez vous raté le plus significatif : elle a été interrogée sur le CETA, et a -je ne sais pas exactement dans quels termes- dit qu’elle ne se sentait pas concernée.]

      C’est à peine surprenant, et cela renforce mon diagnostic : l’activisme de Greta Thunberg ne traduit pas une conviction rationnelle, il résulte d’une obsession pathologique. La rationnalité consiste en effet à pouvoir établir des liens entre les concepts. Si je suis rationnellement préoccupé par le changement climatique, je suis automatiquement intéressé dans tout ce qui peut avoir un effet sur celui-ci. Par contre, les obsessionnels poursuivent leur obsession sans chercher à faire des liens. Ainsi, vous trouvez des gens qui vous expliquent que les ondes de Linky les rendent malades sans s’apercevoir que dans ce cas ils ne devraient pas approcher un téléphone portable…

      [Son message n’est pas scientifique, puisqu’elle n’a pas de compétence particulière, et rien d’autre à dire que ce que tout le monde sait déjà.]

      Exactement. Vous venez d’énoncer le secret de la publicité : attirer votre attention tout en vous disant ce que vous savez déjà.

      [Quel est donc ce message tellement important qu’il faille la recevoir à l’Assemblée Nationale et dans des sommets internationaux ? Et de quelle nature est-ce message ?]

      En fait, il n’y a pas de message. Ses apparitions tiennent non pas de la conférence, mais du happening. Les gens qui vont l’écouter y vont parce que « il faut en être », et non parce qu’ils s’attendent à découvrir dans son discours quelque chose de nouveau. D’ailleurs, elle dit toujours à peu près la même chose.

  7. Simon dit :

    Cher Descartes,
    Merci pour votre billet, drôle et pertinent. Probablement la meilleure réaction lue, avec celle de Mme Ménard, “Greta Thunberg. Dommage que la fessée soit interdite, elle en mériterait une bonne.”. Réaction qui lui a valu d’être censurée par Twitter, peut-être (je ne suis pas juriste) suite à la loi Avia, et sans aucune réaction des autres parlementaires. Une institution qui ne se respecte pas elle-même risque de ne pas garder longtemps le respect à l’extérieur.
    Simon

  8. Pline dit :

    Et c’est justement pourquoi rien ne changera au niveau climatique. Avoir une égérie du vide à peine éduquée comme représentante de la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas sérieux….mais bon, elle a asperger. Au final c’est un signe des temps, ou la réussite se mesure à la médiocrité.

  9. xc dit :

    Greta Thunberg va rallier New-York à bord d’un voilier high-tech barré par un des skippers du moment (il doit participer à bord dudit voilier à l’édition 2020 du Vendée-Globe) pour assister à une conférence de l’ONU sur le climat.

    La traversée étant financée par divers sponsors, il sera probablement impossible de savoir combien un amateur (nécessairement) fortuné aurait dû débourser pour la même prestation. Un vol en classe affaires aurait certainement été meilleur marché. Mais l’avion émet du CO2…

    Comme les places à bord de ce genre d’embarcation sont en nombre restreint, on peut supposer que sa suite voyagera dans des véhicules moins conformes à la doxa écologique.
    De même qu’il est douteux que les participants à la conférence feront le déplacement par des moyens non émetteurs de CO2. Je m’étonne donc que GT n’exige pas qu’elle se tienne en visio-conférence.

    • Descartes dit :

      @ xc

      [Greta Thunberg va rallier New-York à bord d’un voilier high-tech barré par un des skippers du moment (il doit participer à bord dudit voilier à l’édition 2020 du Vendée-Globe) pour assister à une conférence de l’ONU sur le climat.]

      Même les stars prennent des vacances. Cela étant dit, je serais intéressé de connaître l’empreinte environnementale de son voyage. Après tout, ces voiliers « high tech » sont fabriqués dans des matériaux de pointe dont la production est particulièrement polluante… le titane, la fibre de verre ou de carbone, les résines extra-résistantes, les batteries performantes, ça ne se trouve pas sous le pied d’un cheval…

      [De même qu’il est douteux que les participants à la conférence feront le déplacement par des moyens non émetteurs de CO2. Je m’étonne donc que GT n’exige pas qu’elle se tienne en visio-conférence.]

