NUPES ta mère…

Sonnez hautbois, résonnez musettes, il est né le divin enfant. Il s’appelle « nouvelle union populaire écologique et sociale » – notez l’ordre des mots « écologique » et « sociale », ce n’est certainement pas une coïncidence si le premier passe devant le second – et si l’on juge par les conditions de sa naissance, il n’a guère de chances d’atteindre sa trente-troisième année. Et son destin le plus probable est plutôt l’oubli que la crucifixion.

Cohn-Bendit considéra en son temps que la plus grande réussite de sa vie fut de faire défiler en mai 1968 « les staliniens de la CGT » derrière le drapeau noir. Mélenchon pourra, lui, s’enorgueillir d’avoir vu la gauche en général et le Parti socialiste en particulier faire campagne derrière l’affiche « Mélenchon premier ministre ». On a les victoires qu’on peut. Car cette « nouvelle union populaire écologique et sociale » (« nouvelle union etc. » pour ceux qui, comme moi, n’ont pas envie de réécrire à chaque fois le nom complet) est en apparence la réalisation du rêve terrestre de Mélenchon : un peuple (de gauche), un programme, un leader. Mais les apparences, on le sait, sont trompeuses. Raison de plus pour essayer de voir, derrière la poudre aux yeux des « discussions programmatiques » quelle est la réalité de cette négociation.

D’abord, pas la peine de s’exciter sur le programme, sur le « nucléaire or not nucléaire », sur l’absurdité qui consiste à imaginer qu’on peut « désobéir » aux règles de droit issues des traités européens tout en « respectant l’état de droit ». Ce programme vivra ce que vivent les roses : il sera oublié le soir du deuxième tour. Parce qu’il n’y aura pas une majorité de gauche, et par conséquent Mélenchon ne sera pas Premier ministre, et qu’après l’élection chaque composante de la « nouvelle union etc. » formera son groupe parlementaire et défendra son programme, que cela plaise ou non aux gardiens du temple. D’ailleurs, si – Satan nous en préserve –  la gauche devait emporter une majorité, il y a fort à parier que le programme en question subirait à peu près le même sort que celui du « contrat de gouvernement » conclu en en 1997 lors de la constitution de la « gauche plurielle », vous savez, celui qui prévoyait l’arrêt de toute privatisation. Ce qui n’a pas empêché ce gouvernement de devenir le meilleur privatiseur dans l’histoire de la Vème République…

Non, la question essentielle pour chacun des participants aux discussions, existentielle même pour certains, c’est la question du partage des circonscriptions. De son côté, LFI redoute de voir le score du premier tour de la présidentielle, gonflé par la dialectique du « vote utile » et par le charisme du Gourou, se diluer dans une élection qui reste locale. Bien sûr, Mélenchon reste un tacticien de génie, et son coup du « Mélenchon premier ministre » le montre amplement. Par ce moyen, il espère « nationaliser » l’élection : dans chaque circonscription, les électeurs ne seront pas appelés à voter pour le candidat X ou Y au charisme douteux, mais indirectement pour Mélenchon lui-même. Mais ce coup de génie risque d’être insuffisant : pour être élu, le prête-nom du Gourou doit arriver au deuxième tour – et avec un taux d’abstention important, cela implique d’arriver dans les deux premières places (1) – et pour cela les quelques points de pourcentage que peuvent apporter communistes, socialistes ou écologistes seront critiques.

Pour les socialistes, les communistes et les écologistes la motivation n’est pas la même. Socialistes et communistes craignent avant tout de perdre leur groupe parlementaire, les écologistes voudraient en ravoir un. Socialistes et écologistes – et en moindre mesure les communistes – sont virtuellement en faillite, et ont besoin pour se requinquer de la manne que constitue le financement public des partis politiques, financement qui n’est acquis que pour les organisations présentant un minimum de 50 candidats ayant obtenu au moins 1% des suffrages, et qui est ensuite partagée en proportion des suffrages recueillis (1ère partie) et du nombre de parlementaires élus (2ème partie). Par ailleurs, les frais de campagne ne sont remboursés qu’aux candidats dépassant 5%. Ces organisations ont donc désespérément besoin de se voir attribuer en exclusivité – c’est-à-dire, sans risque de se voir opposer un autre candidat de gauche – des circonscriptions dans lesquelles elles peuvent faire des scores importants, voire avoir des élus.

Le rapport de forces entre LFI et ses partenaires n’est donc pas aussi déséquilibré qu’il paraît. Sans accord, tout le monde risque d’y perdre beaucoup. Et c’est pourquoi les partisans d’un accord général pouvaient être raisonnablement optimistes. La seule difficulté étant la répartition effective des circonscriptions. Une fois accepté le principe selon lequel on préserve les sortants, il restait à repartir les circonscriptions « gagnables » et celles où un bon score est possible. Il semble que ce soit chose faite. Curieusement, alors que circulent allègrement les textes des discussions programmatiques, rien ou presque n’a filtré sur la liste des circonscriptions proposées aux uns et aux autres. Etranges pudeurs…

Tout ce bel édifice va buter très vite sur une difficulté réelle, qui est celle du pouvoir qu’ont – ou plutôt que n’ont pas – les structures parisiennes pour imposer aux échelons locaux de respecter les accords qu’elles ont conclu (2). Car il ne faut pas oublier que la gauche politique est aujourd’hui largement féodalisée. Paris peut dire ce qu’il veut, mais sur le terrain ce sont les « barons » locaux, notables et élus, qui commandent et qui font un peu ce qu’ils veulent. Il y a fort à parier que le « baron » socialiste ou écologiste qui a envie de se présenter dans sa circonscription et qui pense pouvoir être élu sur son nom n’hésitera pas à défier le candidat « officiel » investi par « la nouvelle union etc. » en présentant une candidature indépendante. Et que fera alors l’organisation nationale ? Rien, bien entendu. Parce que ce sont les « barons » qui ont les clés – et les financements. Au pire, les dissidents écoperont d’une « suspension » sans effet. Et si vous ne me croyez pas, pensez au cas des « grands féodaux » comme Jumel, Peu ou Faucillon, qui ont appelé à la présidentielle à voter pour un candidat autre que celui désigné par leur parti – un motif d’exclusion explicitement mentionné dans les statuts du PCF – et qui malgré cela non seulement n’ont fait l’objet d’aucune sanction, mais en plus ont été investis officiellement par le PCF comme candidats à leur réélection.

On peut donc s’attendre à une floraison de candidatures dissidentes conduites par des « barons » locaux, mécontents du sort qui leur est fait par les accords nationaux. C’est particulièrement vrai chez EELV et chez les socialistes, deux partis au sein desquels on trouve des forts courants opposés à l’accord avec LFI et ayant un fort tropisme vers LREM… mais on voit déjà des exemples chez les communistes, avec la candidature Picard à Vénissieux.

L’édifice risque aussi d’être ébranlé par la réaction des électeurs. Mélenchon, en homme de son temps – c’est-à-dire, du XXème siècle – s’imagine encore qu’on peut encore raisonner comme à l’époque de l’union de la gauche, quand du fait de la discipline de l’électorat –un accord avec le PCF était aussi fiable qu’un chèque de banque, honoré dans les urnes. Mais ces temps ne sont plus, et la discipline de vote est rangée au musée de la politique. Ce n’est pas parce que la direction des partis accepte de retirer leurs candidats respectifs et appellent à voter pour un autre que les électeurs suivront. Beaucoup d’électeurs EELV ne voteront pas pour un candidat communiste quand bien même Jadot et Rousseau frapperaient à leur porte et leur demanderaient à genoux. Et beaucoup d’électeurs socialistes ne voteront pas Mélenchon – pardon, le candidat désigné par Mélenchon – quand bien même les mânes de Blum et de Jaurès apparaîtraient devant leurs yeux pour les en supplier.

Et c’est par ce biais là qu’on revient au programme. Parce que pour que les électeurs aient envie de voter pour le candidat « d’union », il faut que cette union ait un sens en termes de projet, qu’elle soit autre chose qu’un simple rapprochement technique destiné à sauver les meubles. Et ce sens ne se construit pas en trois jours, en particulier lorsque « l’union » réunit des organisations qui ont tiré à boulets rouges les unes sur les autres sans discontinuer pendant des années. Le problème, c’est que les partis ne travaillent pas sur le long terme. La politique, c’est aujourd’hui le royaume du tacticien plutôt que du stratège. Le « projet commun » qui pourrait aujourd’hui mobiliser les électeurs de gauche et les pousser à voter pour le candidat unitaire quel qu’il soit, il aurait fallu commencer à le travailler en 2017, en prenant son temps. A quelques semaines du scrutin, il est trop tard. On en est réduit donc à se contenter d’un « programme » qui n’est que le minimum commun dénominateur, qui évite soigneusement les sujets qui fâchent comme sur le nucléaire, qui marie la carpe et le lapin comme sur l’Europe. Et que les militants n’auront ni le temps ni l’envie de s’approprier.

Et puisqu’on parle d’anticiper, il faudrait commencer à se poser quelques questions. Par exemple, quelle sera la position de la « nouvelle union etc. » dans les circonscriptions où le deuxième tour se jouera entre le candidat du Rassemblement national et celui des Républicains ou de La République en marche… là aussi, pas mal de contorsions en perspective.

Descartes

(1) Pour se maintenir au deuxième tour, il faut soit arriver dans les deux premiers, soit avoir atteint au moins 12,5% des inscrits (article L.162 du Code électoral), ce qui, avec une abstention prévisible autour de 50% donne une barre à 25%. On peut prévoir que le candidat arrivé en troisième position sera, dans la plupart des cas, éliminé.

(2) Et encore, ce n’est pas parce que l’accord est signé au niveau des négociateurs qu’il sera ratifié. Le débat au conseil national du Parti socialiste ce soir risque d’être houleux, avec des « barons » hollandistes vent debout contre l’accord. Vous noterez d’ailleurs une étrange particularité : côté EELV l’accord a été ratifié par un vote du comité fédéral, côté PCF par un vote du comité national, côté PS le conseil national est appelé à se prononcer. Mais qui ratifie l’accord côté France Insoumise ? Aucun débat, aucun vote d’un organe collectif n’est prévu… étonnant, n’est-ce pas ?

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

70 réponses à NUPES ta mère…

  1. azer dit :

    Si tu me permets un précision que tu occultes, c’est pour les optimistes dans l’affaire (contrairement à 2017 j’ai fait l’effort d’aller voter pour la grosse dinde pour faire barrage au cuistre en place car j’espérais que cette fois ci elle dépasserait les 35%)
    Le totale de la gauche aux législatives de 2017 est de presque 28%, le score de en marche.
    voilà tout n’est pas foutu oui il y a peu de chance mais bon si le PS entérine l’accord, si le NPA rejoint la coalition, si un bonne campagne d’ici là, si quelques milliers d’abstentionnistes sortit de leur lit ( je n’ai pas voté aux législative en 2017) peut etre majorité d’ici là.

    “Mais qui ratifie l’accord côté France Insoumise ? Aucun débat, aucun vote d’un organe collectif n’est prévu… étonnant, n’est-ce pas ?”

    Je ne suis pas un démocrate.

    • Descartes dit :

      @ azer

      [Le total de la gauche aux législatives de 2017 est de presque 28%, le score d’en marche.]

      Oui. Mais vous oubliez que En Marche disposait d’alliés dans cette élection. Si vous comptez la gauche toute ensemble, il faut aussi compter ensemble tous ceux qui soutenaient le président de la République. Et dans ce cas, vous aboutissez à 38%, dix points de plus que le total de la gauche…

      [voilà tout n’est pas foutu oui il y a peu de chance mais bon si le PS entérine l’accord, si le NPA rejoint la coalition, si un bonne campagne d’ici là, si quelques milliers d’abstentionnistes sortit de leur lit ( je n’ai pas voté aux législative en 2017) peut être majorité d’ici là.]

      Et vous pouvez continuer à aligner les « si » : « si » les reports de voix des différentes organisations se font correctement sur le candidat unique, « si » la gauche trouve des candidats rassembleurs à présenter, « si »… Comme dirait l’autre, avec des « si » on mettrait paris en bouteille.

      Je trouve quand même drôle que vous mettiez parmi vos « si » le soutien du NPA. Croyez-vous vraiment que cela change beaucoup la donne ?

      [“Mais qui ratifie l’accord côté France Insoumise ? Aucun débat, aucun vote d’un organe collectif n’est prévu… étonnant, n’est-ce pas ?” Je ne suis pas un démocrate.]

      Chacun ses goûts… personnellement, je n’idéalise pas la démocratie, mais je n’ai pas non plus envie de me soumettre à un gourou.

  2. Gugus69 dit :

    Mais, ami et camarade, tout cela est juste, mais ne nous dit pas si, sans illusions, sans hésitation et sans trembler, vous voterez Nupes.
    Moi, j’hésite… Peut-être Guennadi Ziouganov. J’ai bien failli voter pour lui à la présidentielle…

    • Descartes dit :

      @ Gugus69

      [Mais, ami et camarade, tout cela est juste, mais ne nous dit pas si, sans illusions, sans hésitation et sans trembler, vous voterez Nupes.]

      Je ne voterai certainement pas « Nupes », au sens que je ne m’estime pas obligé de voter pour une étiquette. J’attends de voir qui sont les candidats dans ma circonscription. Si le candidat présenté par l’ensemble des partis de gauche me plait, s’il tient un langage qui m’attire et défend un programme qui me donne envie de voter pour lui… et bien, je lui donnerai mon suffrage. Si non… j’irai voir ailleurs.

  3. Glarrious dit :

    Euh je n’ai pas compris le titre du billet. Au début en lisant le titre j’ai lu “nique ta mère” ou bien c’est un jeu de mots en remplaçant “i” par “u”.

    • Descartes dit :

      @ Glarrious

      [Euh je n’ai pas compris le titre du billet. Au début en lisant le titre j’ai lu “nique ta mère” ou bien c’est un jeu de mots en remplaçant “i” par “u”.]

      La première interprétation est la bonne. Oui, je sais, ce n’est pas terrible… il y a des jours où l’on est inspiré, d’autres pas…

  4. luc dit :

    Pousseriez vous la métaphore de parler d’un marché de Nupes ?
    En ce sens l’attitude du PS est astucieuse.Les Barons ne manquent pas de Rouerie.
    Il semble qu’il y aura des candidats estampillés PS partie prenante pour ce marché de Nupes tandis que d’autres candidats ex-Ps, qui seront réintégrés après leur élection,se présenteront sans tenir compte de ce marché de Nupes .
    Alors plutôt que Nupes , même pour lfi , il s’agira d’une Décevante Union Populaires Ecologique et Sociales,
    la coalitions des Dupes,n’est bce pas ?

    • Descartes dit :

      @ luc

      [Pousseriez vous la métaphore de parler d’un marché de Nupes ?]

      Le formule est astucieuse… mais non, personne n’est “dupe” dans cette affaire. C’est une évidence: les accords signés entre les différentes forces de gauche sont purement alimentaires, destinés à sauver les sièges. Je doute même que cela “dupe” les électeurs…

  5. Antoine dit :

    On mesure en tout cas votre désespoir croissant à la subtilité inversement proportionnelle de vos titres. Merci de ne pas sombrer complètement et de continuer à cultiver ce blog. 
    Que pensez-vous d’un type comme Ruffin ? 
     

    • Descartes dit :

      @ Antoine

      [On mesure en tout cas votre désespoir croissant à la subtilité inversement proportionnelle de vos titres.]

      Ca fait plaisir de voir que certains de mes commentateurs voient mon état d’esprit à travers mes textes. Oui, je suis profondément déprimé par cette affaire. Pourquoi ? Parce que cette “union” tant vantée est pour moi une défaite de la politique au sens noble du terme. Je suis effaré par l’inconséquence des hommes et femmes politiques à gauche. Ceux-là même qui ont fait la loi El-Khomri puis qui l’ont défendu mordicus signent aujourd’hui un programme qui appelle à son abrogation. Ceux-là même qui ont milité pour faire ratifier le traité de Maastricht – vous savez, celui qui substitue l’Euro au Franc, qui organise la soumission de la France aux institutions supranationales de l’UE et qui érige la “concurrence libre et non faussée” en principe intangible – et pour imposer la supériorité des règles européennes sur le droit national signent des textes appelant à “désobéir” à ces mêmes règles. Et ainsi de suite. Comment nos concitoyens pourraient avoir confiance dans des élites qui effacent avec le coude ce qu’elles écrivent avec la main, des élites qui ne sont guidées que par l’opportunité ?

      [Merci de ne pas sombrer complètement et de continuer à cultiver ce blog.]

      Je vous avoue que j’ai de plus en plus envie de m’éloigner des questions politiques, et d’écrire sur d’autres sujets: littérature, poésie, jardinage…

      [Que pensez-vous d’un type comme Ruffin ?]

      Je ne peux pas dire que le connais très bien lui et son œuvre. De ce que j’ai vu, il incarne le gauchisme bienpensant à la Daniel Mermet (avec qui il a beaucoup travaillé) ou “Monde diplomatique” (journal avec lequel il a collaboré). Bien sur, on a une petite satisfaction de le voir mettre en difficulté sur l’écran Bernard Arnault, mais ça ne fait pas beaucoup avancer les choses.

      Merci de ne pas sombrer complètement et de continuer à cultiver ce blog.
      Que pensez-vous d’un type comme Ruffin ?

      • marti dit :

        En tout cas, je suis dans le même état d’esprit. J’en rajoute une couche de plus, tant pis, en rappelant la dernière de Mélenchon: “Nous sommes confrontés à une guerre d’agression déclenchée par le gouvernement de Monsieur Poutine contre l’Ukraine avec des actes d’une barbarie totale qui maintenant s’accompagne de menaces nucléaires. Je vous dis, dans ces domaines, la France parlera d’une voix”, C’est à dire que face à l’offensive des américains, Otan et UE, il se range à leur coté, Macron compris! A marseille, ils ‘était déclaré candidat de la Paix, et on le retrouve candidat de la guerre! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne voterais plus, mais plus du tout! Me restera ceux qui se mobiliseront hors des institutions de la 5ème. Même si honnêtement, les samedis aprem j’y crois plus!

        • Descartes dit :

          @ marti

          [En tout cas, je suis dans le même état d’esprit. J’en rajoute une couche de plus, tant pis, en rappelant la dernière de Mélenchon: “Nous sommes confrontés à une guerre d’agression déclenchée par le gouvernement de Monsieur Poutine contre l’Ukraine avec des actes d’une barbarie totale qui maintenant s’accompagne de menaces nucléaires. Je vous dis, dans ces domaines, la France parlera d’une voix”,]

          Mélenchon ne fait ici que ce que font tous : une concession à l’air du temps. Kipling aurait dit que la première victime de toutes les guerres est la vérité. Il avait raison : lorsqu’on est en guerre, toute expression dissonante est assimilée à de la traîtrise et réduite au silence, ne laissant subsister que le discours officiel. Aujourd’hui, celui qui se refuserait à communier dans l’idée que la guerre en Ukraine est une « agression » dont la responsabilité pleine et entière repose sur « monsieur Poutine » serait immédiatement détruit par un missile non pas nucléaire, mais médiatique. Mélenchon ne fait que tirer pragmatiquement la conclusion qui s’impose : comme Galilée en son temps, mieux vaut adhérer au discours officiel, quitte à se renier… ce n’est pas très beau, ce n’est pas très courageux, mais ça vous évite le bûcher. Ne soyez donc pas trop dur avec lui…

          [C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne voterais plus, mais plus du tout!]

          Je ne pense pas que ce soit une position intelligence. Certes, le vote n’a qu’un effet relatif. Mais pourquoi s’interdire par principe d’utiliser un outil qui existe et dont le coût est minime, même si son effet est limité ?

          [Me restera ceux qui se mobiliseront hors des institutions de la 5ème. Même si honnêtement, les samedis aprem j’y crois plus!]

          Vous y aviez cru ? Pourquoi ?

  6. luc dit :

    Hormis,vos positions très intéressantes sur l’alliance des classes intermédiaires au capital immatériel,avec la bourgeoisie et la situation des classes populaires qui en sont victimes,NOS COMMENTAIRES RESSEMBLENT BEAUCOUP à DE LA  petite LITTERATURE DE COMMENTAIRES.SI PLUS TARD VOUS eCRIVEZ DANS UN ATELIER D’ECRITURE SOUS FORME DE BLOGS AVEC INSCRIPTION ET MOT DE PASSE , J’AIMERAI EN FAIRE PARTIE..Il n’est pas interdir de rêver..Pour le moment,j’avoue ne pas savoir comment me dépètrer de cette alliance inouïe de la Nupes.
    L’opposition en coalition dans Nupes,ressemble ni plus ni moins qu’une clique hétéroclite d’impétrants sans idéologie.Savez vous si l’innénarable Jean Vincent Placé,a déposé une demande pour en faire partie,car Nupes est l’objet politique dont il a toujours rêvé,non?
    Ne trouvez vous pas partialle autant qu’orientée cette analyse de R.Martelli ?’ Après avoir achevé la gauche socialiste en 2017, Emmanuel Macron a progressé au premier tour, en « phagocytant » la droite classique : du coup, il a globalement affaibli l’ensemble de la droite. Son noyau partisan est relativement majoritaire (35,8% des exprimés), mais il est fortement concurrencé par une extrême droite en progrès (32,3%), mais toujours divisée, et par une gauche requinquée (31,9%) et rassemblée autour de Mélenchon et de la FI.’
    Et …’renaissance ‘où autant E.Philippe que Bayrou semblent être dans une coalition des DUPES,hagard et sans espoirs sur cette photo? 
    https://www.letelegramme.fr/france/lrem-change-de-nom-et-devient-renaissance-05-05-2022-13014423.php
    Plus sérieusement,la situation en Ukraine,très grave,cauchemardesque, n’influence t elle pas inconsciemment le théatre politique?
    Comment apparaitre humaniste,progressiste lorsque plane la 3ième guerre mondiale?

    • Descartes dit :

      @ luc

      [Hormis, vos positions très intéressantes sur l’alliance des classes intermédiaires au capital immatériel, avec la bourgeoisie et la situation des classes populaires qui en sont victimes, NOS COMMENTAIRES RESSEMBLENT BEAUCOUP à DE LA petite LITTERATURE DE COMMENTAIRES.SI PLUS TARD VOUS ECRIVEZ DANS UN ATELIER D’ECRITURE SOUS FORME DE BLOGS AVEC INSCRIPTION ET MOT DE PASSE, J’AIMERAI EN FAIRE PARTIE…]

      Je ne vois pas en quoi l’inscription et le mot de passe augmenterait la qualité des échanges. Et puis, ce modeste blog a pour objectif de m’aider – et je l’espère, d’aider ceux qui participent au débat – à penser. Je ne prétend pas en faire un « think tank »…

      [L’opposition en coalition dans Nupes ressemble ni plus ni moins qu’une clique hétéroclite d’impétrants sans idéologie.]

      Tout le monde a une « idéologie », puisque l’idéologie est le cadre qui nous permet de donner une cohérence à la réalité. Et le fait qu’on ait pu faire l’unité entre communistes, socialistes, LFI et EELV montre que l’idéologie des directions des différentes organisations est aujourd’hui beaucoup plus proche qu’on ne le croit…

      [Ne trouvez-vous pas partiale autant qu’orientée cette analyse de R.Martelli ? « Après avoir achevé la gauche socialiste en 2017, Emmanuel Macron a progressé au premier tour, en « phagocytant » la droite classique : du coup, il a globalement affaibli l’ensemble de la droite. Son noyau partisan est relativement majoritaire (35,8% des exprimés), mais il est fortement concurrencé par une extrême droite en progrès (32,3%), mais toujours divisée, et par une gauche requinquée (31,9%) et rassemblée autour de Mélenchon et de la FI. »

      Il n’y a là aucune « analyse », juste un rappel des chiffres et des configurations politiques.

      [Plus sérieusement, la situation en Ukraine, très grave, cauchemardesque, n’influence-t-elle pas inconsciemment le théâtre politique ?]

      Je ne vois pas très bien comment se manifesterait cette « influence ». Il y a bien entendu un « effet drapeau » qui, en situation de crise internationale, donne une autorité accrue au président en place. Mais cela n’a rien à voir avec « la situation grave, cauchemardesque » de l’Ukraine. Une guerre en Irak ou au Mali aurait le même effet. Je pense surtout que le battage de propagande autour de l’Ukraine commence à lasser sérieusement l’opinion.

      [Comment apparaitre humaniste, progressiste lorsque plane la 3ième guerre mondiale ?]

      Je ne vois pas très bien ce que cela change, au contraire. Le retour de la guerre comme une réalité, et non comme une simple anecdote cinématographique devrait ouvrir un boulevard aux humanistes et aux progressistes… une fois que les armes se seront tues.

  7. Le Gnôme dit :

    Le seul problème est que les barons restent dans leurs fiefs et n’ont plus intérêt à venir discourir en la capitale depuis l’interdiction du cumul des mandats, ce qui a beaucoup nui à l’audition du terrain par les élus nationaux. En effet, un député maire, quelque soit son bord politique, avait un ancrage plus fort avec le réel qu’un élu national hors sol. Le système s’est jacobinisé, alors qu’il n’en avait pas besoin. D’aucuns m’objecteront que le cumul entraînait des rémunérations qui paraissaient exorbitantes à l’électeur moyen, mais il aurait été relativement simple de plafonner ces émoluments.
    Je trouve que la politique y a perdu de la proximité, et c’est de celle-ci dont les gens ont besoin.

    • Descartes dit :

      @ Le Gnôme

      [En effet, un député maire, quelque soit son bord politique, avait un ancrage plus fort avec le réel qu’un élu national hors sol. Le système s’est jacobinisé, alors qu’il n’en avait pas besoin.]

      Il s’est « jacobinisé » ? Cela serait vrai si le processus que vous décrivez avait abouti à reconcentrer le pouvoir dans le gouvernement national. Mais ce n’est pas du tout le cas : ce sont les « barons » qui de plus en plus gouvernent aujourd’hui, pas l’Etat central. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, de plus en plus, on voit des « barons » refuser un ministère – et même le premier d’entre eux – pour préférer leur fauteuil régional ou municipal. Aujourd’hui, ce sont les collectivités locales qui ont la main – ou à minima des pouvoirs d’intervention importants – sur des domaines aussi divers que le réseau routier, le transport ferroviaire, la distribution de l’électricité et de l’eau, l’urbanisme, le développement économique et, si les projets de notre président se réalisent, bientôt sur l’enseignement. C’est ça, le nouveau « jacobinisme » ?

      Louis XIV, qui avait eu l’intelligence d’amener les nobles à Versailles pour pouvoir mieux les surveiller, et la Révolution et l’Empire avaient eux aussi compris le risque qu’il y avait à permettre aux « barons » d’accumuler du pouvoir. L’abolition du cumul des mandats a fabriqué une assemblée nationale largement « hors sol » et conduit les « barons » à revenir dans leurs fiefs, mais cela n’a rien à voir avec un quelconque « jacobinisme », au contraire : c’est l’essence du projet girondin. Un pouvoir central faible parce que coupé des réalités de terrain, confronté à des pouvoirs locaux forts.

      [D’aucuns m’objecteront que le cumul entraînait des rémunérations qui paraissaient exorbitantes à l’électeur moyen, mais il aurait été relativement simple de plafonner ces émoluments.
      Je trouve que la politique y a perdu de la proximité, et c’est de celle-ci dont les gens ont besoin.]

      Je suis d’accord. Chaque fois qu’on restreint la liberté des citoyens à élire qui ils veulent, on fausse le système. La fin du cumul des mandats, tout comme la parité, n’est pas une demande des citoyens mais des politiques : plus de cumul, ca fait plus de places…

  8. TLM dit :

    Bonjour
    Globalement je suis assez d’accord
    l’accord impose aux militants de lfi un hara kiri pour y substituer des socialistes ou des eelv qui ont été féroces depuis depuis des années et surtout dont les projets politiques sont au rebours de cette mobilisation du “quart pays » qui a mené la campagne pour une politique de rupture sociale et antimondialiste
    le staff de LFI est évidemment mis au chaud ( on va bien finir par avoir les listes je parie qu’on a casé tous les parisiens) et assuré d’être visible pour préparer la transition mélenchon en vue de 2027 , et la c’est une nuance avec vous car derrière le coup de génie tactique il y a aussi une réflexion stratégique de long terme
    je ne suis pas d’accord avec vous sur le programme : quoi qu’on en pense l’avenir en commun est une base programmatique cohérente tenue dans le temps et progressivement ajustée au regard des circonstances : c’est donc bien un choix de société et il implique une bascule entre les plus préservés et les autres. Est ce possible, est ce souhaitable ??? on va le savoir très vite … en tous cas si la france était la seule à le tenter contre tous les autres ça serait croquignolet.
    mais ou je vous rejoins c’est que pour moi il n’est pas acquis du tout qu’il y ait majorité aboslue, voire relative et qui plus est dans l’ordre souhaité LFI EELV PS PC 
    Le risque existe même eu égard aux forces de rappel local et à l’ingénuité idéalistique des militants LFI (par ailleurs assez remontés de leur éviction pour laisser la place quand même) que le groupe PS soit en nombre supérieur à celui de LFI en étant parti de 1,78 % des suffrages ! Surtout si les barons font des candidatures hors accord. 
    Au terme de « la journée des NUPES » LFI devrait alors soutenir la candidature d’Olivier Faure au poste de PM ! Bonjour les négociateurs…
    Bref je retiens de tout ça surtout une énorme mise en tension supplémentaire dans un moment géopolitique  et macro économique dangereux avec des institutions de moins en moins crédibles et de gros risques pour le pays alors qu’on voit bien au vu des prises de position des uns et des autres que le point de rupture se rapproche terriblement.
     
    Cdlt

    • Descartes dit :

      @ TLM

      [l’accord impose aux militants de lfi un hara kiri pour y substituer des socialistes ou des eelv qui ont été féroces depuis depuis des années et surtout dont les projets politiques sont au rebours de cette mobilisation du “quart pays » qui a mené la campagne pour une politique de rupture sociale et antimondialiste]

      C’est un peu simpliste. Si l’accord impose « aux militants de LFI un hara-kiri », il impose le même supplice aux militants communistes, socialistes ou EELV. Et la « férocité » dans les échanges n’était pas unilatérale. Souvenez-vous du SMS rageur du gourou au PCF : « vous êtes la mort et le néant »…

      Pour ce qui concerne la « mobilisation du quart pays », il ne faudrait pas oublier trop vite que Mélenchon a bénéficié du « vote utile », c’est-à-dire, du vote de gens qui voulaient voir « la gauche » au deuxième tour, mais qui ne partageaient pas la vision mélenchonienne de la « rupture sociale et antimondialiste ». Mélenchon se comporte en propriétaire de ses 21%, mais cela est un abus de langage. Ce 21% est aussi fait d’électeurs communistes, socialistes ou EELV qui étaient prêts au sacrifice de certaines de leurs convictions pour le voir au deuxième tour. Mais de là à conclure que ces électeurs soutiennent inconditionnellement « l’avenir en commun »…

      [le staff de LFI est évidemment mis au chaud ( on va bien finir par avoir les listes je parie qu’on a casé tous les parisiens) et assuré d’être visible pour préparer la transition mélenchon en vue de 2027 , et la c’est une nuance avec vous car derrière le coup de génie tactique il y a aussi une réflexion stratégique de long terme]

      Ah bon ? Où est la « stratégie à long terme » ? Est-ce que quelqu’un a un projet d’organisation de LFI pour les trois ans qui viennent ? Non, tout cela est de la tactique bête et méchante. Dans le « staff », chacun joue ses cartes pour être le mieux positionné possible pour ensuite voir venir.

      [je ne suis pas d’accord avec vous sur le programme : quoi qu’on en pense l’avenir en commun est une base programmatique cohérente tenue dans le temps et progressivement ajustée au regard des circonstances :]

      Est-ce que vous pourriez m’expliquer la « cohérence » de propositions telle que la « désobéissance » aux règles européennes, qui conduit ipso facto à une crise institutionnelle, puisqu’il faudra ensuite « désobéir » aux décisions des juges français qui ne pourront que constater la violation du droit interne. Et puisque vous y êtes, pourriez-vous m’expliquer comment on fait pour mettre en œuvre la « règle verte » sans qu’immédiatement toute activité s’arrête ? Car si j’ai bien compris, la « règle verte » interdit de prélever dans l’environnement plus que ce que celui peut reconstituer… ce qui interdit tout prélèvement de minéraux – qui ne se reconstituent pas.

      Désolé, mais « l’avenir en commun » est d’abord une lettre au père Noël, suffisamment vague pour éviter que les contradictions apparaissent au grand jour. Il repose en grande partie sur l’invocation de formules magiques auxquelles on ne donne qu’un contenu approximatif : en quoi consiste CONCRETEMENT la « planification écologique » ? Comment sera organisé CONCRETEMENT le fonctionnement de la VIème République (et notamment celui du pouvoir exécutif, chose qui n’est jamais évoquée dans la pensée LFI). Par quoi remplace-t-on CONCRETEMENT le nucléaire ?

      [c’est donc bien un choix de société et il implique une bascule entre les plus préservés et les autres.]

      Je n’ai pas très bien compris cette remarque. « L’avenir en commun » ne parle pas d’une « bascule entre les plus préservés et les autres », seulement entre les « riches » (dont aucune définition n’est fournie) et les autres. Les classes intermédiaires ne font-elles pas, elles, partie des « plus préservés » ? En quoi « l’avenir en commun » propose de réduire leurs avantages ?

      [Est-ce possible, est ce souhaitable ??? on va le savoir très vite … en tous cas si la France était la seule à le tenter contre tous les autres ça serait croquignolet.]

      Je ne sais pas quel âge vous avez, mais étant plus près de la harpe que de la guitare, je ne peux en lisant cette formule une impression de « déjà-vu ». Je me souviens encore des grandes envolées lyriques de Mitterrand promettant la « rupture avec le capitalisme » et de « changer la vie ». Son discours et son programme étaient infiniment plus radicaux que ceux de Mélenchon aujourd’hui : là où Mitterrand promettait de « rompre avec le capitalisme », Mélenchon se contente de « rompre avec le néolibéralisme ». Mais une fois arrivé au pouvoir ? Et bien, Mitterrand s’est rapidement coulé dans le moule néolibéral. Et Mélenchon ferait probablement la même chose, lui qui a accompagné comme un bon soldat toute la saga mitterrandienne, au point de faire une campagne passionnée pour le « oui » à Maastricht.

      Alors, désolé de vous décevoir, mais ne croyez pas que Mélenchon président – ou Mélenchon premier ministre – amènerait à « tenter contre les autres » une rupture. La gauche bienpensante est toujours « radicale » et fourmille de bonnes idées quand elle est dans l’opposition. Il est rare qu’elles survivent à ses victoires…

      [mais où je vous rejoins c’est que pour moi il n’est pas acquis du tout qu’il y ait majorité aboslue, voire relative et qui plus est dans l’ordre souhaité LFI EELV PS PC. Le risque existe même eu égard aux forces de rappel local et à l’ingénuité idéalistique des militants LFI (par ailleurs assez remontés de leur éviction pour laisser la place quand même) que le groupe PS soit en nombre supérieur à celui de LFI en étant parti de 1,78 % des suffrages !]

      C’est mathématiquement impossible. L’accord avec LFI laisse au PS 70 circonscriptions. A supposer que le PS fasse carton plein – ce qui déjà paraît difficile, car parmi ces 70 seule une trentaine paraît gagnable – cela lui ferait 70 députés. Si LFI faisait moins de 70 élus, où trouvez-vous votre majorité, même relative ? Tels que les accords son écrits, la gauche non LFI peut au maximum avoir 170 députés. La majorité étant à 289 députés, elle ne sera atteinte que si LFI en a au moins 119…

      [Surtout si les barons font des candidatures hors accord.]

      Je doute que les élus « hors accords » soient admis dans une majorité avec LFI.

      [Bref je retiens de tout ça surtout une énorme mise en tension supplémentaire dans un moment géopolitique et macroéconomique dangereux avec des institutions de moins en moins crédibles et de gros risques pour le pays alors qu’on voit bien au vu des prises de position des uns et des autres que le point de rupture se rapproche terriblement.]

      Je ne vois rien de tel. D’abord, je vois mal ce qui fait dire que « les institutions sont de moins en moins crédibles ». Je ne peux que constater que quand le parlement fait une loi, quand le gouvernement sort un décret, il est obéi. N’est ce pas là la preuve à l’acide de la « crédibilité » des institutions ? Ensuite, je ne vois pas très bien de quel « point de rupture » on parle. Pourrais-tu préciser ?

  9. cdg dit :

    “un peuple (de gauche), un programme, un leader”
    Je sais pas si vous l avez fait expres, mais en allemand ca donne “ein Volk, ein Program, Ein Führer” soit quasiment le slogan nazi (Ein Volk, ein Reich, ein Führer)
     
    PS: 98 % de chance que ca soit pas un hasard non ?

    • Descartes dit :

      @ cdg

      [PS: 98 % de chance que ca soit pas un hasard non ?]

      “Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer” ? Jamais entendu cette expression. Ca doit être une coïncidence, effectivement…

  10. Jordi dit :

    La parade NUPESiale pour l’accouplement entre le gourou et ses groupies.
     
    N’ayant aucune espèce de sympathie pour ce courant, je crains que le marché de NUPES ne soit un franc succès. Une vaste alliance électorale entre partis organisés pour soutenir des candidatures communes et se partager les circonscriptions. Avec ce qu’il faut de vernis pour que ça ressemble plus à un projet qu’à une combine, pour ne pas révulser le militant. Et comme Méluche est très intelligent, il a proposé un slogan rassembleur “Mélenchon premier ministre”, qui ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agisse d’une alliance “dans un esprit de second tour”(on ne parle pas de programme commun) et qu’il en est le chef. C’est extrêmement habilement joué de sa part.
     
    Vous répondiez à un autre commentateur sur les méfaits des règles relatives au cumul des mandats, sur le fait que c’est aux électeurs seul qu’il devrait appartenir de choisir leurs élus, et sur le pouvoir des barons locaux. Je suis globalemnt d’accord avec vous, mais je pense que vous omettez trois points très importants sur les conséquences funestes de cette interdiction.
     
    * Lorsque Chaban-Delmas, député maire de Bordeaux, posait ses fesses au Palais Bourbon, ca pesait lourd. Il portait la voix des bordelais (et du centre droit) et était à ce titre légitime à s’écarter sur certains sujets de la ligne du parti. Ce n’était pas un “bot” votant suivant une consigne et finalement automatisable. Aujourd’hui, on pourrait transférer le vote au chef de groupe, 5 députés suffiraient et le budget de fonctionnement des institutions s’en retrouverait allégé. A tel point qu’un député ne votant pas sur la ligne de son parti systématiquement (par exemple Joachim Son-Forget, une des rares personnalités de talent à l’AN) est souvent qualifié de traître. Vous vous plaigniez de féodalités régionales, mais sans voir que le problème démocratique est au contraire qu’on interdit aux représentants politiques des territoires de peser dans l’élaboration de la loi, réservant ce pouvoir au seules arrières boutiques des états majors des partis. Si j’étais taquin, je dirais que c’est en phase avec le centralisme démocratique du PCF historique, mais que c’est une insulte aux valeurs des autres formations politiques.
     
    * Un député sortant battu, ou non réinvesti par son parti se retrouve au chômage. C’est un sort très peu enviable, qui réserve le rôle de député à des apparatchiks se préparant un pantouflage ou un poste de permanent du parti .
    Celà empêche l’Assemblée Nationale d’inclure les meilleurs talents, faute de pouvoir leur garantir un minimum de sécurité professionnelle. Rajoutons que dans plus de la moitié des circos, une chèvre avec la bonne étiquette serait élue, ce qui fait que plus de la moitie des députés sont nommés par les comités d’investitures opaques et non choisis par les électeurs.
     
    * Enfin, il est temps d’admettre que puisque l’assemblée nationale est désignée par une élection de listes, que les députés ne représentent que leur parti (dont ils sont par obligation godillots tant le parti les tient par les couilles) et non leur circonscription dont il n’ont même pas le droit de participer à la politique locale,  que cet élection n’a aucun enjeu local et purement des enjeux nationaux, il n’y aucune raison d’écarter le scrutin proportionnel national, éventuellement tempéré par un seuil de qualification de 5%, pour ce scrutin. 
     

    • Descartes dit :

      @ Jordi

      [N’ayant aucune espèce de sympathie pour ce courant, je crains que le marché de NUPES ne soit un franc succès. Une vaste alliance électorale entre partis organisés pour soutenir des candidatures communes et se partager les circonscriptions. Avec ce qu’il faut de vernis pour que ça ressemble plus à un projet qu’à une combine, pour ne pas révulser le militant.]

      Tout dépend du niveau du réflexe unitaire dans le « peuple de gauche ». Car les expériences passées de ce type d’union ont été plutôt désastreuses, quoi qu’en dise le gourou. Quand il revendique le bilan de la « gauche plurielle » au nom des « trente-cinq heures sans réduction de salaire », il oublie d’une part que les trente-cinq heures avaient pour contrepartie la flexibilisation du travail, mais aussi un blocage des salaires pendant cinq ans, ce qui, avec une inflation de l’ordre de 2% représente une baisse de salaire de l’ordre de 10%. Et qu’à côté de cette mesure « sociale » il faudrait placer la privatisation des télécommunications, d’Air France, l’ouverture du marché de l’électricité et du gaz…

      Mais quand on veut croire, rien n’est suffisamment absurde, comme le notait Saint Augustin. Et après le quinquennat désastreux de Hollande, après cinq ans de macronisme, alors que la boussole idéologique de « la gauche » n’indique plus rien, les « peuple de gauche » a désespérément envie de croire que « cette fois-ci, ce sera différent ». Et cette volonté de croire peut faire la différence. Est-ce que cette différence peut être suffisante pour donner une majorité à la gauche à l’Assemblée ? Cela ne paraît pas vraisemblable… mais on a tellement vu des choses invraisemblables, ces derniers temps…

      [Et comme Méluche est très intelligent, il a proposé un slogan rassembleur “Mélenchon premier ministre”, qui ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agisse d’une alliance “dans un esprit de second tour”(on ne parle pas de programme commun) et qu’il en est le chef. C’est extrêmement habilement joué de sa part.]

      Oui et non. La décision de transformer l’élection législative en élection du premier ministre est très habile, parce qu’elle permet à chaque candidat de bénéficier par procuration du charisme du leader, et en ces temps d’égo-politique triomphante, le leader est tout et tout est dans le leader. Mais « en même temps », comme dirait l’autre, c’est un slogan difficile à porter par les militants des partis alliés à LFI. Je ne vois pas mes anciens camarades de section du PCF aller joyeusement coller la gueule de Mélenchon dans les murs…

      [* Lorsque Chaban-Delmas, député maire de Bordeaux, posait ses fesses au Palais Bourbon, ca pesait lourd. Il portait la voix des bordelais (et du centre droit) et était à ce titre légitime à s’écarter sur certains sujets de la ligne du parti. Ce n’était pas un “bot” votant suivant une consigne et finalement automatisable.]

      Je n’ai nullement oublié ce point, au contraire, je l’ai souligné. C’est précisément de cela que je parlais quand je disais que le cumul permettait d’avoir une assemblée enracinée dans le pays.

      [Vous vous plaigniez de féodalités régionales, mais sans voir que le problème démocratique est au contraire qu’on interdit aux représentants politiques des territoires de peser dans l’élaboration de la loi, réservant ce pouvoir au seules arrières boutiques des états-majors des partis.]

      Pardon. C’est là UN des « problèmes démocratiques ». Mais il y en a un autre : c’est que la « loi » pèse de moins en moins par rapport au pouvoir des « barons ». Et vous allez voir : bientôt les « barons » auront le pouvoir de déroger à la loi – par le biais des « expérimentations » et autres « adaptations au contexte local ». Alors que la loi est de plus en plus la transcription des directives bruxelloises et que les domaines dans laquelle elle intervient sont de moins en moins étendus, le fait que les « barons » n’y participent pas à son élaboration devient un mal mineur.

      [Si j’étais taquin, je dirais que c’est en phase avec le centralisme démocratique du PCF historique, mais que c’est une insulte aux valeurs des autres formations politiques.]

      C’est surtout montrer une incompréhension totale de ce qu’était le « centralisme démocratique ». Le « centralisme démocratique » n’est finalement que l’extension au Parti du principe normatif d’obéissance à la loi. De la même manière qu’on peut librement discuter des lois AVANT qu’elles soient votées mais qu’on est obligé de les appliquer APRES qu’elles l’ont été, le « centralisme démocratique » rendait obligatoires les décisions des organes démocratiquement élus à tous les adhérents – contrairement à ce qui se passait au Parti socialiste, par exemple, ou les dissidents pouvaient défendre leur propre ligne… Vous noterez d’ailleurs que le « parlement » du PCF, du temps du « centralisme démocratique », était formé essentiellement par des cadres ayant une très longue expérience et connaissance du « terrain »…

      [* Un député sortant battu, ou non réinvesti par son parti se retrouve au chômage. C’est un sort très peu enviable, qui réserve le rôle de député à des apparatchiks se préparant un pantouflage ou un poste de permanent du parti.]