      Un happening par visioconférence ? Vous n’y pensez pas… Pour que ce soit intéressant, il faut voir, et être vu.

      • martine dit :

        Comme quoi ces écolos ou pseudo écolos c’est du flan! Que de la propagande , comme disait mon père (encore une fois) je ne sais pas si le vôtre disait pareil 🙂
        Quant à Mrs Thunberg il me semble qu’elle a quand même du mal pour l’instant à mobiliser les troupes. A la grève des étudiants et lycéens du 15 mars dans le monde on peut comptabiliser 1 213 000 manifestants alors que déjà rien que pour les étudiants ils sont au nombre de plus 150 000 000.
        En France il y a eu 195 000 manifestants (le 3éme plus gros chiffre après l’Allemagne 300 000 et l’Italie 200 000) sur une population de 5 590 000 lycéens et 1 672 300 étudiants ( site Education Ministère Education Nationale).
        C’est un phénomène monté en épingle.

        • Ian Brossage dit :

          @Martine

          > En France il y a eu 195 000 manifestants (le 3éme plus gros chiffre après l’Allemagne 300 000 et l’Italie 200 000) sur une population de 5 590 000 lycéens et 1 672 300 étudiants ( site Education Ministère Education Nationale).

          Et encore, tous ces manifestants étaient-ils vraiment des étudiants et lycéens ? On peut en douter.

      • xc dit :

        [Un happening par visioconférence ? Vous n’y pensez pas… Pour que ce soit intéressant, il faut voir, et être vu.]
        C’est bien ainsi que je voyais les choses, mais j’ai préféré vous laisser le soin de le dire.

        Pour ce qui est du voilier, une partie de sa coque est réalisée à partir du pétrole. C’est donc un stock de carbone qui, sauf incendie, ne sera pas rejeté dans l’atmosphère sous forme de CO2. Je plaisante, naturellement.

        • Ian Brossage dit :

          @xc

          C’est tout de même une idée à suggérer aux écologistes. Si on fabriquait plus de plastique, de préférence non-recyclable, on pourrait limiter la quantité de carbone susceptible de participer au réchauffement climatique.

          Peut-être faut-il en toucher un mot à Greta et son fan-club.

  10. CVT dit :

    @Descartes,
    un petit hors-sujet pour parler du départ d’un grand monsieur, celui de Pierre Péan.
    Je sais que je retarde mais il fallait bien marquer le coup😩!
    C’est d’autant plus rageant que sa Némésis, j’ai nommé Edwy Plenel, elle est bien vivante et participe à l’intoxication du débat public, au même que son soi-disant ennemi Macron, alors que ces deux pervers narcissiques ont les mêmes intérêts politico-économiques, à savoir la perpétuation du libéralisme-libertaire.

    Le plus dommage, c’est qu’à l’instar de gens comme Séguin ou Chevenement, dont Péan était un intime, c’est qu’ils ne laissent pas de successeurs: en ces temps de “fèque-niouze” et de propagande ultra-libéralo-gauchiste, des honnêtes hommes et des gens de bonne volonté ne seraient pas de refus…

    • Descartes dit :

      @ CVT

      [un petit hors-sujet pour parler du départ d’un grand monsieur, celui de Pierre Péan.]

      Oui, un très grand monsieur du journalisme nous a quitté. C’était l’un des derniers grands journalistes qui se faisaient connaître plus pour des enquêtes fouillées et intelligentes que pour des coups de com. Et c’était aussi l’un des rares qui refusait de jouer au jeu du « tous pourris » et à accabler des cibles faciles. Je me souviens encore de « Noires fureurs, blancs menteurs » qui avait jeté un vrai pavé dans la mare dans le conformisme…

      [C’est d’autant plus rageant que sa Némésis, j’ai nommé Edwy Plenel,]

      Némésis, Némésis… n’exagérons rien. Péan avait bien descendu le roquet Plenel – dans « La face cachée du Monde » alors que les attaques de Plenel contre Péan n’ont jamais porté.