      Pourquoi ? C’est le lot commun de tous les emplois de cadre supérieur : si vous déplaisez à votre employeur, vous êtes au chômage. Ici, l’employeur, c’est le peuple souverain qui est l’employeur, et l’élection vaut entretien préalable. D’ailleurs, n’importe quel travailleur dont l’entreprise ferme se trouve au chômage, et à ma connaissance cela ne réserve pas le rôle de salarié aux apparatchiks se préparant au pantouflage…

      [Cela empêche l’Assemblée Nationale d’inclure les meilleurs talents, faute de pouvoir leur garantir un minimum de sécurité professionnelle.]

      Vous admettez donc que pour attirer « les meilleurs talents », la garantie d’une sécurité professionnelle est une condition nécessaire ? Vos précédents commentaires ne m’avaient pas préparé à ça… bientôt, vous allez défendre les statuts !

      Je ne suis pas tout à fait en désaccord avec vous. Mais je ne suis pas persuadé que le cumul des mandats soit ici la bonne solution. Dites-vous bien d’ailleurs que « les meilleurs talents » trouveront toujours un emploi à la fin de leur mandat…

      [Rajoutons que dans plus de la moitié des circos, une chèvre avec la bonne étiquette serait élue, ce qui fait que plus de la moitié des députés sont nommés par les comités d’investitures opaques et non choisis par les électeurs.]

      Ne croyez pas ça. C’est peut-être vrai dans les grandes métropoles – et encore. Pas ailleurs.

      [* Enfin, il est temps d’admettre que puisque l’assemblée nationale est désignée par une élection de listes, que les députés ne représentent que leur parti (dont ils sont par obligation godillots tant le parti les tient par les couilles) et non leur circonscription dont il n’ont même pas le droit de participer à la politique locale, que cet élection n’a aucun enjeu local et purement des enjeux nationaux, il n’y aucune raison d’écarter le scrutin proportionnel national, éventuellement tempéré par un seuil de qualification de 5%, pour ce scrutin.]

      Si l’on veut rendre le pays ingouvernable, c’est sans doute la bonne voie. Un tel système aboutirait au fractionnement ad infinitum des différents partis, et à des coalitions de circonstance à l’Assemblée comme au bon vieux temps de la quatrième république…

      • Louis dit :

        @Descartes
        Pardonnes-moi de vous embêter : “Mais quand on veut croire, rien n’est suffisamment absurde, comme le notait Saint Augustin.” Si vous pensez au “credo quia absurdum”, “je le crois parce que c’est absurde”, même si souvent on le rapporte à saint Augustin, c’est au contraire à Tertullien que revient non le mérite de la formule, mais de l’idée. Ce qui lui a d’ailleurs valu des ennuis avec l’Eglise. Saint Augustin s’y opposait d’ailleurs assez franchement : pour lui, croire doit mener à comprendre, et non pas à admettre : “credo ut intellegam”.
         
        Encore merci pour vos articles.

        • Descartes dit :

          @ Louis

          [Saint Augustin s’y opposait d’ailleurs assez franchement : pour lui, croire doit mener à comprendre, et non pas à admettre : “credo ut intellegam”.]

          Tout à fait. Mais c’est Saint Augustin si ma mémoire ne me trompe pas qui dénonce la tendance de beaucoup de ses contemporains à croire sans comprendre, à reprendre la logique énoncée par Tertullien. C’est en ce sens que ma position est plus proche de Saint Augustin : je pense en effet que cette tendance à croire parce qu’on veut croire est néfaste.

          [Encore merci pour vos articles.]

          La meilleure façon de me remercier, c’est de commenter ! 😉

      • Jordi dit :

        [[N’ayant aucune espèce de sympathie pour ce courant, je crains que le marché de NUPES ne soit un franc succès. Une vaste alliance électorale entre partis organisés pour soutenir des candidatures communes et se partager les circonscriptions. Avec ce qu’il faut de vernis pour que ça ressemble plus à un projet qu’à une combine, pour ne pas révulser le militant.]]
        [Tout dépend du niveau du réflexe unitaire dans le « peuple de gauche ». Car les expériences passées de ce type d’union ont été plutôt désastreuses, quoi qu’en dise le gourou.]
        OSEF. Le but n’est pas de bien gouverner pour être reconduit dans 5 ans, c’est d’avoir un maximum de sièges pour faire une opposition de poids et avoir des postes cool.
        Et ça risque de marcher.
         
        [Oui et non. La décision de transformer l’élection législative en élection du premier ministre est très habile, parce qu’elle permet à chaque candidat de bénéficier par procuration du charisme du leader, et en ces temps d’égo-politique triomphante, le leader est tout et tout est dans le leader. Mais « en même temps », comme dirait l’autre, c’est un slogan difficile à porter par les militants des partis alliés à LFI. Je ne vois pas mes anciens camarades de section du PCF aller joyeusement coller la gueule de Mélenchon dans les murs…]
        Si je me base sur les affiches présidentielles que j’ai vues au bord des routes, Fabien Roussel a du faire 30% des voix, derrière Mélenchon (50%, plus dans les villes) mais devant Zemmour (19%). C’est peut être désagréable à entendre, mais à notre époque le militant bénévole “à l’ancienne” qui tracte et colle des affiches est devenu bien moins important, bien en deça du gain obtenu en dégageant toutes les candidatures dissidentes dans le même camp. 
        Nicolas Dupont-Aignan ou Christiane Taubira ne sont pas des figures majeures de la politique française, mais sans eux ni Macron 2017 ni Chirac 2002 n’auraient été élus. A l’heure des communications modernes, je pense que le poids des militants est faible. Vous connaissez beaucoup de militants macronistes ?
         
        [Pardon. C’est là UN des « problèmes démocratiques ». Mais il y en a un autre : c’est que la « loi » pèse de moins en moins par rapport au pouvoir des « barons ». Et vous allez voir : bientôt les « barons » auront le pouvoir de déroger à la loi – par le biais des « expérimentations » et autres « adaptations au contexte local ». Alors que la loi est de plus en plus la transcription des directives bruxelloises et que les domaines dans laquelle elle intervient sont de moins en moins étendus, le fait que les « barons » n’y participent pas à son élaboration devient un mal mineur.]
        Qu’est ce qui est apparu en premier ? L’oeuf ou la poule ? Je prenais plus haut l’exemple de Chaban Delmas, il y a toujours eu des barons et des éléphants dans les partis. Autoriser les barons à faire partie de l’Assemblée, c’est aussi une mesure pour s’assurer qu’ils ne sabotent pas le pouvoir d’icelle.
         
        [[* Un député sortant battu, ou non réinvesti par son parti se retrouve au chômage. C’est un sort très peu enviable, qui réserve le rôle de député à des apparatchiks se préparant un pantouflage ou un poste de permanent du parti.]]
        [Pourquoi ? C’est le lot commun de tous les emplois de cadre supérieur : si vous déplaisez à votre employeur, vous êtes au chômage. Ici, l’employeur, c’est le peuple souverain qui est l’employeur, et l’élection vaut entretien préalable.]
        Un cadre supérieur a accès a un grand pouvoir d’action, et il est principalement jugé sur le succès ou l’échec de la portion de l’entreprise qu’il dirige qui est sous son périmètre. Rien de tel pour un député, qui n’est que membre d’un groupe plus vaste, et ne possède que très peu de pouvoir “personnel”. Mais plus encore, vous insistez sur le fait que le député est choisi par le peuple souverain, et je pense que c’est faux. Le maire et le président sont choisis directement par les électeurs. Pour le député, c’est un jeu à 3 entre un parti politique (qui investit un candidat), les électeurs (qui votent pour une étiquette, avec une très légère prime au sortant) et le candidat (qui ne peu pas être réélu si le parti ne lui renouvelle pas son investiture)
         
        [[Cela empêche l’Assemblée Nationale d’inclure les meilleurs talents, faute de pouvoir leur garantir un minimum de sécurité professionnelle.]]
        [Vous admettez donc que pour attirer « les meilleurs talents », la garantie d’une sécurité professionnelle est une condition nécessaire ? Vos précédents commentaires ne m’avaient pas préparé à ça… bientôt, vous allez défendre les statuts !]
        Il faut offrir au choix une sécurité professionnelle, ou une chance de venir très riche (mais je vous vois mal défendre l’octroi de stock options aux députés) ou une garantie d’employabilité (un informaticien peut aller programmer dans 3 ans pour l’entreprise d’en face, il développe des compétences monnayables sur le marché du travail). Le député à juste accès à un carnet d’adresse et des opportunités de pantouflage, ce qui peut même encourager la corruption.
        Quand aux statuts, ils seraient défendables en théorie, notamment quand les statutaires rendent collectivement un service de qualité (EDF est un bon exemple), mais le fait que certains groupes aient pérennisé des droits exorbitants pour se créer des rentes payées par les Français ne rend pas le système particulièrement admirable.

        • Descartes dit :

          @ Jordi

          [« Tout dépend du niveau du réflexe unitaire dans le « peuple de gauche ». Car les expériences passées de ce type d’union ont été plutôt désastreuses, quoi qu’en dise le gourou. » OSEF. Le but n’est pas de bien gouverner pour être reconduit dans 5 ans, c’est d’avoir un maximum de sièges pour faire une opposition de poids et avoir des postes cool. Et ça risque de marcher.]

          Pour ce qui concerne les « postes cool », entre voir un guignol LFI ou un guignol LREM les occuper, personnellement, je n’ai pas de préférence… mais ne croyez pas que l’alliance au sommet résout tout. Il n’y a aucune garantie que les électeurs socialistes votent pour un « parachuté » NUPES issu de LFI…

          [C’est peut être désagréable à entendre, mais à notre époque le militant bénévole “à l’ancienne” qui tracte et colle des affiches est devenu bien moins important, bien en deça du gain obtenu en dégageant toutes les candidatures dissidentes dans le même camp.]

          Vous avez raison, mais quand les militants répugnent à coller, les électeurs répugnent à voter. Je ne sais pas s’il y aura beaucoup d’électeurs communistes ou socialistes pour voter « Mélenchon premier ministre », alors qu’ils auraient peut-être voté pour un candidat local bien implanté.

          [Qu’est ce qui est apparu en premier ? L’oeuf ou la poule ?]

          Dans le cas présent, on peut répondre sans hésiter : c’est la volonté d’affaiblir l’Etat pour permettre la construction européenne qui a été le début du désastre, avec la décentralisation de 1983.

          [Je prenais plus haut l’exemple de Chaban Delmas, il y a toujours eu des barons et des éléphants dans les partis. Autoriser les barons à faire partie de l’Assemblée, c’est aussi une mesure pour s’assurer qu’ils ne sabotent pas le pouvoir d’icelle.]

          Encore faut-il qu’ils veuillent venir. Il semble qu’à l’Elysée l’équipe de Macron est effrayée par le nombre de « barons » à qui on a offert Matignon et qui l’ont décliné poliment. Quelque chose d’impensable à l’époque de Chaban, ou chaque « baron » local aspirait à devenir roi à Paris. Je persiste et signe : vous avez tort de penser que la France est devenue plus « jacobine » avec Macron. C’est le contraire : c’est la victoire de la Gironde qui a permis l’accession de quelqu’un comme Macron à un pouvoir central dévalorisé.

          [« Pourquoi ? C’est le lot commun de tous les emplois de cadre supérieur : si vous déplaisez à votre employeur, vous êtes au chômage. Ici, l’employeur, c’est le peuple souverain qui est l’employeur, et l’élection vaut entretien préalable. » Un cadre supérieur a accès à un grand pouvoir d’action, et il est principalement jugé sur le succès ou l’échec de la portion de l’entreprise qu’il dirige qui est sous son périmètre.]

          Vous avez une vision idéalisée du privé. Il est possible que ce que vous présentez soit vrai dans une petite entreprise. Mais dans les grandes organisations, les cadres supérieurs sont encadrés par des procédures et soumis à une interdépendance qui n’a rien à envier à celle des politiques. Ils n’ont qu’un « pouvoir d’action » fort encadré, et souvent le « succès ou l’échec » dans leur domaine ne dépend pas exclusivement d’eux. Et, comme les politiques, ils peuvent aussi servir de fusibles pour des erreurs commises par d’autres…

          [Rien de tel pour un député, qui n’est que membre d’un groupe plus vaste, et ne possède que très peu de pouvoir “personnel”.]

          Ni plus ni moins qu’un membre d’un conseil d’administration… ou les membres non exécutifs d’un comité de direction. Vous savez, la direction collective, ça existe aussi dans le privé.

          [Mais plus encore, vous insistez sur le fait que le député est choisi par le peuple souverain, et je pense que c’est faux. Le maire et le président sont choisis directement par les électeurs. Pour le député, c’est un jeu à 3 entre un parti politique (qui investit un candidat), les électeurs (qui votent pour une étiquette, avec une très légère prime au sortant) et le candidat (qui ne peu pas être réélu si le parti ne lui renouvelle pas son investiture)]

          Pas du tout. La question des investitures est vite réglée, parce que les « barons » contrôlent en général les structures locales de leur parti – normal, c’est par eux que passe l’influence, les postes, les prébendes. On peut toujours refuser nationalement l’investiture à un sortant, mais c’est un gros risque, parce qu’en général il a les moyens de se présenter quand même avec l’appui des structures locales, et souvent emporte le morceau – ou à minima, fait mordre la poussière au candidat « officiel » nommé par Paris. Quant aux électeurs, cela fait belle lurette que les « étiquettes » ont cessé vraiment de compter…

          [« Vous admettez donc que pour attirer « les meilleurs talents », la garantie d’une sécurité professionnelle est une condition nécessaire ? Vos précédents commentaires ne m’avaient pas préparé à ça… bientôt, vous allez défendre les statuts ! » Il faut offrir au choix une sécurité professionnelle, ou une chance de venir très riche]

          C’est aussi vrai pour les cadres de la SNCF, de la fonction pbulique, ou d’EDF ? Je vous le dis, vous allez finir par défendre les statuts du cheminot, du fonctionnaire ou des électriciens-gaziers.

          [(…) ou une garantie d’employabilité (un informaticien peut aller programmer dans 3 ans pour l’entreprise d’en face, il développe des compétences monnayables sur le marché du travail).]

          Un député a généralement un carnet d’adresses fort monnayable…

          [Le député à juste accès à un carnet d’adresse et des opportunités de pantouflage, ce qui peut même encourager la corruption.]

          Je ne vois pas comment un député pourrait « pantoufler ». Au sens strict, le « pantouflage » ne peut être pratiqué que par les fonctionnaires.

          [Quant aux statuts, ils seraient défendables en théorie, notamment quand les statutaires rendent collectivement un service de qualité (EDF est un bon exemple), mais le fait que certains groupes aient pérennisé des droits exorbitants pour se créer des rentes payées par les Français ne rend pas le système particulièrement admirable.]

          Faudrait savoir : vous ne pouvez pas m’expliquer que pour attirer « les meilleurs talents » il faut accorder la sécurité de l’emploi, et ensuite critiquer les statuts en les assimilant à des « rentes ». Par ailleurs, les « droits exorbitants » n’existent en général que dans l’imagination de certains. Si les statuts ouvraient des « droits exorbitants » non compensés par des salaires faibles ou des devoirs tout aussi exorbitants, on verrait les candidats faire la queue pour être embauchés au statut. Or, ce n’est pas le cas. Les concours de la fonction publique voient les candidatures baisser régulièrement en quantité et en qualité au points que certains – celui de professeur de mathématiques, par exemple – ont moins d’admissibles que de places offertes. Même chose à EDF, ou le parc nucléaire peine à renouveler ses cadres tant les contraintes du métier sont importantes en relation avec les salaires payés…

          • Jordi dit :

            [Pour ce qui concerne les « postes cool », entre voir un guignol LFI ou un guignol LREM les occuper, personnellement, je n’ai pas de préférence… mais ne croyez pas que l’alliance au sommet résout tout. Il n’y a aucune garantie que les électeurs socialistes votent pour un « parachuté » NUPES issu de LFI…)]
            Le fait de ne pas avoir d’autres alternatives que quelques illuminés trostkytes ou animalistes, le candidat de Macron, et des droites qui s’assument plus ou moins est une motivation puissante pour voter NUPES. Ca encouragera quelques uns à aller à la pêche en ce dimanche, et donnera des aigreurs d’estomac à quelques sympathisants très convaincus dont vous faites partis. Si vous tenez tant que ça à aller coller des affiches cocos, j’ai cru comprendre que vous étiez en région Parisienne. Vous pourriez prendre votre jolie voiture et aller les coller là où l’investiture NUPES a été décernée à un proche de Fabien Roussel.
             
            [Vous avez raison, mais quand les militants répugnent à coller, les électeurs répugnent à voter. Je ne sais pas s’il y aura beaucoup d’électeurs communistes ou socialistes pour voter « Mélenchon premier ministre », alors qu’ils auraient peut-être voté pour un candidat local bien implanté.]
            Je modéliserais que la dynamique entre militants et électeurs est différente. J’espère que vous avez raison et que je me trompe, mais je ne le pense pas.
             
            [Dans le cas présent, on peut répondre sans hésiter : c’est la volonté d’affaiblir l’Etat pour permettre la construction européenne qui a été le début du désastre, avec la décentralisation de 1983.]
            Raison de plus, toutefois : les barons seraient plus enclins à soutenir le pouvoir de l’Assemblée Nationale s’ils y étaient présents et influents à raison de leur “poids”. Il préfèrent un suzerain lointain, complaisant et Bruxellois à une Assemblée jacobine dont ils sont exclus. S’ils pouvaient être les leaders légitimes du Palais Bourbon, leur musique changerait.
             
            [Encore faut-il qu’ils veuillent venir. Il semble qu’à l’Elysée l’équipe de Macron est effrayée par le nombre de « barons » à qui on a offert Matignon et qui l’ont décliné poliment. Quelque chose d’impensable à l’époque de Chaban, ou chaque « baron » local aspirait à devenir roi à Paris.]
            Ils n’aspiraient pas à être roi, juste “membre du première cercle”. Mais tout comme Louix XIV avait un valet chargé de son pot de chambre et d’autres domestiques qu’il ne voulait point nobles pour pouvoir les battre si besoin, Macron a transformé le premier ministre en secrétaire chargé de communication de son cabinet et “monsieur mauvaises nouvelles” tandis que le patron annonce les bonnes. Les petits fours sont sympas, mais il faut reconnaitre que le premier ministre de Macron a quand même largement moins de pouvoir et d’influence que n’en avait celui de Medvedev, ou même Jospin sous la cohabitation
             
            [Je persiste et signe : vous avez tort de penser que la France est devenue plus « jacobine » avec Macron. C’est le contraire : c’est la victoire de la Gironde qui a permis l’accession de quelqu’un comme Macron à un pouvoir central dévalorisé.]
            C’est un petit désaccord. Du moins sur la formulation. Je pense que les jacobins ont confisqué toutes les institutions Françaises, et que les girondins qui en ont été exilés les ont dévitalisées, n’en laissant que des ruines et oubliant Paris pour regarder avec docilité vers Berl… Bruxelles.
             
            [Vous avez une vision idéalisée du privé. Il est possible que ce que vous présentez soit vrai dans une petite entreprise. Mais dans les grandes organisations, les cadres supérieurs sont encadrés par des procédures et soumis à une interdépendance qui n’a rien à envier à celle des politiques. Ils n’ont qu’un « pouvoir d’action » fort encadré, et souvent le « succès ou l’échec » dans leur domaine ne dépend pas exclusivement d’eux.]
            Ils ne sont pas des barons tout puissants, mais on distingue trois types :
            * ceux qui ont un très grand pouvoir d’action
            * les homme-liges de gens qui ont un très grand pouvoir d’action, qui accepte leur rôle de fusible/garde du corps mais disposent là aussi d’un vrai pouvoir organisationnel tant que leur protecteur est en place
            * les “mangeurs de petits fours” qui acceptent de servir d’homme de paille parce que la soupe et bonne, qui sont heureux d’être choisis et qu’au pire ils se recaseront plus ou moins facilement
             
            [Pas du tout. La question des investitures est vite réglée, parce que les « barons » contrôlent en général les structures locales de leur parti – normal, c’est par eux que passe l’influence, les postes, les prébendes. On peut toujours refuser nationalement l’investiture à un sortant, mais c’est un gros risque, parce qu’en général il a les moyens de se présenter quand même avec l’appui des structures locales, et souvent emporte le morceau – ou à minima, fait mordre la poussière au candidat « officiel » nommé par Paris.]
            Je pense que vous extrapolez le fonctionnement du PCF aux autres partis, et notamment aux partis (LFI, LhAREM, FN, Reconquête) dirigés par un chef suprême gourou incontesté. On parle des investitures aux législatives, et pour les investitures aux législatives le siège à la pouvoir. Je vous accorde que les régionales, les municipales et les départementales fonctionnent différemment.
             
            [Quant aux électeurs, cela fait belle lurette que les « étiquettes » ont cessé vraiment de compter…]
            Quand on voit le résultat aux législatives 2017 de gens entrés en politique 2 mois plus tôt et ayant reçu l’étiquette “en marche”, permettez moi d’en douter fortement. Lors de mon bref engagement à l’UMP, j’ai observé en face le député homme blanc sortant et très bien installé de ma circo du XXe (une circo “rose vif”) être backboulé par une femme issue de la diversité imposée par la commission des investitures PS (une femme aux qualités réelles, mais imposée par “le siège”). Et ça n’a pas fait un pli.
             
            [Je ne vois pas comment un député pourrait « pantoufler ».]
            [Un député a généralement un carnet d’adresses fort monnayable…]
            Vous répondez vous même à votre question. Avec tous les risques de corruption que cela implique.
             
            [C’est aussi vrai pour les cadres de la SNCF, de la fonction pbulique, ou d’EDF ? Je vous le dis, vous allez finir par défendre les statuts du cheminot, du fonctionnaire ou des électriciens-gaziers.]
            Restons raisonnables :). Mais si j’ai le temps je re-commenterai un de vos anciens articles qui abordait plus frontalement ce sujet.

            • Descartes dit :

              @ Jordi

              [Le fait de ne pas avoir d’autres alternatives que quelques illuminés trostkytes ou animalistes, le candidat de Macron, et des droites qui s’assument plus ou moins est une motivation puissante pour voter NUPES.]

              Je dirai surtout que c’est un encouragement puissant à s’abstenir. J’aurais certainement voté un candidat communiste qui se serait présenté dans ma circonscription. Mais je n’ai aucune envie de voter l’espèce de guignolesse – puisqu’il faut féminiser les titres, alons-y gaiement – que LFI a décidé d’investir, et donc je ne voterai pas. Ou bien je voterai RN pour foutre le bordel.