      [Le plus dommage, c’est qu’à l’instar de gens comme Séguin ou Chevenement, dont Péan était un intime, c’est qu’ils ne laissent pas de successeurs:]

      C’est le problème : « rien ne pousse à l’ombre des grands arbres »… C’était vrai pour Séguin et Chevènement, c’était vrai aussi pour De Gaulle. Très rares sont les grands hommes qui prennent le temps de nourrir des disciples à leur taille.

  11. Koko dit :

    Un sondage très inquiétant :

    “Selon notre enquête, 65% des personnes interrogées estiment que “la lutte contre le réchauffement doit être la priorité numéro une du gouvernement”. 28% d’entre elles pensent que non.

    Dans notre baromètre YouGov du mois dernier, l’environnement n’arrivait pourtant qu’en quatrième position comme “principal sujet de préoccupation en politique” parmi les personnes interrogées. Le chômage et l’emploi arrivaient en tête, suivis par la protection sociale (retraites, sécurité sociale…) et l’immigration.”

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/pour-66-des-francais-le-gouvernement-nen-fait-pas-assez-pour-la-planete-sondage-exclusif_fr_5d4016dbe4b0d24cde0582cd?fbclid=IwAR0SkG9cBpmfSbmxFLBM0L2P_md26gea86AgrS0ppCns6-hr7pTz4oRlVR4

    • Descartes dit :

      @ Koko

      [“Selon notre enquête, 65% des personnes interrogées estiment que “la lutte contre le réchauffement doit être la priorité numéro une du gouvernement”. 28% d’entre elles pensent que non.]

      Oui, enfin, lorsqu’on regarde le détail des réponses, on s’aperçoit qu’il faut nuancer : ils ne sont que 26% à répondre « oui, tout à fait » à cette question, et 39% à répondre « oui, plutôt ». Avec le niveau de bourrage de crâne sur « l’urgence climatique » à laquelle participent peu ou prou tous les médias, tous les partis à l’exception notable du RN, ce n’est pas tout à fait étonnant, surtout après la canicule et en période estivale, quand les considérations économiques et sociales passent au deuxième plan.

  12. luc dit :

    Merci,une fois encore pour la qualité de votre blog et de ces participants.
    Votre blog participe à mon bonheur de vivre,c’est dire son rôle pour moi.
    Dans la bataille idéologique( au sens Gramscien,c.aa. bataille culturelle) cette Thunberg présente l’avantage pour nous,les progressistes de tenir un discours anti-carbone .
    Cependant,vu son côté attraction de foire,solitaire et autiste,elle ne peut s’intégrer à quelqu’ organisation que ce soit.
    De plus son aspect morbide et le halo mortifère qu’elle dégage ,n’enthousiasme pas la génération des plus de 50 ans.
    Mais les jeunes,ces citoyens adicts au jeu vidéos et au comportement Geek,ne sont ils pas sensibles à son look Geek ?
    Les bobos ,eux,sont clairement du côté de la politique spectacle et il est peu probable que leurs positions anti nucléaire civil ,soient modifiées par cette droïde de Thunberg.
    Notre camp au final , joue de mal chances ,surtout au moment où l’EPR de Flamanville a pris un retard considérable.
    Au fait que pensez vous de ce nouvel incident sur l’EPR ?

    • Descartes dit :

      @ luc

      [Dans la bataille idéologique( au sens Gramscien, c.aa. bataille culturelle) cette Thunberg présente l’avantage pour nous, les progressistes de tenir un discours anti-carbone.]

      Pour moi, le cas Thunberg est intéressant en tant que symptôme de ce que notre société est devenue. Je ne pense pas qu’elle ait un rôle quelconque dans la « bataille idéologique ». C’est un effet de mode, dans deux ans on ne parlera plus.

      [Au fait que pensez-vous de ce nouvel incident sur l’EPR ?]