              [Ca encouragera quelques-uns à aller à la pêche en ce dimanche, et donnera des aigreurs d’estomac à quelques sympathisants très convaincus dont vous faites partis.]

              Je vous le répète : Si le candidat LFI veut ma voix, il faut qu’il fasse l’effort de la gagner. S’il met dans sa profession de foi les conneries du genre « sortie du nucléaire », s’il a un profil « groupie de Mélenchon », s’il ne manifeste pas clairement son attachement à la laïcité et son rejet de tout communautarisme, je ne voterai pas pour lui. Et puis c’est tout. Je ne me contenterai pas d’une « aigreur d’estomac ».

              [Si vous tenez tant que ça à aller coller des affiches cocos, j’ai cru comprendre que vous étiez en région Parisienne. Vous pourriez prendre votre jolie voiture et aller les coller là où l’investiture NUPES a été décernée à un proche de Fabien Roussel.]

              Ma « jolie voiture », c’est une diesel qui va sur ses vingt-cinq ans. Je ne bosse pas dans le privé, moi… Et si vous pensez que les cadres du public roulent en BMW neuve, vous vous fourrez le doigt dans l’œil. Et je ne vois pas qui est ce « proche de Fabien Roussel » auquel vous faites référence. J’aurais avec plaisir fait la campagne de Roussel ou celle de Gérin…

              [« Dans le cas présent, on peut répondre sans hésiter : c’est la volonté d’affaiblir l’Etat pour permettre la construction européenne qui a été le début du désastre, avec la décentralisation de 1983. » Raison de plus, toutefois : les barons seraient plus enclins à soutenir le pouvoir de l’Assemblée Nationale s’ils y étaient présents et influents à raison de leur “poids”.]

              Oui, mais dans ce cas qu’est-ce qu’on gagne ? Autant leur transférer tous les pouvoirs directement, et acter l’impuissance du pouvoir central. Vous noterez que la décentralisation de 1983 fut l’œuvre d’une Assemblée dans laquelle les « barons » étaient nombreux et fort bien représentés… L’Assemblée « jacobine » dont vous parlez n’a jamais existé, et lorsque les « barons » ont été exclus par l’interdiction du cumul, le pouvoir avait depuis bien longtemps été transféré à Bruxelles ou aux collectivités locales.

              [C’est un petit désaccord. Du moins sur la formulation. Je pense que les jacobins ont confisqué toutes les institutions Françaises, et que les girondins qui en ont été exilés les ont dévitalisées, n’en laissant que des ruines et oubliant Paris pour regarder avec docilité vers Berl… Bruxelles.]

              Pouvez-vous donner un exemple d’institution ainsi « confisquée » ?

              [« Pas du tout. La question des investitures est vite réglée, parce que les « barons » contrôlent en général les structures locales de leur parti – normal, c’est par eux que passe l’influence, les postes, les prébendes. On peut toujours refuser nationalement l’investiture à un sortant, mais c’est un gros risque, parce qu’en général il a les moyens de se présenter quand même avec l’appui des structures locales, et souvent emporte le morceau – ou à minima, fait mordre la poussière au candidat « officiel » nommé par Paris. » Je pense que vous extrapolez le fonctionnement du PCF aux autres partis, et notamment aux partis (LFI, LhAREM, FN, Reconquête) dirigés par un chef suprême gourou incontesté.]

              Je vous parlais de la gauche. Chez les socialistes, par exemple, la candidature dissidente – dissident qu’on exclut et qu’on réintègre s’il est élu – a valeur de tradition locale. Même chose chez les écolos. Quant au PCF, la direction centrale n’ose même pas sanctionner les « barons ». Il n’y a qu’à LFI que le gourou tout-puissant peut encore lancer des anathèmes… et encore : il aurait bien voulu se débarrasser de Ruffin, il n’y a pas réussi…

              [« Quant aux électeurs, cela fait belle lurette que les « étiquettes » ont cessé vraiment de compter… » Quand on voit le résultat aux législatives 2017 de gens entrés en politique 2 mois plus tôt et ayant reçu l’étiquette “en marche”, permettez moi d’en douter fortement.]

              Ce n’est pas l’étiquette qui les a fait élire, mais l’appel du président de la République. Là où plusieurs candidats se sont présentés en affirmant leur fidélité à Macron (par exemple, un candidat LREM contre un Modem dissident) l’étiquette ne les a pas forcément aidé…

              [Lors de mon bref engagement à l’UMP, j’ai observé en face le député homme blanc sortant et très bien installé de ma circo du XXe (une circo “rose vif”) être backboulé par une femme issue de la diversité imposée par la commission des investitures PS (une femme aux qualités réelles, mais imposée par “le siège”). Et ça n’a pas fait un pli.]

              Le député en question s’est-il présenté en dissident ?

              [« Je ne vois pas comment un député pourrait « pantoufler » (…) Un député a généralement un carnet d’adresses fort monnayable… » Vous répondez vous même à votre question. Avec tous les risques de corruption que cela implique.]

              Je pense que vous ne connaissez pas le sens du mot « pantoufler ». Pantoufler, ce n’est pas le fait d’aller travailler dans le privé ou de vendre son carnet d’adresses. Le « pantouflage », c’est le fait pour un haut-fonctionnaire d’aller travailler dans le privé. Le mot vient d’ailleurs du fait que les hauts fonctionnaires étaient rémunérés pendant leur formation en tant qu’élèves-fonctionnaires (à l’ENA, à Polytechnique, à l’ENS, à l’ENM…) mais qu’en échange ils devaient dix ans de services à l’Etat. A défaut, ils devaient rembourser les émoluments reçus, la « pantoufle ». Au départ, « pantoufler » voulait dire aller dans le privé avant l’expiration des dix ans, en remboursant la « pantoufle ». Certaines entreprises « rachetaient la pantoufle », en payant en échange d’un engagement sur la durée…

              C’est pourquoi un député ne peut « pantoufler »…

              [« C’est aussi vrai pour les cadres de la SNCF, de la fonction pbulique, ou d’EDF ? Je vous le dis, vous allez finir par défendre les statuts du cheminot, du fonctionnaire ou des électriciens-gaziers. » Restons raisonnables :).]

              Moi, je suis très raisonnable : si pour vous l’absence de sécurité de l’emploi est un obstacle pour attirer « les meilleurs talents » au métier politique, on voit mal pourquoi ce ne le serait pas aussi pour les attirer dans la fonction publique, à la SNCF ou à EDF…

            • Jordi dit :

              @Decartes : tout d’abord, sachez que j’apprécie énormément l’effort que vous faites de tenir un espace de réflexion sincère, fusse t’elle musclée. J’apprécie le sarcasme, j’aime m’exprimer sur le mode ironique, mais je ne souhaite pas vous offenser. J’espère ne pas avoir franchi cette ligne.
               
              [Je dirai surtout que c’est un encouragement puissant à s’abstenir. J’aurais certainement voté un candidat communiste qui se serait présenté dans ma circonscription. Mais je n’ai aucune envie de voter l’espèce de guignolesse – puisqu’il faut féminiser les titres, allons-y gaiement – que LFI a décidé d’investir, et donc je ne voterai pas. Ou bien je voterai RN pour foutre le bordel.]
              D’où ma remarque sur “aller à la pêche”. Je pense néanmoins que votre démarche est minoritaire. Au premier tour, le.a guignol.essse NUPES obtiendra les voix de sa famille politique, la moitié des voix des autres composantes NUPES, et l’autre moitié des NUPESants iront regarder la télé (la pêche est passée de mode, elle implique de regarder vraiment la Nature). Mais cette autre moitié n’aurait de toute façon pas voté pour le.a guignol.esse. Ce me parait être une alliance électorale maximisant le potentiel des consjurés.
              Rien à voir avec la primaire LR de 2017 ou les hyènes Juppéistes perdantes ont massivement déserté chez Macron.
               
              [[Ca encouragera quelques-uns à aller à la pêche en ce dimanche, et donnera des aigreurs d’estomac à quelques sympathisants très convaincus dont vous faites partis.]]
              [Je vous le répète : Si le candidat LFI veut ma voix, il faut qu’il fasse l’effort de la gagner. S’il met dans sa profession de foi les conneries du genre « sortie du nucléaire », s’il a un profil « groupie de Mélenchon », s’il ne manifeste pas clairement son attachement à la laïcité et son rejet de tout communautarisme, je ne voterai pas pour lui. Et puis c’est tout. Je ne me contenterai pas d’une « aigreur d’estomac ».]
              Ielle veut bien votre voix, mais pas au point de vous faire des concessions politiques. Si ca ne vous plait pas, ielle peut vous donner des conseils sur l’amorçage pour votre dimanche piscicole du 12 juin.
              Ielle insiste néanmoins pour vous rappeler que c’est luyelle, le LHaremiste ou l’eXXXXtremedroate des zeurelépluçombredenautristoire .
               
              [Ma « jolie voiture », c’est une diesel qui va sur ses vingt-cinq ans. Je ne bosse pas dans le privé, moi… ]
              Je vous aurais volontiers invité à l’apéro (ou à un petit barbecue), rituels marquant la limite de mes extrêmement modestes talents culinaires. Mais la route reliant Bordeaux à Narbonne, ainsi que toutes les voies situées sur la commune Toulouse, sont désormais interdites aux gueux de votre espèce. Toutes les voies situées sur la commune de Toulouse, y compris le périph ou le tronçon urbain des autoroutes.
              Vous êtes un gueux, un minable pollueur qui pue la clope et roule en diesel. Vous n’avez plus le droit de circuler, c’est réservé aux citoyens supérieurs. C’est aussi cela, la Gauche et le Progrès. 
              J’ai beau venir de très à droite, et avoir une profil sociologique très Macroniste (je vais même au taf en vélo), je ne pardonnerai jamais la violence et le mépris de classe dont ont été victimes mes concitoyens Gilets Jaunes. Jamais. J’ai néanmoins fermé ma gueule à la cantine et gardé mon job, qui nourrit ma famille et paye notre crédit immobilier.
               
              [Et je ne vois pas qui est ce « proche de Fabien Roussel » auquel vous faites référence. J’aurais avec plaisir fait la campagne de Roussel ou celle de Gérin]
              N’importe quel candidat PCF pas trop loin de chez vous. Je vous invite à aller militer dans la circo PCF-NUPES (si elle est à une distance raisonnable), plutôt que rester passif (ce qui serait un gâchis) ou aller arroser un jardin LFIque.
               
              [ Vous noterez que la décentralisation de 1983 fut l’œuvre d’une Assemblée dans laquelle les « barons » étaient nombreux et fort bien représentés… ]
              La bruxellisation n’est pas un phénomène strictement Français, et ne se réduit pas à la problématique du jacobinisme. Je pense que faire transitionner les barons du groupe de “ceux qui ont avantage à la tutelle de bruxelles” à “ceux qui gagneront plus de pouvoir si l’Assemblée légiférait en France” est un acte politique qui pourrait faire basculer de puissants alliés au camp souverainiste dont nous faisons tous deux à notre très humble niveau partie dans notre juste lutte contre le quatrième Reich.
               
              [L’Assemblée « jacobine » dont vous parlez n’a jamais existé]
              Créons la.
               
              [Pouvez-vous donner un exemple d’institution ainsi « confisquée » ?]
              Le Palais Bourbon
               
              [Il n’y a qu’à LFI que le gourou tout-puissant peut encore lancer des anathèmes… et encore : il aurait bien voulu se débarrasser de Ruffin, il n’y a pas réussi…]
              Ruffin est un type bizarre. C’est le dernier “membre du premier cercle” défenseur des classes populaires indigènes à LFI. Ni prof ni musulman.
              Kuzmanovic et Tatiana Ventôse (pour qui je n’ai jamais caché mon immense estime) sont partis, les étudiants Bac+plein en socio les ont remplacés.
              Chez LHarem, Reconquête ou le RN, c’est pareil. Les autres partis ont fait moins de 5% à la présidentielle.
               
              [Le député en question s’est-il présenté en dissident ?]
              Oui. Michel Charzat contre Marie-George Pau-Langevin . J’ai un grand respect pour l’un et l’autre, deux personnes dont j’ai pu apercevoir des qualités humaines, même si je suis assez éloigné de leurs positions politiques.
               
              [Je pense que vous ne connaissez pas le sens du mot « pantoufler ». Pantoufler, ce n’est pas le fait d’aller travailler dans le privé ou de vendre son carnet d’adresses. Le « pantouflage », c’est le fait pour un haut-fonctionnaire d’aller travailler dans le privé. Le mot vient d’ailleurs du fait que les hauts fonctionnaires étaient rémunérés pendant leur formation en tant qu’élèves-fonctionnaires (à l’ENA, à Polytechnique, à l’ENS, à l’ENM…) mais qu’en échange ils devaient dix ans de services à l’Etat. A défaut, ils devaient rembourser les émoluments reçus, la « pantoufle ». Au départ, « pantoufler » voulait dire aller dans le privé avant l’expiration des dix ans, en remboursant la « pantoufle ». Certaines entreprises « rachetaient la pantoufle », en payant en échange d’un engagement sur la durée…
              C’est pourquoi un député ne peut « pantoufler »…]
              Ex-taupin, je me permettrai d’insister sur le fait que je connais le sens original du mot, mais que les mots vivent et évoluent. Pantouflage peut aussi désigner un agent public qui part avec armes, bagages, carnet d’adresse et souvenir des services rendus vers une carrière privée lucrative.
               
              [Moi, je suis très raisonnable : si pour vous l’absence de sécurité de l’emploi est un obstacle pour attirer « les meilleurs talents » au métier politique, on voit mal pourquoi ce ne le serait pas aussi pour les attirer dans la fonction publique, à la SNCF ou à EDF…]
              Je répondrai volontiers sur un autre fil. Mais encore une fois, en tant que libéral, je ne vois pas le statut de EDF-GDF ou des cheminots comme faisant partie du top 50 des problèmes français.
              Pour les profs, je serais moins indulgent.

            • Descartes dit :

              @ Jordi

              [tout d’abord, sachez que j’apprécie énormément l’effort que vous faites de tenir un espace de réflexion sincère, fusse t’elle musclée. J’apprécie le sarcasme, j’aime m’exprimer sur le mode ironique, mais je ne souhaite pas vous offenser. J’espère ne pas avoir franchi cette ligne.]

              Je vous rassure, il n’y a pas de mal. Un échange peut être ironique, sarcastique même, sans pour autant verser dans la méchanceté ou manquer à la courtoisie. Je ne vois aucune raison de me sentir offensé ou blessé par vos propos.

              [D’où ma remarque sur “aller à la pêche”. Je pense néanmoins que votre démarche est minoritaire. Au premier tour, le.a guignol.essse NUPES obtiendra les voix de sa famille politique, la moitié des voix des autres composantes NUPES, et l’autre moitié des NUPESants iront regarder la télé (la pêche est passée de mode, elle implique de regarder vraiment la Nature). Mais cette autre moitié n’aurait de toute façon pas voté pour le.a guignol.esse. Ce me parait être une alliance électorale maximisant le potentiel des consjurés.]

              Nous sommes d’accord : mon point était que si l’alliance en question « maximise le potentiel », elle ne s’accompagne d’aucune dynamique permettant de le multiplier. Et en particulier, il est peu probable que NUPES retrouve les scores additionnés de ses membres.

              [je ne pardonnerai jamais la violence et le mépris de classe dont ont été victimes mes concitoyens Gilets Jaunes. Jamais. J’ai néanmoins fermé ma gueule à la cantine et gardé mon job, qui nourrit ma famille et paye notre crédit immobilier.]

              On ne demande à personne de jouer le martyr. Le monde est ce qu’il est, et il faut essayer d’y vivre le moins possible. Je note quand même avec plaisir que même un homme venant de la droite peut être révolté par le « mépris de classe ». Le fantôme du gaullo-communisme hante toujours ce pays…

              [« Et je ne vois pas qui est ce « proche de Fabien Roussel » auquel vous faites référence. J’aurais avec plaisir fait la campagne de Roussel ou celle de Gérin » N’importe quel candidat PCF pas trop loin de chez vous. Je vous invite à aller militer dans la circo PCF-NUPES (si elle est à une distance raisonnable), plutôt que rester passif (ce qui serait un gâchis) ou aller arroser un jardin LFIque.]

              Je ne ferai certainement pas campagne pour un candidat autre que celui du PCF – à moins vraiment que ce soit une personnalité exceptionnelle qui se démarque clairement du « programme » présenté aujourd’hui par Mélenchon. Malheureusement, dans les circonscriptions proches de la mienne il n’y a que des LFI ou des écolos…

              [« Vous noterez que la décentralisation de 1983 fut l’œuvre d’une Assemblée dans laquelle les « barons » étaient nombreux et fort bien représentés… » La bruxellisation n’est pas un phénomène strictement Français,]

              Certes. Mais elle a des effets particulièrement néfastes en France, puisque chez nous la nation s’est construite autour de l’Etat central contre les féodalités locales. Le jacobinisme est, stricto sensu, une invention de la Révolution, mais s’il est aussi tenace, c’est parce qu’il s’enracine dans une histoire bien plus ancienne. Les préfets révolutionnaires puis napoléoniens sont les héritiers des intendants d’ancien régime. Les grands corps de l’Etat ne commencent pas leur histoire avec la Révolution, mais bien avant : le corps des commissaires des Ponts et Chaussées, par exemple, est créé par Colbert en 1669, la Chambre des comptes, ancêtre de notre Cour des comptes est créée en 1303 !

              [(…) et ne se réduit pas à la problématique du jacobinisme.]

              Non, bien sûr. Mais en France la bruxellisation s’attaque à ce qui a donné naissance à la nation. C’est une situation très particulière, qui explique d’ailleurs pourquoi la France réagit différemment à l’idée de supranationalité par rapport à l’Italie ou l’Allemagne.

              [Je pense que faire transitionner les barons du groupe de “ceux qui ont avantage à la tutelle de bruxelles” à “ceux qui gagneront plus de pouvoir si l’Assemblée légiférait en France” est un acte politique qui pourrait faire basculer de puissants alliés au camp souverainiste dont nous faisons tous deux à notre très humble niveau partie dans notre juste lutte contre le quatrième Reich.]

              Je ne le crois pas. Les « barons » locaux auront toujours plus intérêt à un pouvoir lointain qui leur laisse les coudées franches, plutôt qu’un pouvoir proche – quand bien même il serait sous leur contrôle – qui ne peut que limiter leur marge de manœuvre.

              [« Pouvez-vous donner un exemple d’institution ainsi « confisquée » ? » Le Palais Bourbon]

              Je ne vois pas en quoi le Palais Bourbon serait « confisqué par les jacobins ». Pourriez-vous être plus explicite ? Qui sont ces « jacobins » ? Comment se manifeste leur « confiscation » ?

              [« Il n’y a qu’à LFI que le gourou tout-puissant peut encore lancer des anathèmes… et encore : il aurait bien voulu se débarrasser de Ruffin, il n’y a pas réussi… » Ruffin est un type bizarre. C’est le dernier “membre du premier cercle” défenseur des classes populaires indigènes à LFI. Ni prof ni musulman.]

              Contrairement à ce que vous pensez, Ruffin n’est pas dans le « premier cercle » de Mélenchon. La « cour » du Petit Timonnier est constituée de gens, souvent comme lui des anciens trotskystes, qui ont partagé son parcours au sein du PS et qui ont participé à toutes les aventures de la « gauche socialiste » puis de « PRS » au sein du PS. Alexis Corbière, Gabriel Amard, Raquel Garrido, François Delapierre (jusqu’à sa mort en 2015), Charlotte Girard (jusqu’à sa démission), Danielle Simonnet, René Revol… auxquels s’ajoutent quelques jeunes à la fidélité canine, comme Bompard ou Panot.

              Ruffin n’appartient pas au monde mélenchonien. C’est un militant venu de la « société civile » comme il y en a pas mal dans LFI, mais avec une surface médiatique bien à lui, qui lui permet de se faire élire sur son nom sans avoir à rechercher la bénédiction du Gourou. Contrairement aux autres, qui n’existent que par et pour Mélenchon, il a une existence propre, et peut donc se permettre des divergences.

              [« Le député en question s’est-il présenté en dissident ? » Oui. Michel Charzat contre Marie-George Pau-Langevin.]

              Oui, et il a perdu. Mais l’année suivante il se présentera en dissident aux municipales dans le 20ème arrondissement de Paris contre la candidate officielle du PS, et sera élu conseiller municipal. Comme quoi, la perte de l’investiture n’est pas aussi grave que vous le pensez…

              [Ex-taupin, je me permettrai d’insister sur le fait que je connais le sens original du mot, mais que les mots vivent et évoluent. Pantouflage peut aussi désigner un agent public qui part avec armes, bagages, carnet d’adresse et souvenir des services rendus vers une carrière privée lucrative.]

              Si vous le définissez comme cela, alors le pantouflage devient obligatoire. Parce que l’un des problèmes aujourd’hui, est que dans une fonction publique qu’on rabote de plus en plus, il n’y a tout simplement pas assez de postes pour que tous les hauts fonctionnaires puissent faire une carrière complète dans le public. A un certain âge, pour beaucoup de hauts fonctionnaires le choix est le placard ou le départ…

  11. bernard dit :

    Bonjour , il ne faut surtout pas arrêter votre blog Descartes , on a besoin de repères et je pense que vous êtes dans le vrai , quand je discute autour de moi beaucoup de syndicalistes partagent votre analyse et d’ailleurs beaucoup ont Désobéi au slogan pas une voix pour l’extrême droite au second tour et n ‘ont plus peur d ‘afficher leur vote 
    Concernant NUPES ça risque de vite se dégonfler et déjà j’ai pu lire que la désobéissance a L’UE n’interviendrait qu’en cas de recours ultime , ça prend pas trop de risque d’effaroucher une partie des électeurs !!  

    • Descartes dit :

      @ bernard

      [Bonjour , il ne faut surtout pas arrêter votre blog Descartes , on a besoin de repères et je pense que vous êtes dans le vrai , quand je discute autour de moi beaucoup de syndicalistes partagent votre analyse et d’ailleurs beaucoup ont Désobéi au slogan pas une voix pour l’extrême droite au second tour et n ‘ont plus peur d ‘afficher leur vote]

      Merci de cet encouragement, savoir que mes lecteurs apprécient ce blog, qu’il les aide à réfléchir, cela me suffit pour avoir envie de continuer. Et rassurez-vous, je n’ai pas le projet d’arrêter… même si quelquefois j’ai du vague à l’âme.

      [Concernant NUPES ça risque de vite se dégonfler et déjà j’ai pu lire que la désobéissance a L’UE n’interviendrait qu’en cas de recours ultime, ça prend pas trop de risque d’effaroucher une partie des électeurs !!]

      Le problème, c’est que quand on veut croire, on croit n’importe quoi. Il n’y a qu’à voir comment Mélenchon est qualifié de « souverainiste », alors qu’il a toujours manifesté son désir de construire une Europe supranationale. « La gauche » a envie de croire que « cette fois-ci ce sera différent », que la NUPES va faire ce que « la gauche » n’a pas fait en 1981, en 1988, en 1997, en 2012… Comme disait Einstein, la folie consiste à reproduire la même expérience en espérant un résultat différent.

  12. Luc dit :

    Cet accord   Nupsial entre la carpe et le lapin,ne risque t il pas d’éclater dès le lendemain des élections et peut être avant par les très nombreuses dissidences qui se profilent ? 
     
    Nupes est une obligation pour que chaque parti,hormis’ Générations’, ait des élus,voire un groupe,au vu des,% électoraux hors lfi,non?
    Sur cette question l’astuce Mélenchonienne,véritable trip hallucinatoire pour ‘le peuple de gauche’,n’est elle pas un cas d’école électoraliste sous la 5ième ?
    Avec la règle des 12,5% d’inscrits pour figurer au 2 ieme tour,et entre 40 ou 50% d’abstentions prévisibles à li juin estivale, Mélenchon ne profitent t il pas au maximum des règles de la 5ième,comme Mitterrand son idole?
     

    • Descartes dit :

      @ Luc

      [Cet accord Nupsial entre la carpe et le lapin,ne risque t il pas d’éclater dès le lendemain des élections et peut être avant par les très nombreuses dissidences qui se profilent ?]

      C’est le plus probable, en effet. C’est d’abord un accord électoral. Pour LFI, l’enjeu est de capitaliser le résultat des présidentielles, pour les autres, de sauver les meubles. Une fois l’élection passée, quel serait l’intérêt de rester ensemble ?

      [Nupes est une obligation pour que chaque parti,hormis’ Générations’, ait des élus,voire un groupe,au vu des,% électoraux hors lfi, non?]

      Aucune “obligation” là dedans. Nupes est d’abord un pacte de non agression: chaque parti peut espérer une exclusivité sur les circonscriptions qui lui ont été attribuées. Son candidat n’aura pas contre lui un autre candidat de gauche. Mais cela ne garantit nullement le report sur son candidat des voix de l’ensemble des électeurs de gauche. Je doute personnellement qu’on trouvera une majorité d’électeurs socialistes pour voter pour les candidats LFI…

      [Sur cette question l’astuce Mélenchonienne,véritable trip hallucinatoire pour ‘le peuple de gauche’,n’est elle pas un cas d’école électoraliste sous la 5ième ?]

      Pourquoi “sous la 5ème” ? On a vu des “unions de la gauche” sous la IIIème aussi…

      [Avec la règle des 12,5% d’inscrits pour figurer au 2 ieme tour,et entre 40 ou 50% d’abstentions prévisibles à li juin estivale, Mélenchon ne profitent t il pas au maximum des règles de la 5ième,comme Mitterrand son idole?]

      Non, je ne le crois pas. La règle en question défavorise Mélenchon: dans des triangulaires, la droite risque de se diviser entre Macron/LR et l’extrême droite. Sans triangulaires, le candidat unique de gauche risque de se voir opposer un candidat de droite pouvant compter sur l’ensemble des électeurs de droite et d’extrême droite.

      • BolchoKek dit :

        @ Descartes
         
        [Sans triangulaires, le candidat unique de gauche risque de se voir opposer un candidat de droite pouvant compter sur l’ensemble des électeurs de droite et d’extrême droite.]
         
        Pas dit que les électeurs RN ne votent pas anti-LREM, quel que soit le candidat en face… J’ai l’impression que certains électorats sont plus foncièrement et sérieusement anti-Macron que d’autres.

        • Descartes dit :

          @ BolchoKek

          [Pas dit que les électeurs RN ne votent pas anti-LREM, quel que soit le candidat en face… J’ai l’impression que certains électorats sont plus foncièrement et sérieusement anti-Macron que d’autres.]

          Sans aucun doute. Mais n’oubliez pas que Mélenchon a fait voter Macron au deuxième tour, et que sans aucun doute appellera, au deuxième tour des législatives, à voter pour les candidats macronistes lorsque ceux-ci seront opposés à des candidats RN. Dans ces conditions, je ne sais pas si l’électorat RN sera prêt à considérer que le vote LFI est un vote anti-macron…

  13. François dit :

    Excellent centenaire Marcel Boiteux !
    Après avoir construit l’âge d’or d’EDF, puis connu ses temps sombres, puisses-tu vivre encore suffisamment longtemps pour assister à son renouveau.

    • Descartes dit :

      @ François

      [Excellent centenaire Marcel Boiteux !]

      Oui, longue vie à l’un des derniers témoins des époques glorieuses, des combats de la Libération à la construction d’EDF et au programme électronucléaire. Et singulièrement oublié dans les hommages publics… peut-être parce que sa présence est un reproche muet aux princes qui nous gouvernent ?

      • François dit :

        @Descartes,
        [Et singulièrement oublié dans les hommages publics… peut-être parce que sa présence est un reproche muet aux princes qui nous gouvernent ?]
        C’est pire que ça, sauf dans l’industrie électronucléaire, et quelques journalistes, on a oublié qui il est. Pas même une brève n’est trouvable en ligne à l’heure où j’écris ce commentaire pour rappeler son centième anniversaire.
        Nos élites en sont au stade où elles sont trop incultes pour se rendre compte de leur médiocrité.
         
        Que voulez-vous Descartes ? Ça n’est pas moi qui vais vous apprendre que nous vivons dans une période où le parler est plus importante que le faire. Que mieux vaut se trouver une « Grande Cause » sur laquelle donner des leçons de morale à la terre entière, plutôt que de besogner dans son coin sur un grand projet, pour espérer obtenir la reconnaissance.
        Bref, comme le raconte l’anecdote d’Hubert Germain que vous aimez bien réciter ici…
         
        Quant à Marcel Boiteux lui même, il est intéressant de noter qu’il fut élève de Maurice Allais (avec Gérard Debreu), futur prix Nobel d’économie, fondateur (mais non membre) de la société du Mont-Pèlerin, donc libéral, pour se retrouver à la tête du fleuron du capitalisme d’état français.

        • Descartes dit :

          @ François

          [« Et singulièrement oublié dans les hommages publics… peut-être parce que sa présence est un reproche muet aux princes qui nous gouvernent ? » C’est pire que ça, sauf dans l’industrie électronucléaire, et quelques journalistes, on a oublié qui il est. Pas même une brève n’est trouvable en ligne à l’heure où j’écris ce commentaire pour rappeler son centième anniversaire. Nos élites en sont au stade où elles sont trop incultes pour se rendre compte de leur médiocrité.]

          Ah… mais on n’oublie pas au hasard. L’inculture de nos élites est bien trop sélective pour qu’on puisse y croire. Non, alors que les gouvernements qui se sont succédées font preuve d’une vraie frénésie mémorielle, on fait entrer Josephine Baker au Panthéon, mais on n’a pas un mot pour Boiteux. Si Boiteux est oublié, c’est parce que c’est un reproche vivant. Comment ceux qui ferment Fessenheim et préparent le démantèlement d’EDF pourraient faire l’éloge de l’homme qui a tant fait pour construire l’une et l’autre ?

          Les figures des grands constructeurs ne sont pas à la mode. Un ami énarque m’avait raconté comment, lors du débat sur le choix du nom de sa promotion, il avait proposé celui de Raoul Dautry. Il s’est alors aperçu que la figure de Dautry – l’un des fondateurs de la SNCF, ministre de l’armement en 1939, acteur de la fondation du CEA après la guerre – était totalement oubliée, et cela parmi des gens qui, pour préparer le concours d’entrée, ont étudié l’histoire des institutions…

          [Que voulez-vous Descartes ? Ça n’est pas moi qui vais vous apprendre que nous vivons dans une période où le parler est plus importante que le faire. Que mieux vaut se trouver une « Grande Cause » sur laquelle donner des leçons de morale à la terre entière, plutôt que de besogner dans son coin sur un grand projet, pour espérer obtenir la reconnaissance. Bref, comme le raconte l’anecdote d’Hubert Germain que vous aimez bien réciter ici…]

          Ca… je me renierais si je vous contredisais. Vous avez parfaitement raison : les constructeurs, ceux qui besognent pour édifier un projet, ne peuvent compter sur aucune reconnaissance publique. Seules quelques institutions leurs rendent encore hommage. C’est le cas – honneur à qui honneur est dû – à EDF, ou encore aujourd’hui Boiteux est invité régulièrement aux réceptions organisées par l’entreprise, et reçu avec tous les honneurs. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai pu faire sa connaissance…

          [Quant à Marcel Boiteux lui-même, il est intéressant de noter qu’il fut élève de Maurice Allais (avec Gérard Debreu), futur prix Nobel d’économie, fondateur (mais non membre) de la société du Mont-Pèlerin, donc libéral, pour se retrouver à la tête du fleuron du capitalisme d’état français.]

          Allais participe à la fondation de la société du Mont-Pèlerin, mais s’en éloigne assez vite effrayé par l’anti-étatisme des autres membres et par leur tendance à sacraliser leur droit de propriété. Allais était un libéral utilitariste, mais c’était surtout un grand professeur. Quand on voit la diversité du parcours de ses élèves, on se dit que son enseignement ne devait pas être sectaire…

          • François dit :

            @Descartes,
            Dans les hommages, je tiens également à saluer la mémoire de Bernard Bigot, décédé à 72 ans le 14 mai dernier et directeur général de l’organisation internationale ITER à sa disparition.
            S’il n’a pas marqué l’industrie nucléaire française comme a pu le faire Marcel Boiteux, je tiens à saluer un haut-fonctionnaire qui jusqu’au bout à travaillé pour sa vocation, alors qu’il aurait pu prendre depuis longtemps une retraite bien mérité.

            • Descartes dit :

              @ François

              [Dans les hommages, je tiens également à saluer la mémoire de Bernard Bigot,]

              Un homme absolument remarquable. J’ai travaillé quelques années à ses cotés, et je peux témoigner d’intellect exceptionnel, et d’une capacité de travail époustouflante qu’il a mis tout entière au service du pays, et cela bien au delà de l’âge de la retraite. Il fut un défenseur intransigeant du programme nucléaire, que ce soit au niveau de la recherche ou de l’industrie. Il aurait certainement marqué l’industrie nucléaire s’il avait eu, comme Boiteux, la chance de vivre dans une ère de projets au lieu de vivre dans une ère de bavardages.

              Pour sa dernière mission, il avait sorti ITER de l’ornière et l’avait remis sur les rails. Par sa personnalité, il a réussi à faire peur aux bureaucrates et autres diplomates qui peuplent les structures de supervision du projet, notamment au niveau de l’UE, et à leur arracher les pouvoirs nécessaires pour mettre en place une véritable direction de projet. Malheureusement, je crains que sa disparition ne fasse retomber le projet dans ses errements antérieurs.

            • BolchoKek dit :

              @ Descartes
               
               
              [Par sa personnalité, il a réussi à faire peur aux bureaucrates et autres diplomates qui peuplent les structures de supervision du projet, notamment au niveau de l’UE, et à leur arracher les pouvoirs nécessaires pour mettre en place une véritable direction de projet.]
               
               
              Ca me semble une histoire intéressante, comment s’y est-il pris pour faire peur à ces créatures sans âme ni émotion que sont les bureaucrates ? Quels leviers avait-il ? Merci en tout cas à tous de nous faire connaitre ces grands hommes dont personne qui n’ait une certaine connaissance du milieu ne parle…

            • Descartes dit :

              @ BolchoKek

              [Ca me semble une histoire intéressante, comment s’y est-il pris pour faire peur à ces créatures sans âme ni émotion que sont les bureaucrates ? Quels leviers avait-il ?]

              C’est difficile à décrire. D’abord, il avait une capacité de travail hors du commun, toute entière au service de son travail. Quand je l’ai connu, il dormait quatre heures par jour, envoyait des mel à ses collaborateurs à n’importe quelle heure de la nuit. Qu’il fut dans un siège d’avion, dans un taxi, dans un aéroport en attendant son vol, il avait toujours son ordinateur sur les genoux, son téléphone à l’oreille, et il travaillait, travaillait, travaillait… Ensuite, il avait une ténacité que je n’ai jamais vu chez quelqu’un d’autre. Quand il voulait quelque chose, il revenait à la charge sans cesse jusqu’à user ses interlocuteurs. Et puis il avait un charisme très particulier, et une intelligence des situations qui lui faisait savoir ce qu’il fallait dire et à qui il fallait le dire pour emporter le morceau. Et par ailleurs, pour lui la fin justifiait les moyens: pour faire réussir un projet, il était prêt à raconter n’importe quel bobard aux politiques et aux bureaucrates – qu’il méprisait d’ailleurs profondément, à juste titre d’ailleurs.

              [Merci en tout cas à tous de nous faire connaitre ces grands hommes dont personne qui n’ait une certaine connaissance du milieu ne parle…]

              J’ai eu la grande chance dans ma vie de connaître quelques uns de ces hommes remarquables… et le malheur de les connaître à une époque qui n’était plus celle des grands projets. Mais oui, avoir pu discuter avec un Bigot, un Boiteux, un Carlier, un Besse, c’est un grand privilège, que je paierais bien mal si je ne racontais pas…

  14. Tythan dit :

    “Beaucoup d’électeurs EELV ne voteront pas pour un candidat communiste” il manque le “pas” et le “pour”. Juste après, il manque le “De” et le “pas” dans : “De nombreux électeurs socialistes ne voteront pas Mélenchon”.
     
    Merci beaucoup pour cet article, qui remue le couteau dans la plaie d’un homme de droite comme moi : voir les boutiquiers du RN refuser tout accord avec la frange gaulliste des LR et avec le parti Reconquête d’Eric Zemmour alors que sur le fond les différences sont minimes me navre. 
     
    Bien sûr que des mots ont été échangés, bien sûr que chacun des partis concurrence l’autre, mais ce refus obstiné d’accord n’a pour but pour le RN que de tuer politiquement un parti qui pourrait, à terme, lui disputer l’hégémonie.
     
    On peut dire ce que l’on veut, mais ils sont plus intelligents à gauche…

    • Descartes dit :

      @ Tythan

      [Merci beaucoup pour cet article, qui remue le couteau dans la plaie d’un homme de droite comme moi : voir les boutiquiers du RN refuser tout accord avec la frange gaulliste des LR et avec le parti Reconquête d’Eric Zemmour alors que sur le fond les différences sont minimes me navre.]

      Les différences ne sont pas « minimes », justement. Le positionnement « social » du RN lui a permis de prendre les voix de la « France périphérique ». LR et Reconquête courent au contraire derrière un électorat bourgeois et réactionnaire : réduction des dépenses publiques, retraite à 65 ans (voire plus)… comment voulez-vous qu’ils arrivent à un « accord ». Un tel accord insérerait le RN dans le « système », alors que ses électeurs votent pour lui précisément parce qu’il apparaît anti-système.

      C’est en ce sens que parler du RN comme de « l’extrême droite », comme si LR et RN étaient tous les deux de droite, et que leurs différences n’étaient qu’une question de degré, est éminemment trompeur. Il peut y avoir des « droites » irréconciliables comme il y a des « gauches » irréconciliables.

      [On peut dire ce que l’on veut, mais ils sont plus intelligents à gauche…]

      C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses…

      • Tythan dit :

        Quand vous dites que les différences ne seraient pas minimes, je pense que vous vous trompez, parce qu’à mon avis vous faites une erreur d’analyse sur les programmes de LR et de Reconquête.
        Si nous voulons effectivement réduire le niveau des dépenses publiques, nous ne voulons pas pour autant mettre à bas la redistribution. Sur la retraite par exemple, Eric Zemmour proposait de porter l’âge légal de la retraite à 64 ans (contre 62 aujourd’hui), avec un aménagement pour les carrières longues ou pénibles là où Marine Le Pen avait finalement accepté le maintien du départ à 62 ans (avec aménagement, là aussi pour les carrières longues).
        Je veux bien qu’il y ait une différence, mais elle me paraît minime. 
        Je crois également, mais je ne prétends pas à l’objectivité, que le RN en général et Marine Le Pen en particulier ne croient pas un instant à la soutenabilité de bon nombre des mesures sociales qu’ils proposent, puisqu’ils se complaisent dans une opposition stérile sans autre but que d’en vivre.

        • Descartes dit :

          @ Tythan

          [Quand vous dites que les différences ne seraient pas minimes, je pense que vous vous trompez, parce qu’à mon avis vous faites une erreur d’analyse sur les programmes de LR et de Reconquête.
          Si nous voulons effectivement réduire le niveau des dépenses publiques, nous ne voulons pas pour autant mettre à bas la redistribution.]

          Pardon : pour pouvoir redistribuer, il faut d’abord prélever. On voit mal comment on arrive à maintenir la redistribution en prélevant moins… or le programme de LR tout comme celui de Zemmour, c’est d’abord la baisse des prélèvements et de la dépense publique.

          [Sur la retraite par exemple, Eric Zemmour proposait de porter l’âge légal de la retraite à 64 ans (contre 62 aujourd’hui), avec un aménagement pour les carrières longues ou pénibles là où Marine Le Pen avait finalement accepté le maintien du départ à 62 ans (avec aménagement, là aussi pour les carrières longues). Je veux bien qu’il y ait une différence, mais elle me paraît minime.]

          Si elle est « minime », pourquoi Zemmour ne va pas jusqu’à 62 ans, lui aussi ? Pourquoi a-t-il tenu dans son programme à rester à 64 ans au lieu de 62 ? Dites-vous bien que si cette concession n’a pas été faite, il y a bien une raison. Et la raison est simple : les programmes d’organisations qui n’ont qu’une chance minime de gouverner ne sont pas faits pour être mis en œuvre, mais pour transmettre des messages. Dire « 62 ans », c’est maintenir le statu quo puisque c’est la règle existante. Dire « 64 ans », c’est dire « on recule l’âge de départ ». Et ces positions visent à séduire des électorats différents. Pour l’électorat de la droite bourgeoise, le recul de l’âge de la retraite est une revendication. Pas pour l’électorat ouvrier…

          [Je crois également, mais je ne prétends pas à l’objectivité, que le RN en général et Marine Le Pen en particulier ne croient pas un instant à la soutenabilité de bon nombre des mesures sociales qu’ils proposent, puisqu’ils se complaisent dans une opposition stérile sans autre but que d’en vivre.]

          C’est vrai pour la plupart des organisations politiques, LREM inclus. Les programmes sont écrits non pas pour être mis en œuvre, mais pour transmettre des messages… c’est un exercice de séduction, et non de planification. Je vous redonne mon exemple préféré : quand vous promettez à votre Dulcinée de lui décrocher la lune, pensez-vous que cette mesure soit « soutenable » ? Et pensez-vous que cette question de « soutenabilité » intéresse votre Dulcinée ?

          Non, bien sûr que non. Si vote Dulcinée vous épouse, c’est pour beaucoup d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec votre capacité à lui décrocher vraiment l’astre de la nuit. Et pourtant, si vous ne lui dites pas ça, il y a de grandes chances que le mariage ne se fasse pas…

  15. Vincent dit :

    Bonjour,
     
    Avez vous une analyse de la même pertinence à produire sur la droite de l’échiquier politique ? Je ne suis pas de manière assidue l’actualité, mais j’ai l’impression que les 3 écuries RN, R!, et LR iront chacune à l’élection de leur côté ?
     
    Selon mon interprétation, le RN considère que, dans les circonscriptions où il ne peut pas se qualifier seul pour le second tour, il n’a de toute manière aucune chance au second. Et que là où il peut se qualifier, ses concurrents à droite ne se qualifieront de toute manière pas au second tour, et qu’il peut ainsi chercher à éliminer totalement R! et LR de la scène politique. En quelque sorte une stratégie diamétralement opposée, pour un objectif similaire à celui de JLM : être le seul opposant à droite de Macron.
    Pour R!, une alliance aurait été une bouffée d’oxygène, et il ne pourra au final compter que sur les dissidents RN dans le Sud de la France, ce qui le mettra en marge politiquement sur l’échiquier national.
    Pour LR, la situation est inextricable. Entre des cadres qui sont quasi similaires à ceux de LREM, et qui pour beaucoup cherchent à avoir les investitures LREM. Et une base qui se sent plus proche de R! / RN que de LREM, ils n’ont que de mauvaises solutions: se rallier à LREM revient à acter leur dissolution. Se rallier à R! et/ou au RN également. Y aller tout seul revient à aller plus ou moins à l’abattoir, en espérant que quelques survivants pourront s’en tirer grâce à leur notoriété locale.
     
    Avez vous la même analyse ?

    • Descartes dit :

      @ Vincent

      [Avez vous une analyse de la même pertinence à produire sur la droite de l’échiquier politique ?]

      Je ne pense pas. La gauche, voyez-vous, c’est ma famille. Bien sûr, une famille dysfonctionnelle, avec tonton François M. le violeur à qui tout le monde léchait le cul avec l’espoir d’avoir l’héritage, le cousin François H. mou et incompétent, le cousin Jean-Luc dit « girouette »… bref, une famille peu recommandable, mais famille enfin. Tous ces gens, je les connais depuis l’enfance. Par contre, la droite est un peu une terra incognita pour moi. Je peux observer comme vous à partir de ce que disent les journaux, mais je peux difficilement aller au-delà…

      [Je ne suis pas de manière assidue l’actualité, mais j’ai l’impression que les 3 écuries RN, R!, et LR iront chacune à l’élection de leur côté ?]

      Ça semble probable, en effet.

      [Selon mon interprétation, le RN considère que, dans les circonscriptions où il ne peut pas se qualifier seul pour le second tour, il n’a de toute manière aucune chance au second. Et que là où il peut se qualifier, ses concurrents à droite ne se qualifieront de toute manière pas au second tour, et qu’il peut ainsi chercher à éliminer totalement R! et LR de la scène politique.]

      Je ne pense pas que le calcul soit celui-là. La gauche a sur la droite un avantage : Entre le RN et le reste de la droite il y a un fossé sociologique. Le RN cherche à attirer l’électorat populaire tenté par l’abstention là où la droite tente d’attirer l’électorat du « bloc dominant » tenté par Macron. Difficile dans ces conditions de tenir un discours commun. L’avantage de la gauche débarrassée des couches populaires, c’est son unité sociologique. Le « peuple de gauche » est sociologiquement beaucoup plus proche du « peuple d’extrême gauche » que le « peuple de droite » ne l’est du « peuple d’extrême droite »…

      [Pour R!, une alliance aurait été une bouffée d’oxygène, et il ne pourra au final compter que sur les dissidents RN dans le Sud de la France, ce qui le mettra en marge politiquement sur l’échiquier national.]