      J’ai déjà dit plusieurs fois ici ce que j’en pense. Le projet EPR est mal barré depuis le début. Lorsqu’on a décidé de développer un réacteur franco-allemand, ce qui a obligé d’intégrer dans le projet les éléments du design et des exigences des Allemands à côté des éléments et exigences des réacteurs français. Il en résulte une machine extrêmement complexe à construire. A cela s’ajoute la déroute de l’industrie française et la perte de compétences qui va avec…

  13. Laurent dit :

    Le véritable problème de l’écologie selon moi , c’est la promotion de la rentabilité à tout prix avec un coût énergétique quasiment nul.
    Pendant ma pause , je m’amuse à observer les véhicules roulants sur la rocade qui jouxte la petite ville de mon lieu de travaille. Et j’essai de comprendre pourquoi ils sont sur la route , d’où ils viennent et où ils vont. Ensuite , étant né dans la fin des années 70, j’essai de me rappeler si ces véhicules seraient sur la route dans ma jeunesse.
    C’est incroyable comment la circulation a pu se densifiée à cause de la libéralisation de l’économie et de la fin de l’aménagement du territoire.
    Les politiques qui préconisent les taxes carbones aujourd’hui sont soit stupides , soit ignobles. A force de vouloir des marchés toujours grands sans aucunes régulations , ils sont la cause même des maux qu’ils revendiquent guérir.
    Et quand je regarde la circulation sur cette rocade et que je vois y passer un agriculteur avec son tracteur habitant à plus de 10 kms et je me rappel que mon père , paysan exploitant 11 hectares ne roulait quasiment jamais sur la route avec sont petit tracteur. Que l’entreprise où je travaille depuis plus de vingt déjà était dans un tout petit lieu-dit où les semi-remorques avaient de la peine à y circuler et que la rocade n’existait pas…

    Et que fait contre ça Mrs Thunberg !? Elle fait grève de sa scolarité le vendredi et voyage sur toute la planète aux frais de multinationales.
    Quelle enfant ne reverrait pas de voyager dans un superbe voilier et d’avoir les adultes à leurs pieds.
    Mais est-ce étonnant de voir cette création venir de Suède …!?

    • Descartes dit :

      @ Laurent

      [Le véritable problème de l’écologie selon moi, c’est la promotion de la rentabilité à tout prix avec un coût énergétique quasiment nul.]

      Je pense que c’est un peu plus complexe que ça. Il n’y a pas que l’énergie, il y a le coût des objets en général, et donc notre rapport à ces objets. Nous sommes passés d’une société ou les objets étaient individualisés et chers – et donc précieux et amoureusement entretenus – à une société ou les objets sont bon marché et interchangeables.

      Il y a une comparaison que je trouve révélatrice. Lorsque la ceinture de sécurité est devenue obligatoire en 1970, la loi avait autorisé les véhicules qui, fabriqués avant cette date n’en étaient pas équipés, à continuer de circuler. Il avait été considéré que la voiture était un objet trop précieux pour pouvoir obliger les Français à mettre à la casse leurs voitures pour en acheter des nouvelles, et on a fait confiance au temps pour faire disparaître progressivement les voitures non équipées. Aujourd’hui, certaines collectivités décident d’interdire la circulation des véhicules ayant dépassé un certain âge, sans aucune considération pour les citoyens qui sont ainsi obligés de mettre à la casse des véhicules qu’ils ont acheté et entretenus amoureusement…

      [C’est incroyable comment la circulation a pu se densifiée à cause de la libéralisation de l’économie et de la fin de l’aménagement du territoire.]

      Mais aussi, parce que la voiture est devenue moins chère et plus performante. Quand j’étais jeune, dans notre petite bande il y avait un seul copain qui avait une voiture. Une génération plus tard, au même âge chacun a la sienne.

      [Et quand je regarde la circulation sur cette rocade et que je vois y passer un agriculteur avec son tracteur habitant à plus de 10 kms et je me rappel que mon père , paysan exploitant 11 hectares ne roulait quasiment jamais sur la route avec sont petit tracteur. Que l’entreprise où je travaille depuis plus de vingt déjà était dans un tout petit lieu-dit où les semi-remorques avaient de la peine à y circuler et que la rocade n’existait pas…]

      Il est clair qu’il y a une problématique d’aménagement du territoire et de transport. On a laissé l’appareil productif se transformer (flux tendus, délocalisations, concentration) dans un sens qui ne peut qu’augmenter les besoins de transport à l’infini et sans y réfléchir en termes d’aménagement du territoire.

      [Quelle enfant ne reverrait pas de voyager dans un superbe voilier et d’avoir les adultes à leurs pieds.]

      La seule consolation, c’est que Greta Thunberg est condamnée à grandir.