      Je vous ai dit ce que je pense de R! : on ne fait pas de la politique avec une nostalgie, et encore moins avec une obsession. Et là aussi, la sociologie me paraît aller – du moins chez le « RN du nord », qui représente l’électorat le plus dynamique du RN – contre une alliance avec R!, dont le discours reprend celui de la droite réactionnaire.

      [Pour LR, la situation est inextricable. Entre des cadres qui sont quasi similaires à ceux de LREM, et qui pour beaucoup cherchent à avoir les investitures LREM.]

      En fait, elle est assez semblable à celle du PS…

      [Avez-vous la même analyse ?]

      Plus ou moins. La différence est que je regarde moins les partis que leurs électorats. Pour que l’union de deux organisations soit rentable, il faut que les électeurs de l’une soient prêts à voter pour les candidats de l’autre et vice-versa. Et cela suppose une convergence non seulement des idées, mais surtout des intérêts.

      • Antoine dit :

         
        J’ajouterais que reconquête est très frais sur la scène politique ce qui signifie pour moi qu’il est encore temps pour eux d’affiner leur ligne politique sans passer pour des girouettes. Je crois que la qualité première de Z est sa sincérité, si MLP avait fait un pas dans sa direction il en aurait fait aussi un vers elle sur le plan programmatique. Je crois quil a conscience qu’il lui faut muscler son volet social pour s’imposer sur le terrain du RN. Je ne vois pas ce que le RN perdait à accepter des accords. Son électorat y était sans doute nettement favorable.  La réactivation du clivage droite / gauche chère a Z au moment où il s’effrite pourtant a le mérite de tenter de réconcilier les classes populaires aux classes bourgeoises, réconciliation sans laquelle les premières perdront toujours le match. A gauche, c’est une des réussites aussi bancale soit elle de Mélenchon. 

        • Descartes dit :

          @ Antoine

          [J’ajouterais que reconquête est très frais sur la scène politique ce qui signifie pour moi qu’il est encore temps pour eux d’affiner leur ligne politique sans passer pour des girouettes.]

          Oui… et non. Une fois encore, quand on parle de partis politiques il faut toujours regarder quelle est leur base sociologique. Le lien entre la base et l’organisation se fait à partir d’une convergence sur un langage et une idéologie, certes, mais aussi et surtout sur des intérêts. C’est pourquoi il est très difficile à un parti de changer de ligne : cela l’amène nécessairement à un conflit avec sa base électorale et militante.

          Je vois mal Zemmour devenir le héraut des classes populaires. Il peut faire illusion, parce que son mouvement est d’abord issu d’une nostalgie de la période gaullienne, et que cette période correspond aussi à une période ou le rapport de forces a permis de grandes conquêtes sociales. Mais lorsqu’on creuse un peu, on découvre que sa réinterprétation de cette époque le conduit à se placer souvent du côté le plus réactionnaire, le moins « populaire ».

          [Je crois que la qualité première de Z est sa sincérité,]

          Le problème est que, comme disait le politique anglais, il croit souvent qu’il dit la vérité parce qu’il dit ce qu’il pense…

          [si MLP avait fait un pas dans sa direction il en aurait fait aussi un vers elle sur le plan programmatique.]

          Ce que vous dites est contradictoire : si la première qualité de Zemmour est la sincérité, alors son programme exprime sa pensée profonde. On voit mal comment des concessions de la part de MLP pourraient donc le changer… Non, je pense que Zemmour est sincère, et qu’en toute sincérité il exprime un programme en matière économique et sociale qui est foncièrement réactionnaire. C’est bien là le problème.

          [Je crois quil a conscience qu’il lui faut muscler son volet social pour s’imposer sur le terrain du RN. Je ne vois pas ce que le RN perdait à accepter des accords. Son électorat y était sans doute nettement favorable.]

          L’électorat de Zemmour, peut-être. Mais celui de MLP, c’est moins évident. MLP a réussi en grande partie à se renforcer en centrant son discours sur le social et en faisant passer au second plan le discours sur l’immigration. Je doute que cet électorat soit attiré par le discours obsessionnel de Zemmour sur ces questions. Ce qui dessert Zemmour – et qui à mon sens le condamne en termes politiques – c’est son incapacité à s’affranchir de cette vision obsessionnelle.

          [La réactivation du clivage droite / gauche chère à Z au moment où il s’effrite pourtant a le mérite de tenter de réconcilier les classes populaires aux classes bourgeoises, réconciliation sans laquelle les premières perdront toujours le match.]

          Comment pouvez-vous « réconcilier » des gens dont les intérêts sont antagoniques ? Il n’y a aucun « mérite » à ressusciter cette vieille antienne réactionnaire, cette vision paternaliste du « bon ouvrier » suant pour un « bon patron » dans une vision irénique qui rappelle celle de la « révolution nationale ».

          [A gauche, c’est une des réussites aussi bancale soit elle de Mélenchon.]

          Mélenchon a « réconcilié les classes populaires et les classes bourgeoises » ? Pourriez-vous donner quelques références illustrant une telle « réconciliation » ?

          • Antoine dit :

            Quand je dis que Zemmour est sincère cela veut aussi et surtout dire qu’il met la France au dessus de bcp de chose. Par conséquent, si le fait de faire des compromis sur l’économie lui permet de gagner et d’appliquer le reste du programme, je le pense capable de faire des concessions. Son électorat cathos reac manif pour tous a vote mlp comme un seul homme avec les classes populaires. Je crois que c’est à lui qu’on doit attribuer le mérite de leur avoir fait prendre conscience  (pour des bonnes et des mauvaises raisons certes mais c’est déjà qqch) que voter Macron n’était pas dans l’intérêt du pays et ni même dans leur intérêt propre.  Il ne suffit pas de voter avec les classes populaires pour partager leur intérêt mais c’est deja un premier pas. 

            • Descartes dit :

              @ Antoine

              [Quand je dis que Zemmour est sincère cela veut aussi et surtout dire qu’il met la France au-dessus de bcp de chose.]

              Il ne faudrait pas confondre « patriote » est « sincère ». Oui, Zemmour est un patriote. Oui, il est sincère – au point de dire et répéter des choses qui ne pouvaient que le desservir du point de vue électoral parce que cela correspond à une croyance profonde. C’est pourquoi je ne pense pas qu’il soit capable de faire les « compromis » propres à la politique. Zemmour est un témoin, et non un politicien. Son irruption dans cette élection a permis d’entendre un certain nombre de choses qu’un politicien n’aurait pas dites. C’est à la fois sa grandeur et sa principale limitation.

              [Par conséquent, si le fait de faire des compromis sur l’économie lui permet de gagner et d’appliquer le reste du programme, je le pense capable de faire des concessions.]

              Personnellement, j’en doute. S’il avait été capable de compromis, il aurait compris que son discours obsessionnel sur l’immigration musulmane le desservait, et il aurait mis un peu en sourdine. Et remarquez que personne ne lui demandait de changer d’avis ou de se renier : ne pas le mentionner dix fois dans chaque intervention aurait suffi. Même cela, il en était incapable…

              [Son électorat cathos reac manif pour tous a vote mlp comme un seul homme avec les classes populaires.]

              Pas au premier tour… et seulement parce que Macron était là. Il y aurait eu Pécresse, ils auraient voté pour elle.

              [Je crois que c’est à lui qu’on doit attribuer le mérite de leur avoir fait prendre conscience (pour des bonnes et des mauvaises raisons certes mais c’est déjà qqch) que voter Macron n’était pas dans l’intérêt du pays et ni même dans leur intérêt propre.]

              Pour moi, le principal mérite de Zemmour est essentiellement méthodologique. C’est l’un des très rares hommes politiques qui a milité pour revalorisation du débat politique en acceptant de débattre avec tout le monde – et en faisant de chaque opportunité de tenir ce débat une occasion digne. Même son débat avec Mélenchon dans le cirque Hanouna avait de la gueule. Rien que pour cela, je pense que sa candidature était utile.

        • @ Descartes,
           
          [Je vous ai dit ce que je pense de R! : on ne fait pas de la politique avec une nostalgie, et encore moins avec une obsession.]
          Tout le monde ou presque fait de la politique avec de la nostalgie. Il y a ceux qui votent Zemmour parce qu’ils sont nostalgiques d’une France “blanche, de tradition catholique, de culture gréco-latine”. Et il y a ceux qui votent Roussel parce qu’ils sont nostalgiques du PCF de l’ère Marchais, d’une époque où la classe ouvrière avait une structure politique qui la représentait avec une relative efficacité.
           
          Lesquels se sont fourvoyés? Certains aspects du programme de Roussel, puis l’appel du candidat communiste à voter Macron pour “faire barrage au fascisme”, avant l’accord électoral passé avec LFI répond je pense à cette question. Les Zemmouriens, c’est entendu, sont de vilains réactionnaires. Mais le sont-ils moins que certains partisans de LFI, aujourd’hui alliés des communistes? Vouloir s’habiller, bouffer, vivre, selon les normes en vigueur au temps du prophète, ne serait-ce pas un brin réactionnaire? Et vouloir revenir à l’âge de pierre (mais sans alimentation carnée, attention), ce n’est pas réactionnaire certes, mais c’est pire: c’est délirant et irrationnel.
           
          A tout prendre, peut-être faut-il préférer voter pour un réactionnaire intelligent et sincère que pour un progressiste stupide et menteur.
           
          Quant aux obsessions, chacun a également les siennes: certains sont obsédés par le nombre d’immigrés extra-européens, de mosquées en construction et de femmes voilées qui rend la France méconnaissable et étrangère à elle-même, par le fait qu’entre un tiers et la moitié des classes soient vides le jour de l’Aïd, ou par la proportion d’enfants nés en France et pourvus d’un prénom arabo-musulman. D’autres sont obsédés par la dictature idéologique des classes intermédiaires et la marginalisation politique des couches populaires.
           
          Mais je suppose que certaines obsessions sont néfastes parce qu’elles reposent sur un constat fallacieux, alors que d’autres sont acceptables parce qu’elles se fondent sur une vérité objective. 

          • Descartes dit :

            @ nationaliste-ethniciste

            [« Je vous ai dit ce que je pense de R! : on ne fait pas de la politique avec une nostalgie, et encore moins avec une obsession. » Tout le monde ou presque fait de la politique avec de la nostalgie. Il y a ceux qui votent Zemmour parce qu’ils sont nostalgiques d’une France “blanche, de tradition catholique, de culture gréco-latine”. Et il y a ceux qui votent Roussel parce qu’ils sont nostalgiques du PCF de l’ère Marchais, d’une époque où la classe ouvrière avait une structure politique qui la représentait avec une relative efficacité.]

            Mais contrairement à Zemmour, le discours de Roussel n’est nullement « nostalgique ». Je ne l’ai pas entendu mentionner souvent Marchais, ou se référer à son époque. On peut accuser Roussel de beaucoup de choses, mais pas de broder sur le « c’était mieux avant ». Et lorsqu’il se réfère à la Libération – son slogan « les jours heureux » est celui du CNR – ce n’est pas avec le projet d’y revenir, mais plutôt d’affirmer une continuité.

            [Lesquels se sont fourvoyés ?]

            Aucun des deux. Chacun a suivi le tropisme de son électorat…

            [Les Zemmouriens, c’est entendu, sont de vilains réactionnaires. Mais le sont-ils moins que certains partisans de LFI, aujourd’hui alliés des communistes ?]

            Oui. Ce qui ne veut pas dire qu’ils soient préférables. Zemmour est un vrai « réactionnaire », au sens que son rêve est celui d’un retour en arrière. Ce n’est pas le cas de LFI.

            [Vouloir s’habiller, bouffer, vivre, selon les normes en vigueur au temps du prophète, ne serait-ce pas un brin réactionnaire ? Et vouloir revenir à l’âge de pierre (mais sans alimentation carnée, attention), ce n’est pas réactionnaire certes, mais c’est pire : c’est délirant et irrationnel.]

            Je ne pense pas que l’objectif de Mélenchon et de ses amis soit de s’habiller comme au temps du prophète. On peut dire que le projet de LFI est « délirant et irrationnel ». Mais « réactionnaire » ? Non.

            [A tout prendre, peut-être faut-il préférer voter pour un réactionnaire intelligent et sincère que pour un progressiste stupide et menteur.]

            Je refuse le choix entre la peste et le choléra.

            [Quant aux obsessions, chacun a également les siennes : certains sont obsédés par le nombre d’immigrés extra-européens, de mosquées en construction et de femmes voilées qui rend la France méconnaissable et étrangère à elle-même, par le fait qu’entre un tiers et la moitié des classes soient vides le jour de l’Aïd, ou par la proportion d’enfants nés en France et pourvus d’un prénom arabo-musulman. D’autres sont obsédés par la dictature idéologique des classes intermédiaires et la marginalisation politique des couches populaires.]

            Possible. Et les uns comme les autres auront très peu de succès comme candidats à la présidence de la République.

            [Mais je suppose que certaines obsessions sont néfastes parce qu’elles reposent sur un constat fallacieux, alors que d’autres sont acceptables parce qu’elles se fondent sur une vérité objective.]

            Pas du tout. Ce que je dis, c’est qu’on ne peut pas bâtir une candidature à une élection présidentielle sur une simple obsession, quelle qu’elle soit. Entendons nous bien: si Zemmour au lieu de faire de l’immigration musulmane l’alpha et l’oméga de son discours lui avait substitué une autre obsession, par exemple, celle du pouvoir des classes intermédiaires, mon jugement serait le même. Son obsession me serait peut être plus sympathique, mais je continuerais à penser qu’on ne peut pas se contenter de cela dans une campagne présidentielle.

            • @ Descartes,
               
              [Je ne l’ai pas entendu mentionner souvent Marchais, ou se référer à son époque. On peut accuser Roussel de beaucoup de choses, mais pas de broder sur le « c’était mieux avant ».]
              Vous m’avez mal lu: je n’ai à aucun moment laissé entendre que Roussel lui-même était nostalgique, j’ai parlé de la nostalgie de ses électeurs, ce n’est pas la même chose.
               
              Je pense en effet que Roussel, lui, n’est pas spécialement nostalgique. D’où un décalage entre les attentes de certains de ses électeurs et ce qu’il a dit et fait depuis le soir du 1er tour.
               
              [Aucun des deux. Chacun a suivi le tropisme de son électorat…]
              Même remarque: je ne parlais pas des candidats mais de leurs électeurs.
               
              [Ce qui ne veut pas dire qu’ils soient préférables.]
              A titre personnel, j’opère une distinction entre le réactionnaire qui veut revenir aux années 60 et le réactionnaire qui veut revenir au Moyen Âge. Oui, il y en a un qui est “préférable” à l’autre, parce que le premier est nostalgique d’une époque de relative confiance dans la raison, la science et le progrès technique. Le second, en revanche, prône l’obscurantisme. C’est pourquoi tous les réactionnaires et les nostalgiques ne se valent pas.
               
              [Ce n’est pas le cas de LFI.]
              En effet. LFI veut établir le paradis sur Terre, en “déconstruisant” la civilisation occidentale tout en mariant (si j’ose dire) les LGBTQ végans avec les islamistes. Vaste programme.
               
              [Je ne pense pas que l’objectif de Mélenchon et de ses amis soit de s’habiller comme au temps du prophète.]
              En tout cas ils défilent publiquement avec des gens dont c’est l’objectif avoué. Certains ont fricoté avec les indigènes de la République. Et un repas de “rupture de jeûne” estampillé LFI a été annulé in extremis je ne sais plus où. Dans ma circonscription, le candidat LFI (pardon, NUPES mais c’est un candidat “fourni” par LFI) est un Maghrébin barbu qui ressemble plus à un frère musulman qu’à un bobo woke. Il est vrai cependant qu’il ne faut pas toujours se fier aux apparences. Cela étant, il y a quand même de quoi se poser quelques questions.
               
              D’ailleurs, peu importe l’objectif de Mélenchon et de ses amis, à supposer qu’ils en aient un (en-dehors de se faire élire): à partir du moment où Mélenchon devient captif d’un électorat musulman tenté par le rigorisme, il devra suivre ce dernier, quelle qu’en soit l’issue.
               
              [Je refuse le choix entre la peste et le choléra.]
              Croyez-vous qu’Antigone avait le choix? Non: soit elle désobéissait aux lois de la cité, soit elle contrevenait aux lois divines.
               
              [Ce que je dis, c’est qu’on ne peut pas bâtir une candidature à une élection présidentielle sur une simple obsession, quelle qu’elle soit.]
              Ce que vous appelez “obsession”, je l’appelle “élément fondamental de l’explication du monde”. A titre personnel, il ne me viendrait pas à l’esprit de critiquer les communistes en leur reprochant d’être “obsédés” par la lutte des classes, puisque c’est le fondement idéologique de leur vision du monde et de l’histoire, qu’on peut qualifier de matérialiste.
               
              Pour Eric Zemmour, c’est le “choc des civilisations” qui tient lieu de fondement idéologique de sa vision du monde et de l’histoire, qu’on pourrait qualifier d’identitaire. Il voit dans l’affrontement séculaire entre chrétienté et islam l’explication des problèmes de notre temps. Cette vision des choses appelle certes des critiques et, à mon avis, des nuances, même si, contrairement à beaucoup, je pense que cette thèse du “choc des civilisations” n’est pas complètement à rejeter. Mais parler d’ “obsession”, c’est réduire la démarche d’Eric Zemmour à des questions (voire des troubles) psychologiques alors que j’y vois un travail d’idéologue. 

            • Descartes dit :

              @ nationaliste-ethniciste

              [Vous m’avez mal lu: je n’ai à aucun moment laissé entendre que Roussel lui-même était nostalgique, j’ai parlé de la nostalgie de ses électeurs, ce n’est pas la même chose. Je pense en effet que Roussel, lui, n’est pas spécialement nostalgique. D’où un décalage entre les attentes de certains de ses électeurs et ce qu’il a dit et fait depuis le soir du 1er tour.]

              Je croyais qu’on parlait des hommes politiques, pas de leurs électeurs. Quand je dis qu’on ne peut pas faire de la nostalgie une politique, je pense à Zemmour, pas à ses électeurs – électeurs qui par ailleurs n’ont aucune raison de « faire une politique ».

              Cela étant dit, vous avez raison de penser qu’une partie non négligeable de l’électorat de Roussel est « nostalgique de l’époque Marchais ». Ceux qui ne le sont pas ont été beaucoup plus sensibles à l’appel au « vote utile » et ont mis le bulletin Mélenchon dans l’urne. Ceux qui ont le PCF marchaisien comme référence – et c’est mon cas – sont restés fidèles, parce que Mélenchon le mitterrandien leur rappelle de biens mauvais souvenirs…

              [A titre personnel, j’opère une distinction entre le réactionnaire qui veut revenir aux années 60 et le réactionnaire qui veut revenir au Moyen Âge. Oui, il y en a un qui est “préférable” à l’autre, parce que le premier est nostalgique d’une époque de relative confiance dans la raison, la science et le progrès technique. Le second, en revanche, prône l’obscurantisme. C’est pourquoi tous les réactionnaires et les nostalgiques ne se valent pas.]

              Je vous accorde le point. Avec une petite nuance : personne ne veut « revenir au Moyen-Age ». Ceux qui professent ce type de nostalgie veulent revenir non pas au règne de Philippe Auguste ou de Louis XI, mais à une version idéalisée de ce que pouvait être le Moyen-Age. Plus la période est proche, plus cette idéalisation est difficile…

              [En effet. LFI veut établir le paradis sur Terre, en “déconstruisant” la civilisation occidentale tout en mariant (si j’ose dire) les LGBTQ végans avec les islamistes. Vaste programme.]

              Le problème est que le pivot de la gauche aujourd’hui n’est plus la lutte des classes, mais la question de la « tolérance ». Mais on bêle « tolérance, tolérance » sans jamais chercher à construire une théorie de la tolérance. Et en particulier, d’expliquer pourquoi, si la tolérance rapporte tant et ne coûte rien, les hommes persistent sous toutes les latitudes et toutes les époques à être intolérants…

              Quand un comportement qui ne procure aucun plaisir est universel, c’est qu’il a une fonction. Curieusement, aucun philosophe de la gauche officielle ou presque ne s’est penché sur cette intéressante question.

              [D’ailleurs, peu importe l’objectif de Mélenchon et de ses amis, à supposer qu’ils en aient un (en-dehors de se faire élire): à partir du moment où Mélenchon devient captif d’un électorat musulman tenté par le rigorisme, il devra suivre ce dernier, quelle qu’en soit l’issue.]

              Tout à fait d’accord. Pour savoir ce que ferait un homme politique, il faut regarder son électorat de base. Le corps principal de l’électorat mélenchoniste n’est pas encore l’islam rigoriste. Mais dans certains quartiers, il est évident que les candidats LFI courtisent cet électorat, et que s’ils sont élus ils ne pourront pas ignorer ses exigences…

              [« Je refuse le choix entre la peste et le choléra. » Croyez-vous qu’Antigone avait le choix? Non: soit elle désobéissait aux lois de la cité, soit elle contrevenait aux lois divines.]

              Tout à fait. Mais c’était là un choix tragique… le choix que vous proposez est plutôt un choix comique.

              [« Ce que je dis, c’est qu’on ne peut pas bâtir une candidature à une élection présidentielle sur une simple obsession, quelle qu’elle soit. » Ce que vous appelez “obsession”, je l’appelle “élément fondamental de l’explication du monde”.]

              Dit une fois, c’est un « élément fondamental de l’explication du monde ». Mais quand c’est répété dix fois par discours, et qu’en plus devient non seulement une « explication fondamentale du monde » mais une explication de chaque petit phénomène social, quel qu’il soit, on peut parler de « obsession ».

              [A titre personnel, il ne me viendrait pas à l’esprit de critiquer les communistes en leur reprochant d’être “obsédés” par la lutte des classes, puisque c’est le fondement idéologique de leur vision du monde et de l’histoire, qu’on peut qualifier de matérialiste.]

              Certes, mais quand on finit par expliquer que le poulet du dimanche est mal cuit par la lutte des classes, il y a quelque chose qui ne va pas. D’ailleurs, la coutume d’expliquer absolument tout par la « lutte des classses », c’est plutôt une habitude des gauchistes. Souvenez-vous de la réponse d’André Wurmser à un collègue qui attribuait l’indifférence à ses écrits à la lutte des classes : « vous savez, si vous avez du génie, lutte des classes ou pas ça finira par se savoir »…

              [Pour Eric Zemmour, c’est le “choc des civilisations” qui tient lieu de fondement idéologique de sa vision du monde et de l’histoire, qu’on pourrait qualifier d’identitaire. Il voit dans l’affrontement séculaire entre chrétienté et islam l’explication des problèmes de notre temps.]

              Admettons. Mais s’agit-il d’une explication générale, perceptible au niveau des grands phénomènes collectifs, ou d’une explication micro-sociale, s’appliquant à TOUS les évènements de la vie ? C’est là qu’est pour moi « l’obsession » chez Zemmour.

              [Cette vision des choses appelle certes des critiques et, à mon avis, des nuances, même si, contrairement à beaucoup, je pense que cette thèse du “choc des civilisations” n’est pas complètement à rejeter.]

              Cela dépend de ce que vous appelez « choc des civilisations ». Dire que des civilisations différentes se sont affrontées au cours de l’histoire et continuent à s’affronter, cela paraît une évidence à quiconque s’intéresse à l’histoire. On peut d’ailleurs noter combien les civilisations restent cohérentes au cours du temps. Que 2000 ans plus tard on puisse encore reconnaître les héritiers de la Grèce et de Rome des autres montre que la « créolisation » chère à Mélenchon est très relative. Mais ce n’est pas « le choc des civilisations » au sens ou l’entend Huntington.

              [Mais parler d’ “obsession”, c’est réduire la démarche d’Eric Zemmour à des questions (voire des troubles) psychologiques alors que j’y vois un travail d’idéologue.]

              Une obsession n’est pas forcément pathologique. Mais oui, parler d’obsession implique chercher une motivation dans le passé psychique de l’individu. Et il me semble assez évident que l’expérience de Zemmour, petit juif d’Afrique du Nord chassé de sa terre natale dans des conditions traumatiques, joue un grand rôle, pas tant dans son positionnement idéologique que dans son besoin de le répéter à tout propos et hors de propos.

            • Gugus69 dit :

              Certes, mais quand on finit par expliquer que le poulet du dimanche est mal cuit par la lutte des classes, il y a quelque chose qui ne va pas.
               
              Moi, quand j’étais petit, mon père allait vendre l’Huma Dimanche avec ses copains sur le marché dominical. Et on ne savait pas avec certitude quand (et dans quel état de joyeuseté) il allait rentrer.
              Aussi, bien souvent, le poulet était trop cuit ou franchement cramé ou déjà froid.
              Saloperie de lutte des classes ! Moi qui aime tant le poulet…

            • Descartes dit :

              @ Gugus69

              [Aussi, bien souvent, le poulet était trop cuit ou franchement cramé ou déjà froid.]

              Ma grande mère sortait le poulet quand il lui restait encore dix minutes pour être cuit, et le réservait à coté dans une cocotte. Elle le remettait au four lorsque “les hommes” (mon grand père et moi) rentrions du marché! Elle avait un secret pour éviter que le poulet ne sèche… qu’elle a emporté dans la tombe.

            • @ Descartes,
               
              [Cela étant dit, vous avez raison de penser qu’une partie non négligeable de l’électorat de Roussel est « nostalgique de l’époque Marchais ».]
              Et en quoi cette nostalgie pourrait-elle, en toute honnêteté, déboucher sur quelque chose de plus constructif que celle qui anime les électeurs de Zemmour? Je me le demande.
               
              Admettons que Roussel ait réussi l’exploit de faire 5-6 % avec un Mélenchon autour de 15 %. Y aurait-il vraiment eu matière à se réjouir?
               
              [Ceux qui professent ce type de nostalgie veulent revenir non pas au règne de Philippe Auguste ou de Louis XI, mais à une version idéalisée de ce que pouvait être le Moyen-Age.]
              J’irai même plus loin: il s’agit de revenir à une version idéalisée du passé tout en gardant les commodités de la modernité. Les islamistes nostalgiques de l’époque du prophète veulent s’habiller comme au VII° siècle, prier comme au VII° siècle, appliquer des normes du VII° siècle… tout en roulant en BMW, en utilisant un iphone et en se faisant soigner avec la médecine moderne.
               
              [Mais on bêle « tolérance, tolérance » sans jamais chercher à construire une théorie de la tolérance.]
              Je ne sais plus qui disait: “La tolérance? Il y a des maisons pour ça”. Clemenceau peut-être.
               
              [Mais s’agit-il d’une explication générale, perceptible au niveau des grands phénomènes collectifs, ou d’une explication micro-sociale, s’appliquant à TOUS les évènements de la vie ?]
              C’est une bonne question. Il ne me semble pas que Zemmour ait prétendu que, si le poulet était mal cuit le dimanche, c’était de la faute des musulmans. Maintenant, il faut bien comprendre comment un adepte de la théorie du Grand Remplacement – j’en suis un, je peux en parler – voit les choses: il y a un changement de population qui est en train de se produire dans certaines parties du territoire français. Le nombre de personnes d’une autre ethnie, d’une autre culture, d’une autre confession ne cesse de croître. Pour ceux qui sont au contact direct de cette réalité, il peut y avoir des changements au quotidien, parce qu’une autre sociabilité se met en place, d’autres habitudes s’instaurent, des tensions apparaissent parfois. Et ce n’est pas très agréable de se sentir étranger dans son propre pays.
               
              Il y a les statistiques, le phénomène global, et il y a les implications dans la vie de tous les jours. On peut toujours dire que les gens qui votent Zemmour ne sont pas confrontés directement aux impacts négatifs du phénomène qu’ils disent redouter. Après tout, Zemmour a fait de très bons scores à Saint-Tropez ou, dans mon département, à Chambord, alors que la situation dans ces communes n’a rien à voir avec celle qu’on rencontre à Trappes ou à Aulnay-sous-bois. Cependant, je vis pour ma part dans un secteur urbain où les conséquences de l’immigration incontrôlée et de l’islamisation sont visibles (même mes collègues “de gauche” sont épouvantés, c’est dire). Le discours de Zemmour m’a logiquement touché en ce qu’il a fait écho à mes inquiétudes. 
               
              Eric Zemmour a choisi de mettre au centre de son discours la problématique identitaire. Mais, en laissant de côté les thématiques sociales, il ne pouvait que s’adresser à un électorat bourgeois et petit-bourgeois qui, d’une certaine façon, peut se payer le luxe de faire de la question identitaire une priorité dans la mesure où ces catégories ne sont pas touchées par la précarité économique. D’ailleurs, l’honnêteté m’oblige à le reconnaître: je suis moi-même un “petit-bourgeois” au sens où j’ai un niveau de vie de correct, je suis relativement à l’abri du besoin et je n’ai pas trop à me soucier de la concurrence sur le marché de l’emploi car je bénéficie de la sécurité de l’emploi en tant que fonctionnaire. Les fins de mois n’étant pas un problème, je peux en quelque sorte m’inquiéter de l’avenir de la civilisation française. Mais tout le monde, j’en conviens, n’est pas dans cette situation.
               
              Eric Zemmour est clairement moins à l’aise que Marine le Pen sur les thématiques sociales, mais contrairement à vous, je reproche à celle-ci d’avoir mis en veilleuse son discours sur l’islam et l’immigration. Je me méfie un peu du discours qui consiste à affirmer que les questions sociales et économiques sont le SEUL vrai problème de la société française. Une nation n’est pas une entreprise, c’est une entité historique, politique et culturelle. En ce qui me concerne, j’ai voté Zemmour parce que justement j’ai apprécié sa virulence contre l’islam et l’immigration, sujets sur lesquels le RN est devenu plus mou je trouve.
               
              Là où je pense le discours de Zemmour pèche, c’est sur la question de la grandeur: en effet, Zemmour veut redonner à la France sa grandeur, mais il ne mène pas une réelle réflexion sur les moyens de cette politique, et notamment sur l’instrument de celle-ci, à savoir l’Etat. Difficile en effet de restaurer l’Etat en promettant des baisses de dépenses publiques et d’impôts, à moins (peut-être) d’opter pour une recentralisation.
               
              [Et il me semble assez évident que l’expérience de Zemmour, petit juif d’Afrique du Nord chassé de sa terre natale dans des conditions traumatiques,]
              Je ne vous suis qu’à moitié: Zemmour est né en 58 en métropole, où sa famille s’est installée dès 52, avant le début de la guerre d’Algérie, donc. Difficile de dire que Zemmour et les siens ont été “chassés” au sens strict.

            • Descartes dit :

              @ nationaliste-ethniciste

              [« Cela étant dit, vous avez raison de penser qu’une partie non négligeable de l’électorat de Roussel est « nostalgique de l’époque Marchais ». » Et en quoi cette nostalgie pourrait-elle, en toute honnêteté, déboucher sur quelque chose de plus constructif que celle qui anime les électeurs de Zemmour? Je me le demande.]

              Encore une fois, lorsque j’ai dit qu’une nostalgie ne fait pas une politique, je ne parle pas de la nostalgie des ELECTEURS de Zemmour, mais de la nostalgie de Zemmour lui-même. La nostalgie des électeurs est un instrument de mobilisation puissant, et cela dans tous les partis. L’idéalisation d’un passé qui sert de référence est un élément commun à toutes les organisations, du NPA qui idéalise 1917 aux cathos tradi qui idéalisent Jeanne d’Arc. Mais si l’homme politique peut faire appel à cet instrument, il ne faut pas qu’il en soit dupe. C’est pour moi le problème essentiel de Zemmour.

              [Admettons que Roussel ait réussi l’exploit de faire 5-6 % avec un Mélenchon autour de 15 %. Y aurait-il vraiment eu matière à se réjouir ?]

              Ça dépend pour qui. Un combat se joue à l’intérieur du PCF, entre une ligne qu’on pourrait qualifier de « marchaisienne » qui soutient l’idée d’un « parti de la classe ouvrière » dont l’action serait centrée sur les questions économiques et sociales et qui reprendrait l’héritage rationaliste et scientiste du communisme orthodoxe, et une ligne qu’on peut qualifier de « gauchiste » liée aux intérêts des classes intermédiaires, et qui milite pour l’abandon de l’héritage et la fusion dans une « gauche radicale » style LFI. C’est cette deuxième ligne qui prend le pouvoir avec Robert Hue, et le garde avec Marie-George Buffet puis Pierre Laurent, tous partisans, vous l’aurez remarqué, d’un rapprochement du PCF avec le gauchisme. Les échecs de cette ligne, et la volonté de LFI d’imposer au PCF une vassalisation sans conditions ont provoqué un mouvement de fond parmi les militants qui a conduit à la défaite de Pierre Laurent au dernier congrès, et de l’arrivée de Fabien Roussel avec un mandat explicite de conduire une candidature communiste séparée de LFI aux présidentielles.

              Un très bon résultat de Roussel – les 5-6% dont vous parlez – auraient consacré et renforcé ce choix politique à l’intérieur du PCF. Cela vous est peut-être indifférent, mais pour moi – et pour beaucoup de gens que je connais et dont le parcours militant mérite les honneurs – cela change pas mal de choses. Accessoirement, je ne sais pas si la candidature Roussel a privé le Gourou de deuxième tour. Mais si c’est le cas, je ne peux que m’en féliciter. L’un des objectifs de cette candidature, pour moi, était de transmettre à LFI un message : la volonté hégémonique n’est pas la meilleure stratégie.

              [« Mais on bêle « tolérance, tolérance » sans jamais chercher à construire une théorie de la tolérance. » Je ne sais plus qui disait: “La tolérance? Il y a des maisons pour ça”. Clemenceau peut-être.]

              Oui, tout à fait. Et son commentaire illustre le fait qu’à l’époque, on ne sacralisait pas la tolérance comme principe d’ordre social. Malheureusement, depuis quelques années on a sacralisé la tolérance sans prendre la peine de réfléchir sur ce que veut dire exactement ce terme, quelles sont ses limites – notamment la question de la réciprocité – et quelle est la fonction sociale de l’intolérance.

              [C’est une bonne question. Il ne me semble pas que Zemmour ait prétendu que, si le poulet était mal cuit le dimanche, c’était de la faute des musulmans.]

              Je n’ai pas d’exemple précis sous la main, mais l’impression que donnait son discours était celle-là. Il me faisait penser à la scène finale du film « Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes » (que je vous conseille par ailleurs vivement) ou la protagoniste du film, militante communiste obsessionnelle, déclare que « lorsqu’il y aurai le communisme, il n’y aura plus de peines de cœur ». A entendre Zemmour, on avait l’impression que si par magie les musulmans disparaissaient, tous les problèmes seraient réglés.

              [Maintenant, il faut bien comprendre comment un adepte de la théorie du Grand Remplacement – j’en suis un, je peux en parler – voit les choses:]

              Permettez-moi de vous contredire : la « théorie du grand remplacement » ne se contente pas de constater, comme vous le faites, qu’un « changement de population est en train de se produire dans certaines parties du territoire ». Ca, c’est une constatation factuelle qui n’a rien de « théorique ». La « théorie » en question affirme que ce changement est VOULU par des forces obscures, des puissances qui l’organisent sciemment. Pensez-vous que ce soit vraiment le cas ?

              [Pour ceux qui sont au contact direct de cette réalité, il peut y avoir des changements au quotidien, parce qu’une autre sociabilité se met en place, d’autres habitudes s’instaurent, des tensions apparaissent parfois. Et ce n’est pas très agréable de se sentir étranger dans son propre pays.]

              Tout à fait. Je n’ai jamais dit que la présence de ces populations et le manque de volonté de les assimiler ne pose pas des problèmes. Ce qui me dérange, c’est quand on passe de « pose des problèmes » à « explique TOUS les problèmes ».

              [Il y a les statistiques, le phénomène global, et il y a les implications dans la vie de tous les jours. On peut toujours dire que les gens qui votent Zemmour ne sont pas confrontés directement aux impacts négatifs du phénomène qu’ils disent redouter.]

              Vous semblez toujours confondre Zemmour est ses électeurs. Quand je parle « d’obsession », je parle de Zemmour. Je ne sais pas quelles sont les obsessions – s’ils en ont – de ses électeurs.

              [Eric Zemmour a choisi de mettre au centre de son discours la problématique identitaire.]

              Oui, mais on peut mettre une thématique « au centre » sans en faire une « obsession ». Je conçois que son discours vous ait touché, parce que vous aussi – sans vouloir vous offenser – avez une certaine tendance à être obsédé par cette problématique. Mais d’autres personnes qui partagent jusqu’à un certain point le diagnostic sans pour autant en faire l’alpha et l’oméga de toute politique, et qui auraient pu être attirés par un discours identitaire, ont été rebutées par cette incapacité à prendre un peu de distance avec le sujet. Outre ses positions droitières en matière économique est social, je pense que c’est là qu’on trouve la limite de son exercice.

              [Eric Zemmour est clairement moins à l’aise que Marine le Pen sur les thématiques sociales, mais contrairement à vous, je reproche à celle-ci d’avoir mis en veilleuse son discours sur l’islam et l’immigration. Je me méfie un peu du discours qui consiste à affirmer que les questions sociales et économiques sont le SEUL vrai problème de la société française. Une nation n’est pas une entreprise, c’est une entité historique, politique et culturelle.]

              Tout à fait. Mais c’est dans le débat sur les questions économiques et sociales que se trouvent les clés de l’assimilation, et donc une partie de la solution à votre problème « identitaire ». Avec l’école, l’usine a été un grand assimilateur. La solidarité d’atelier, les luttes politiques et syndicales, le brassage obligatoire ont fait plus pour acculturer les nouveaux arrivants à la sociabilité et au cadre français que n’importe quelle politique d’intégration. Personnellement, je pense que la sourdine mise par MLP sur ces questions est intelligente : sur ces questions, sa trajectoire parle pour elle, elle n’a pas besoin d’en rajouter.

              [En ce qui me concerne, j’ai voté Zemmour parce que justement j’ai apprécié sa virulence contre l’islam et l’immigration, sujets sur lesquels le RN est devenu plus mou je trouve.]

              Oui, mais un discours qui ne touche que les convaincus n’est pas un bon discours en politique.

              [Là où je pense le discours de Zemmour pèche, c’est sur la question de la grandeur: en effet, Zemmour veut redonner à la France sa grandeur, mais il ne mène pas une réelle réflexion sur les moyens de cette politique, et notamment sur l’instrument de celle-ci, à savoir l’Etat. Difficile en effet de restaurer l’Etat en promettant des baisses de dépenses publiques et d’impôts, à moins (peut-être) d’opter pour une recentralisation.]

              C’est là une de ses – nombreuses – concessions à un électorat bourgeois, réactionnaire en matière économique et sociale…

              [« Et il me semble assez évident que l’expérience de Zemmour, petit juif d’Afrique du Nord chassé de sa terre natale dans des conditions traumatiques, » Je ne vous suis qu’à moitié: Zemmour est né en 58 en métropole, où sa famille s’est installée dès 52, avant le début de la guerre d’Algérie, donc. Difficile de dire que Zemmour et les siens ont été “chassés” au sens strict.]

              Je parlais, vous l’aurez compris, au sens figuré. Zemmour est né en France, mais ses parents ont quitté Sétif certes avant le début de la guerre, mais dans un contexte de montée des tensions, et alors que le souvenir des émeutes de Sétif de 1945 – plusieurs milliers de morts, les chiffres ne sont pas établies avec certitude – est encore présent.

            • @ Descartes,
               
              [Ça dépend pour qui. Un combat se joue à l’intérieur du PCF, entre une ligne qu’on pourrait qualifier de « marchaisienne » qui soutient l’idée d’un « parti de la classe ouvrière » dont l’action serait centrée sur les questions économiques et sociales et qui reprendrait l’héritage rationaliste et scientiste du communisme orthodoxe, et une ligne qu’on peut qualifier de « gauchiste » liée aux intérêts des classes intermédiaires, et qui milite pour l’abandon de l’héritage et la fusion dans une « gauche radicale » style LFI. C’est cette deuxième ligne qui prend le pouvoir avec Robert Hue, et le garde avec Marie-George Buffet puis Pierre Laurent, tous partisans, vous l’aurez remarqué, d’un rapprochement du PCF avec le gauchisme.]
              J’entends votre argument mais je suis un peu sceptique. Je vous tiens pour un homme d’honneur et de conviction. Si vous-même, malgré votre attachement au PCF et votre optimisme méthodologique, avez claqué la porte, je me demande en toute honnêteté qui a bien pu rester pour essayer de “réorienter” le PCF sur une ligne “marchaisienne”. Je présume en effet que vous n’avez pas été le seul à quitter le parti en constatant les dérives de l’ère Hue-Buffet. Je suppose par ailleurs que les tenants du “communisme orthodoxe”, outre leur nombre réduit, doivent avoir un certain âge. Dans ces conditions, pensez-vous vraiment que la ligne que vous soutenez ait quelque chance de reprendre l’avantage au sein du PCF? La candidature Roussel est-elle le signe d’une réorientation du PCF ou plus prosaïquement une réaction de colère face à l’attitude franchement désagréable de Mélenchon et cie? Pour le dire autrement, êtes-vous certain que votre analyse est la bonne?
               
              Dernière question sur ce point: ne pensez-vous pas que vous seriez plus utile à Roussel (en admettant qu’il représente un retour à la “ligne Marchais”) comme membre du PCF que comme “observateur extérieur”? 
               
              [Cela vous est peut-être indifférent, mais pour moi – et pour beaucoup de gens que je connais et dont le parcours militant mérite les honneurs – cela change pas mal de choses.]
              Parce que ça vous aurait donné une revanche tardive sur les partisans de la “mutation” voulue par Hue-Buffet? Je peux comprendre la satisfaction de voir châtiés ceux-là même qui ont fourvoyé le parti auquel, j’en suis certain, vous avez consacré une part non-négligeable de votre temps. De là à en conclure que “cela change pas mal de choses”…
               
              Mais admettons. Donc Roussel aurait fait 5-6 %. Il tente alors d’impulser une dynamique de reconquête des classes populaires. Imaginons que ça marche: le PCF atteint les 10 %, et redevient une force avec laquelle il faut compter. Les élites bienpensantes ressortent du placard leur rhétorique de la guerre froide. Jean-Michel Apathie et Patrick Cohen fulminent contre le retour du “péril rouge” qu’on croyait mort et enterré. Selon la théorie des vases communicants, la montée du PCF s’accompagne d’un tassement du RN, disons autour de 15 %. Sentant la menace, Marine le Pen opte pour un discours plus offensif contre le PCF. L’électorat populaire, aujourd’hui plutôt acquis au RN, se retrouve partagé entre celui-ci et le PCF. Quel intérêt?
               
              [L’un des objectifs de cette candidature, pour moi, était de transmettre à LFI un message : la volonté hégémonique n’est pas la meilleure stratégie.]
              D’un autre côté, une alliance paraît impossible: le communisme orthodoxe et le gauchisme sont tout bonnement irréconciliables.
               
              [A entendre Zemmour, on avait l’impression que si par magie les musulmans disparaissaient, tous les problèmes seraient réglés.]
              Ce n’est pas tout à fait ce que je l’ai entendu dire. Il a dit plusieurs fois considérer que la question identitaire est à ses yeux prioritaire, mais que d’autres problèmes doivent être réglés sur le plan économique. Il y a ce que dit Zemmour, et ce que les autres lui font dire. Mais passons.
               
              [La « théorie » en question affirme que ce changement est VOULU par des forces obscures, des puissances qui l’organisent sciemment. Pensez-vous que ce soit vraiment le cas ?]
              Pardon, la théorie du Grand Remplacement, si elle est effectivement mise à la sauce complotiste par certains, ne l’est pas par tout le monde. A ma connaissance, Eric Zemmour, qui emploie l’expression “Grand Remplacement”, ne tient pas de propos complotistes. Il accuse certains de ne rien faire, par lâcheté ou par faiblesse, il accuse certains gauchistes de s’en réjouir (accusation qui n’est pas totalement infondée d’ailleurs), mais je ne crois pas qu’il ait jamais soutenu qu’un comité secret se réunit quelque part pour planifier le Grand Remplacement… Mais peut-être avez-vous vu passer des propos de sa part qui m’auraient échappé?
               
              [Je conçois que son discours vous ait touché, parce que vous aussi – sans vouloir vous offenser – avez une certaine tendance à être obsédé par cette problématique.]
              Vous m’accorderez que j’ai toujours assumé cette tendance… Mais dites-vous bien qu’une bonne partie des électeurs de Zemmour partage certainement cette obsession. S’il n’y avait que Zemmour et moi, ce serait anecdotique. Mais quand on frise les 2,5 millions d’électeurs, c’est peut-être quand même qu’il y a une réelle inquiétude dans le pays sur cette thématique, surtout si l’on admet que, gagnés par le vote utile en faveur de le Pen, certains électeurs qui partagent dans une large mesure les idées de Zemmour n’ont finalement pas voté pour lui. Zemmour a perdu les élections, soit. Mais 2,5 millions de voix pour un candidat identitaire, ce n’est pas si mal. 
               