      [Mais est-ce étonnant de voir cette création venir de Suède …!?]

      Non, pas vraiment. Le prêche moralisant et culpabilisant est beaucoup plus présent dans la politique des pays protestants que dans celle des pays de tradition catholique.

  14. marc.malesherbes dit :

    comme ce billet parle indirectement du réchauffement climatique, je voudrais interroger sur la question.

    Aujourd’hui tous les climatologues, ou presque, reconnaissent qu’il y a un réchauffement climatique en cours.
    Le rôle de l’activité humaine dans ce réchauffement est plus discuté. Les “climato-sceptiques” estiment qu’il est quasi-nul ou marginal. Le Giec estime qu’il est essentiel.
    Quel est votre avis dans ce débat ?

    nb: il est difficile de ne pas avoir d’avis car cela a des conséquences politiques (citoyennes) fortes.

    • Descartes dit :

      @ marc.malesherbes

      [Le rôle de l’activité humaine dans ce réchauffement est plus discuté. Les “climato-sceptiques” estiment qu’il est quasi-nul ou marginal. Le Giec estime qu’il est essentiel. Quel est votre avis dans ce débat ?]

      Je n’ai pas de compétence pour exprimer un avis valable. Tout au plus je peux écouter les uns et les autres et me faire une opinion. Je pense que le GIEC a raison lorsqu’il attribue aux activités humaines un rôle essentiel dans le réchauffement observable, je suis par contre beaucoup plus sceptique quant aux conséquences catastrophiques que certains en tirent.

      • martine dit :

        @Descartes
        [Je n’ai pas de compétence pour exprimer un avis valable.] Pourtant vous avez un avis tranché sur la question: [Je pense que le GIEC a raison lorsqu’il attribue aux activités humaines un rôle essentiel dans le réchauffement observable]
        Comme vous êtes un scientifique je suppose que les arguments essayant de prouver que l’activité anthropique n’est que marginale ne vous ont pas convaincu, j’aimerais savoir en quoi? (sauf s’il vous semble que c’est trop long à développer)
        C’est aussi intéressant parce que dans “activités humaines” tout le monde y a droit et du coup forçément tout le monde doit se sentir concerné. Et il y a donc aussi “Mme Michu” à qui ce discours va dire “faut pas faire çi, faut pas faire ça” (ou le contraire) parce que c’est pas bien pour la planète et être culpabilisée, qui va être obligée de participer contrainte et forçée à force de matraquage qu’il s’agit d’un meilleur être et du futur de la terre, et c’est en quoi ce discours est exaspérant et taxable au possible, d’autant plus s’il n’y a pas d’unanimité sur la question.

        • Descartes dit :

          @ martine

          [« Je n’ai pas de compétence pour exprimer un avis valable ». Pourtant vous avez un avis tranché sur la question: « Je pense que le GIEC a raison lorsqu’il attribue aux activités humaines un rôle essentiel dans le réchauffement observable »]

          C’est n’est pas vraiment un avis, ce serait plutôt une opinion, fondée plus sur le consensus scientifique que sur une véritable analyse personnelle.

          [Comme vous êtes un scientifique je suppose que les arguments essayant de prouver que l’activité anthropique n’est que marginale ne vous ont pas convaincu, j’aimerais savoir en quoi? (sauf s’il vous semble que c’est trop long à développer)]

          Comme je l’ai expliqué plus haut, mon opinion se fonde plus sur le fait qu’il existe un consensus des scientifiques que sur une analyse des données que je n’ai ni le temps ni l’expertise pour faire. Car c’est là le problème : les arguments des défenseurs de l’hypothèse anthropique et ceux de leurs adversaires sont fondés sur une lecture différente des données disponibles. Et le citoyen que je suis n’a aucun moyen de dire laquelle est la « bonne » lecture.

          [C’est aussi intéressant parce que dans “activités humaines” tout le monde y a droit et du coup forcément tout le monde doit se sentir concerné. Et il y a donc aussi “Mme Michu” à qui ce discours va dire “faut pas faire çi, faut pas faire ça” (ou le contraire) parce que c’est pas bien pour la planète et être culpabilisée, qui va être obligée de participer contrainte et forçée à force de matraquage qu’il s’agit d’un meilleur être et du futur de la terre, et c’est en quoi ce discours est exaspérant et taxable au possible, d’autant plus s’il n’y a pas d’unanimité sur la question.]

          Il n’y a jamais « d’unanimité » sur aucune question scientifique. Vous trouverez toujours des gens pour dire que la terre est plate, que l’univers a été créé en sept jours ou que le Saint Suaire de Turin est authentique. Tout au plus, vous avez un consensus plus ou moins écrasant du monde scientifique sur certaines questions. Mais si je lis votre discours, je comprends qu’il faudrait rejeter l’hypothèse anthropique quand bien même elle serait vraie scientifiquement pour ne pas culpabiliser Mme Michu. J’ai bien compris ?

          • martine dit :

            Ce n’est pas ce que je voulais dire, au lieu de “d’autant plus s’il n’y a pas d’unanimité sur la question.”, j’aurais du écrire “parce qu’il n’y a pas…” !
            Mais comme vous dites qu’ il y a un consensus du monde scientifique disant que l’activité humaine est responsable du climat alors pas de problème payons!

            • Descartes dit :

              @ martine

              [Mais comme vous dites qu’ il y a un consensus du monde scientifique disant que l’activité humaine est responsable du climat alors pas de problème payons!]

              Faut savoir ce que vous voulez. Le consensus scientifique n’a pas toujours raison, mais il a plus de chances d’avoir raison que n’importe quelle autre source d’information. N’étant pas expert moi-même de ces questions, j’ai le choix entre croire le consensus majoritaire entre ceux qui le sont, ou bien choisir au doigt mouillé.

        • Alain Brachet dit :

          Je pense qu’il y a un aspect concernant le réchauffement climatique qui est inquiétant à cours terme: on est en train de mettre ce phénomène dans les têtes à un point tel, et sous un aspect culpabilisant tel, pour le pauvre monde qui est concerné, qu’on le prépare certainement à accepter tous les sacrifices à venir (salariaux, de services publics – y compris leurs conséquences, comme l’usage accru de la voiture, cf les “gilets jaunes” – etc…). Et qu’on espère que ce pauvre monde acceptera ainsi sans broncher… Le fera-t-il? C’est cela qui m’inquiète…

          • Descartes dit :

            @ Alain Brachet

            [Je pense qu’il y a un aspect concernant le réchauffement climatique qui est inquiétant à cours terme: on est en train de mettre ce phénomène dans les têtes à un point tel, et sous un aspect culpabilisant tel, pour le pauvre monde qui est concerné, qu’on le prépare certainement à accepter tous les sacrifices à venir]

            Je pense que c’est une transposition mécanique d’un discours dominant dans l’Europe « nordique ». Mais je doute fort que ce discours ait en France un effet important en dehors des effets de mode dans les couches sociales supérieures. Les Français sont trop hédonistes pour qu’un discours qui appelle à l’auto-flagellation et la culpabilité soit très efficace.

            Prenez Zapata, cet homme qui traverse la Manche sur un turbo-réacteur de poche. Son exploit est présenté par nos médias comme quelque chose de très positif, ouvrant la porte à des innovations dans le domaine des transports. Les gens interrogés dans la rue par le journaliste déclarent tous qu’ils aimeraient pouvoir voler ainsi… alors que de toute évidence il s’agit d’une aberration écologique (deux pleins pour faire 37 km…)!

            • martine dit :

              [Mais je doute fort que ce discours ait en France un effet important en dehors des effets de mode dans les couches sociales supérieures. Les Français sont trop hédonistes pour qu’un discours qui appelle à l’auto-flagellation et la culpabilité soit très efficace]. Effectivement mais il me semble que les effets de mode peuvent avoir une pression certaine sur la population tout dépend dans quel quartier vous habitez. A Lyon par exemple si vous êtes à Croix Rousse ou j’habite l’effet écolo est très important (par exemple vous avez pas intérêt à vous tromper de poubelle sinon “on” vous rapporte tout sur votre palier, c’est du vécu! sans parler de toutes les assos et magasins écolos). Mais en dehors de ça même si on échappe à la culpabilité quand Alain Brachet écrit “et sous un aspect culpabilisant tel, pour le pauvre monde qui est concerné, qu’on le prépare certainement à accepter tous les sacrifices à venir” alors? d’accord ou pas d’accord sur la culpabilité ou l’auto flagellation on va quand même passer à la caisse, vous ne croyez pas? Parce qu’il me semble que tout ce discours “sauvons la planète” est dans ce sens sans parler des conséquences catastrophiques qu’on veut nous faire croire