              [Mais d’autres personnes qui partagent jusqu’à un certain point le diagnostic sans pour autant en faire l’alpha et l’oméga de toute politique, et qui auraient pu être attirés par un discours identitaire, ont été rebutées par cette incapacité à prendre un peu de distance avec le sujet.]
              Autrement dit, des gens tentés par un vote identitaire s’en sont détournés parce que Zemmour a tenu un discours trop identitaire? C’est bizarre…
               
              [La solidarité d’atelier, les luttes politiques et syndicales, le brassage obligatoire ont fait plus pour acculturer les nouveaux arrivants à la sociabilité et au cadre français que n’importe quelle politique d’intégration.]
              Oui, mais ça, c’était pendant les Trente Glorieuses. Maintenant que la situation économique s’est dégradée et qu’il faut se résigner à une croissance faible, une partie des immigrés n’a pas d’avenir en France. La réindustrialisation, comme vous, je l’appelle de mes voeux, et comme vous, je pense qu’elle règlera certains de nos problèmes. Mais je suis moins convaincu que vous qu’elle résoudra TOUS les problèmes. D’autant que la France, vu le coût de sa main-d’oeuvre, doit viser une industrie tournée vers des productions assez sophistiquées pour être rentable. Or ce sont des secteurs où on a besoin de gens très qualifiés et pas forcément d’une main-d’oeuvre pléthorique.

            • Descartes dit :

              @ nationaliste-ethniciste

              [J’entends votre argument mais je suis un peu sceptique. Je vous tiens pour un homme d’honneur et de conviction. Si vous-même, malgré votre attachement au PCF et votre optimisme méthodologique, avez claqué la porte, je me demande en toute honnêteté qui a bien pu rester pour essayer de “réorienter” le PCF sur une ligne “marchaisienne”.]

              Je vous réponds : des gens souvent âgés, pour qui la sociabilité communiste reste essentielle, et qui n’ont pas voulu rompre avec des camarades qui sont aussi des amis, des partenaires dans toutes sortes d’activités associatives ou culturelles. On y trouve aussi des gens qui militent dans des structures qui sont restées largement « marchaisiennes » (certaines fédérations, comme celle du Pas de Calais, par exemple). Vous savez, si je suis parti c’est parce que dans la structure ou je militais il n’y avait pratiquement que des militants des « classes intermédiaires » qui ne juraient que par la « mutation » à la sauce Hue et répétaient le nouveau catéchisme comme des perroquets. Je suis parti plus par ennui, parce que je n’avais plus d’interlocuteurs avec qui débattre, qu’à cause des désaccords – que j’estime normaux dans tout parti politique.

              [Je présume en effet que vous n’avez pas été le seul à quitter le parti en constatant les dérives de l’ère Hue-Buffet. Je suppose par ailleurs que les tenants du “communisme orthodoxe”, outre leur nombre réduit, doivent avoir un certain âge. Dans ces conditions, pensez-vous vraiment que la ligne que vous soutenez ait quelque chance de reprendre l’avantage au sein du PCF ?]

              Oui, parce que je remarque qu’il y a une jeunesse déboussolée et qui cherche des repères solides. Vous savez, dans toutes les églises on voit que l’orthodoxie est sur le retour…

              [La candidature Roussel est-elle le signe d’une réorientation du PCF ou plus prosaïquement une réaction de colère face à l’attitude franchement désagréable de Mélenchon et cie? Pour le dire autrement, êtes-vous certain que votre analyse est la bonne?]

              Non. Mais c’est là qu’intervient mon optimisme méthodologique. Si mon analyse est juste, il y a là un mouvement qui mérite d’être soutenu. Si je fais erreur, et ce n’est qu’une réaction de colère, on n’aura rien perdu à la soutenir. Vous reconnaissez je pense le raisonnement pascalien…

              [Dernière question sur ce point : ne pensez-vous pas que vous seriez plus utile à Roussel (en admettant qu’il représente un retour à la “ligne Marchais”) comme membre du PCF que comme “observateur extérieur” ?]

              Je n’exclus pas la possibilité de réadhérer si cela devenait intéressant. Mais il faut aussi tenir compte de l’équation personnelle. Dans le territoire ou j’habite, les personnages néfastes de l’ère Hue sont toujours là, et toujours impénitents. Impossible dans ces conditions d’imaginer une véritale sociabilité militante. Et sans cette sociabilité, je n’ai pas aujourd’hui la patience pour avaler les couleuvres qu’implique toute activité militante. Je pense que je peux être bien plus utile au PCF en réfléchissant de l’extérieur avec ses militants. J’ai passé l’âge de coller des affiches.

              [« Cela vous est peut-être indifférent, mais pour moi – et pour beaucoup de gens que je connais et dont le parcours militant mérite les honneurs – cela change pas mal de choses. » (…) Je peux comprendre la satisfaction de voir châtiés ceux-là même qui ont fourvoyé le parti auquel, j’en suis certain, vous avez consacré une part non-négligeable de votre temps. De là à en conclure que “cela change pas mal de choses”…]

              Ce n’est pas seulement une question de vengeance – quoi que cela ne fait pas de mal. C’est surtout que cela donne à ces gens le courage de continuer. Vous savez, les militants communistes se sont pris tarte sur tarte pendant trente ans… c’est déjà un miracle que le PCF soit toujours là. Une petite victoire de temps en temps, cela conforte les troupes.

              [Mais admettons. Donc Roussel aurait fait 5-6 %. Il tente alors d’impulser une dynamique de reconquête des classes populaires. Imaginons que ça marche : le PCF atteint les 10 %, et redevient une force avec laquelle il faut compter. Les élites bienpensantes ressortent du placard leur rhétorique de la guerre froide. Jean-Michel Apathie et Patrick Cohen fulminent contre le retour du “péril rouge” qu’on croyait mort et enterré. Selon la théorie des vases communicants, la montée du PCF s’accompagne d’un tassement du RN, disons autour de 15 %. Sentant la menace, Marine le Pen opte pour un discours plus offensif contre le PCF. L’électorat populaire, aujourd’hui plutôt acquis au RN, se retrouve partagé entre celui-ci et le PCF. Quel intérêt ?]

              Puisqu’on fait de la politique fiction, continuons : si le RN et le PCF sont en concurrence pour l’électorat populaire, cela veut dire que les deux organisations vont travailler dans cette direction, cherchant à élaborer des propositions toujours plus crédibles, mieux pensées, mieux argumentées. Et cette émulation pourrait sortir de leur torpeur des gens qui aujourd’hui se réfugient dans l’abstention. Car c’est à mon avis là que se trouve la clé : la concurrence entre les partis « populaires » n’est pas un jeu à somme nulle : plus il y aura de concurrence sur le créneau, et plus les abstentionnistes iront voter. Et in fine, on retrouvera le modèle où le centre est obligé de faire des concessions, sous peine de voir le pays devenir ingouvernable sous le poids des extrêmes…

              [« L’un des objectifs de cette candidature, pour moi, était de transmettre à LFI un message : la volonté hégémonique n’est pas la meilleure stratégie. » D’un autre côté, une alliance paraît impossible : le communisme orthodoxe et le gauchisme sont tout bonnement irréconciliables.]

              Le gaullisme et le communisme étaient « irréconciliables », mais cela ne les a pas empêché de faire des compromis… Je ne vois pas une « alliance » entre gauchistes et communistes orthodoxes, mais un compromis sur la base d’un certain nombre de priorités ne me paraît pas totalement exclu.

              [Pardon, la théorie du Grand Remplacement, si elle est effectivement mise à la sauce complotiste par certains, ne l’est pas par tout le monde. A ma connaissance, Eric Zemmour, qui emploie l’expression “Grand Remplacement”, ne tient pas de propos complotistes.]

              Je suis d’accord. Je pense qu’il s’est laissé piéger en manifestant son adhésion à cette « théorie » – et accessoirement, je pense que vous aussi, lorsque vous dites le faire, avez tort de ne pas prendre en compte cet aspect. On peut accuser Zemmour de beaucoup de choses, mais sa vision n’est pas complotiste.

              [« Je conçois que son discours vous ait touché, parce que vous aussi – sans vouloir vous offenser – avez une certaine tendance à être obsédé par cette problématique. » Vous m’accorderez que j’ai toujours assumé cette tendance…]

              Je vous l’accorde volontiers.

              [Mais dites-vous bien qu’une bonne partie des électeurs de Zemmour partage certainement cette obsession. S’il n’y avait que Zemmour et moi, ce serait anecdotique. Mais quand on frise les 2,5 millions d’électeurs, c’est peut-être quand même qu’il y a une réelle inquiétude dans le pays sur cette thématique, surtout si l’on admet que, gagnés par le vote utile en faveur de le Pen, certains électeurs qui partagent dans une large mesure les idées de Zemmour n’ont finalement pas voté pour lui. Zemmour a perdu les élections, soit. Mais 2,5 millions de voix pour un candidat identitaire, ce n’est pas si mal.]

              Bien sûr. C’est un peu ce que je voulais dire lorsque j’écrivais que si la candidature de Zemmour était POLITIQUEMENT inutile, elle avait permis à l’électorat de s’exprimer sur des problématiques réelles. En ce sens, on peut parler à propos de Zemmour comme des Gilets Jaunes d’un phénomène EXPRESSIF plutôt que d’un phénomène POLITIQUE. Ce sont des mouvements qui posent un problème plutôt que de proposer une action pour le résoudre. Ce vote nous dit « il faut faire quelque chose », mais ne nous dit pas quoi.

              [Autrement dit, des gens tentés par un vote identitaire s’en sont détournés parce que Zemmour a tenu un discours trop identitaire? C’est bizarre…]

              Non. Des gens qui sont tentés par un vote identitaire s’en sont détournés parce que Zemmour a tenu un discours bêtement identitaire. On peut tenir un discours identitaire tout en prenant un minimum de distance avec le sujet. De ce point de vue, le FN sous Philippot était beaucoup plus habile : il tenait un discours identitaire mais rattachait l’identité à une multiplicité d’éléments, au lieu d’un seul répété obsessionnellement, comme le fait Zemmour.

              [Oui, mais ça, c’était pendant les Trente Glorieuses. Maintenant que la situation économique s’est dégradée et qu’il faut se résigner à une croissance faible, une partie des immigrés n’a pas d’avenir en France. La réindustrialisation, comme vous, je l’appelle de mes voeux, et comme vous, je pense qu’elle règlera certains de nos problèmes. Mais je suis moins convaincu que vous qu’elle résoudra TOUS les problèmes. D’autant que la France, vu le coût de sa main-d’oeuvre, doit viser une industrie tournée vers des productions assez sophistiquées pour être rentable. Or ce sont des secteurs où on a besoin de gens très qualifiés et pas forcément d’une main-d’oeuvre pléthorique.]

              Comme vous, je suis partisan d’une restriction drastique dans l’immigration nouvelle. Mais ceux qui sont déjà installés sur notre territoire légalement posent des problèmes qui ne peuvent être résolus que par l’assimilation. Et cela suppose de renforcer les deux institutions qui assimilent : l’école et le travail.

            • @ Descartes,
               
              [Vous savez, dans toutes les églises on voit que l’orthodoxie est sur le retour…]
              Chez les catholiques, ce n’est pas très clair. On en avait l’impression sous le pontificat de Benoît XVI, un pape très attaché à la tradition. Avec François, on ne sait plus trop…
               
              [Et cette émulation pourrait sortir de leur torpeur des gens qui aujourd’hui se réfugient dans l’abstention. Car c’est à mon avis là que se trouve la clé : la concurrence entre les partis « populaires » n’est pas un jeu à somme nulle : plus il y aura de concurrence sur le créneau, et plus les abstentionnistes iront voter. Et in fine, on retrouvera le modèle où le centre est obligé de faire des concessions, sous peine de voir le pays devenir ingouvernable sous le poids des extrêmes…]
              Votre raisonnement se tient et votre scénario est fort plausible, je dois l’admettre. Difficile de vous prendre en défaut, une fois de plus.
               
              [Le gaullisme et le communisme étaient « irréconciliables », mais cela ne les a pas empêché de faire des compromis…]
              J’attire votre attention sur le fait que gaullistes et communistes n’ont partagé le pouvoir que durant ce moment très particulier de la Libération (1944-1946) où flottait une atmosphère d’union sacrée. Après 58, il y a sans doute une forme d’entente tacite, mais qui reste implicite et masquée derrière une opposition affirmée. Or j’avais cru comprendre que les gauchistes de LFI et les communistes orthodoxes aspiraient à gouverner le pays en participant à la même majorité et au même gouvernement.
               
              [mais un compromis sur la base d’un certain nombre de priorités ne me paraît pas totalement exclu.]
              Comment serait-ce possible alors que gauchistes et communistes orthodoxes défendent des intérêts parfaitement antagonistes? Pour ne prendre qu’un exemple qui vous tient à coeur, les gauchistes sont vent debout contre l’assimilation. Alors à quelles priorités pensez-vous?
               
              [Je pense qu’il s’est laissé piéger en manifestant son adhésion à cette « théorie » – et accessoirement, je pense que vous aussi, lorsque vous dites le faire, avez tort de ne pas prendre en compte cet aspect.]
              Je ne peux pas parler pour Zemmour, mais en ce qui me concerne, lorsque j’évoque le Grand Remplacement, je précise régulièrement que ce n’est pas dans un sens complotiste. Je l’ai déjà indiqué lors de nos échanges. Et je le répéterai aussi souvent que nécessaire.
               
              [En ce sens, on peut parler à propos de Zemmour comme des Gilets Jaunes d’un phénomène EXPRESSIF plutôt que d’un phénomène POLITIQUE.]
              Sur le fond, je suis d’accord avec vous. Mais condamnez-vous à titre personnel ce genre de candidature “expressive”, ou de témoignage, pourrait-on dire? Moi non. Je pense qu’une élection peut avoir plusieurs fonctions: celle de choisir ceux qui nous dirigent, certes. Mais aussi une manière de “prendre la température”, d’envoyer un message à nos élites, de leur signifier “ce qui ne va pas dans leur royaume” pour reprendre les termes du curé du film La Révolution Française au moment où les villageois s’apprêtent à rédiger le cahier de doléances.
              Aucun des candidats susceptibles de gouverner le pays ne m’intéressait, et je n’avais pas envie de voter Marine le Pen, du moins au 1er tour. Si Zemmour ne s’était pas présenté, je ne serais pas allé voter. 
               
              [Ce sont des mouvements qui posent un problème plutôt que de proposer une action pour le résoudre. Ce vote nous dit « il faut faire quelque chose », mais ne nous dit pas quoi.]
              Je suis d’accord. Que Zemmour ne soit pas élu n’est pas pour moi une tragédie. Mais je me dis que s’il avait fait un meilleur score (et je trouve son résultat honorable malgré tout), peut-être que les gens au pouvoir auraient commencé à se dire qu’il fallait réguler l’immigration…
               
              [il tenait un discours identitaire mais rattachait l’identité à une multiplicité d’éléments, au lieu d’un seul répété obsessionnellement, comme le fait Zemmour.]
              Eh bien, je suis en partie d’accord avec vous: pour moi, Zemmour aurait dû lier la question de l’identité à celle de la reconstruction de l’Etat et de l’école, par exemple. Il aurait été, je pense, plus audible et aurait peut-être pu “mordre” sur les classes populaires. Mais est-ce que cela aurait compensé la perte d’une partie de l’électorat bourgeois réactionnaire? Pas sûr. En revanche, je ne lui reproche pas la virulence de sa rhétorique identitaire. Après tout, Jean-Marie le Pen a connu en son temps une ascension remarquable (jusqu’à se qualifier pour le 2nd tour d’une présidentielle!) avec un discours pas moins violent.
               
              [Mais ceux qui sont déjà installés sur notre territoire légalement posent des problèmes qui ne peuvent être résolus que par l’assimilation.]
              Je ferai quand même une distinction entre les immigrés qui ont la nationalité française et ceux qui ne l’ont pas. Les étrangers ayant une compétence rare et utile, il faut les garder. Mais les autres…

            • Descartes dit :

              @ nationaliste-ethniciste

              [« Vous savez, dans toutes les églises on voit que l’orthodoxie est sur le retour… » Chez les catholiques, ce n’est pas très clair. On en avait l’impression sous le pontificat de Benoît XVI, un pape très attaché à la tradition. Avec François, on ne sait plus trop…]

              Comme disait Mgr Marcinkus, les papes passent, l’Eglise demeure… Je pensais surtout à la religion des pauvres : dans l’ensemble de l’Amérique latine, de l’Asie, de l’Afrique ou de l’Orient on voit un retour à des formes de pratique religieuse plus orthodoxes. En France aussi, si l’on croit La Croix, après des années de baisse on assiste à une stabilisation et un début de reprise dans les baptêmes et les mariages religieux.

              [Votre raisonnement se tient et votre scénario est fort plausible, je dois l’admettre. Difficile de vous prendre en défaut, une fois de plus.]

              Vous me flattez… malheureusement, plausible ne veut pas dire vrai. Le score de Roussel, à supposer même que ce fut son intention, ne lui permettra pas de créer ce type d’émulation, d’autant moins qu’il sera noyé ces prochaines semaines dans la NUPES. En dernière instance, tout dépend du rapport de forces matériel : tant que les classes populaires seront prises dans un rapport très défavorable par rapport aux classes dominantes, tous ces scénarios sont improbables…

              [« Le gaullisme et le communisme étaient « irréconciliables », mais cela ne les a pas empêché de faire des compromis… » J’attire votre attention sur le fait que gaullistes et communistes n’ont partagé le pouvoir que durant ce moment très particulier de la Libération (1944-1946) où flottait une atmosphère d’union sacrée. Après 58, (…)]

              Vous oubliez la période 1947-58, pendant laquelle communistes et gaullistes ont refusé de concert toute concession aux politiques d’abandon de la « troisième force ». Le rejet de la CED est un bon exemple.

              [(…) il y a sans doute une forme d’entente tacite, mais qui reste implicite et masquée derrière une opposition affirmée. Or j’avais cru comprendre que les gauchistes de LFI et les communistes orthodoxes aspiraient à gouverner le pays en participant à la même majorité et au même gouvernement.]

              Seulement parce que tout le monde sait que Mélenchon n’a aucune chance d’être Premier ministre. J’ose espérer que si cette possibilité était vraiment dans les cartes, communistes et socialistes n’auraient jamais accepté de se mettre à table en laissant LFI choisir le menu… Mais sur le fond, vous avez raison : le « compromis » dont je parle peut prendre des formes très différentes. Celui entre gaullistes et communistes passa d’abord par un combat de positions, puis par un gouvernement commun, ensuite par une hostilité ouverte qui masquait des convergences dans l’action, et finalement par une sorte de « pacte de non-agression » et de soutien réciproque sur des question concrètes ou en situation de crise – comme en Mai 1968. La situation de 2022 n’est pas la même, et une « convergence » entre gauchistes et communistes – si tant est qu’elle soit dans les cartes – ne prendra pas la même forme. Cela étant dit, s’il y a eu une convergence possible entre gaullistes et « staliniens », c’est parce qu’ils partageaient un cadre de référence autour d’un certain nombre de valeurs : le patriotisme, la volonté de voir la France reprendre son rang, l’étatisme et le planisme en économie… je vois moins bien le cadre commun entre le PCF « tradi » et LFI…

              [« mais un compromis sur la base d’un certain nombre de priorités ne me paraît pas totalement exclu. » Comment serait-ce possible alors que gauchistes et communistes orthodoxes défendent des intérêts parfaitement antagonistes ? Pour ne prendre qu’un exemple qui vous tient à cœur, les gauchistes sont vent debout contre l’assimilation. Alors à quelles priorités pensez-vous ?]

              Je vous accorde le point. Je pensais en termes théoriques. Hic et nunc, je vois mal en effet les points de convergence entre un PCF « tradi » et LFI, en dehors d’une vague adhésion aux « valeurs de la gauche » – que d’ailleurs chacun interprète à sa façon.

              [« En ce sens, on peut parler à propos de Zemmour comme des Gilets Jaunes d’un phénomène EXPRESSIF plutôt que d’un phénomène POLITIQUE. » Sur le fond, je suis d’accord avec vous. Mais condamnez-vous à titre personnel ce genre de candidature “expressive”, ou de témoignage, pourrait-on dire ? Moi non.]

              Moi non plus. Pourquoi je la « condamnerais » ? La démocratie se construit aussi à partir de ce type de mouvements « expressifs », qui permettent à la société de prendre conscience qu’il y a un problème et de faire pression sur les « vrais » politiques pour qu’ils trouvent des solutions. Il n’y a aucune volonté de « condamner » dans mes propos. Je ne fais que signaler que ce type de mouvements trouve vite ses limites : une fois qu’il a posé le problème et exprimé le désarroi de ses mandants, il aura beaucoup de mal à passer à l’étape suivante, qui est celle de donner une traduction politique à cette expression. Le 7% d’un Zemmour qu’on donnait à 16% à un moment traduit ce problème.

              [Je suis d’accord. Que Zemmour ne soit pas élu n’est pas pour moi une tragédie. Mais je me dis que s’il avait fait un meilleur score (et je trouve son résultat honorable malgré tout), peut-être que les gens au pouvoir auraient commencé à se dire qu’il fallait réguler l’immigration…]

              Contrairement à la vision médiatique, je pense que la candidature de Zemmour est un succès. D’abord, parce qu’elle a secoué le Landerneau de la droite, et a obligé les autres candidats à prendre en compte des thèmes qui étaient absents de leur discours. Faire dire à un ancien commissaire européen qu’il fallait réviser la doctrine de la supériorité du droit européen sur le droit français n’est pas un mince succès. Ensuite, parce que faire 7% dans un contexte de vote utile, ce n’est pas rien. Parti de rien, refusant toute concession au « politiquement correct », il fait mieux que LR et le PS réunis. Enfin, parce qu’il a réussi à faire passer – pas assez certes, mais c’est un début – du débat comme pilier de la politique. Dans une campagne où tout débat a été refusé, il est le seul à avoir débattu avec d’autres candidats…

              [Eh bien, je suis en partie d’accord avec vous: pour moi, Zemmour aurait dû lier la question de l’identité à celle de la reconstruction de l’Etat et de l’école, par exemple. Il aurait été, je pense, plus audible et aurait peut-être pu “mordre” sur les classes populaires. Mais est-