              • Descartes dit :

                @ martine

                [Effectivement mais il me semble que les effets de mode peuvent avoir une pression certaine sur la population tout dépend dans quel quartier vous habitez. A Lyon par exemple si vous êtes à Croix Rousse ou j’habite l’effet écolo est très important (par exemple vous n’avez pas intérêt à vous tromper de poubelle sinon “on” vous rapporte tout sur votre palier, c’est du vécu! sans parler de toutes les assos et magasins écolos).]

                Oui, dans les centres villes en boboïsation accélérée. Je doute qu’on vous rapporte votre poubelle à Grigny ou à La Courneuve…

                [Mais en dehors de ça même si on échappe à la culpabilité quand Alain Brachet écrit “et sous un aspect culpabilisant tel, pour le pauvre monde qui est concerné, qu’on le prépare certainement à accepter tous les sacrifices à venir” alors? d’accord ou pas d’accord sur la culpabilité ou l’auto flagellation on va quand même passer à la caisse, vous ne croyez pas?]

                Que ce soit l’objectif, je suis d’accord avec vous. Que cela soit efficacie, je suis moins persuadé.

                • BolchoKek dit :

                  @ Descartes et martine

                  [A Lyon par exemple si vous êtes à Croix Rousse ou j’habite l’effet écolo est très important (par exemple vous n’avez pas intérêt à vous tromper de poubelle sinon “on” vous rapporte tout sur votre palier, c’est du vécu! sans parler de toutes les assos et magasins écolos).]
                  Oui, dans les centres villes en boboïsation accélérée. Je doute qu’on vous rapporte votre poubelle à Grigny ou à La Courneuve…]

                  On pourrait organiser un jeu rigolo : laisser des bobos aller fouiller dans les poubelles et essayer de faire la leçon à tout l’immeuble, mais à La Courneuve. Le gagnant est celui à qui il reste des dents à la fin.

                  • martine dit :

                    Oui l’idée est amusante mais en dehors de cette anecdote par laquelle je voulais mettre en avant le côté écolo moralisateur et culpabilisant parce que vous ne faites pas de la bonne façon! ne pensez vous pas que même “les pauvres” à La Courneuve( que je ne connais pas à part la fête de l’Huma 🙂 et les faits divers ) ou ceux d’ailleurs, tout en rejetant ces principes moralisateurs ne se sentent pas concernés et ne peuvent pas se mobiliser contre l’installation d’industries polluantes , incinérateurs à côté de chez eux ? (toujours et jamais dans les villes ou villages riches et pourtant “les pauvres” paient aussi pour le climat). Peut être n’auront ils pas le même poids que tous ces écolos ou pseudos écolos de Notre Dame des Landes!?

                    • Descartes dit :

                      @ martine

                      [ne pensez vous pas que même “les pauvres” à La Courneuve( que je ne connais pas à part la fête de l’Huma 🙂 et les faits divers ) ou ceux d’ailleurs, tout en rejetant ces principes moralisateurs ne se sentent pas concernés et ne peuvent pas se mobiliser contre l’installation d’industries polluantes , incinérateurs à côté de chez eux ?]

                      IL faut rappeler ici le principe fondamental qu’on attribue à Hobbes : « primum vivere deinde philosophari » (« d’abord vivre, ensuite philosopher »). « Les pauvres » peuvent parfaitement se mobiliser contre une industrie polluante. Mais d’un autre côté, ils sont amenés à faire un calcul avantages/inconvénients, parce que cette « industrie polluante » est aussi leur gagne-pain. Lorsqu’une « industrie polluante » crée des emplois, fait vivre une collectivité, les gens se réfléchissent à deux fois avant de se « mobiliser » contre elle. Il est beaucoup plus facile de prendre des positions de principe lorsque celles-ci ne vous coûtent rien au niveau du portefeuille.

  15. Jean-Paul B. dit :

    Vive Hobbes!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *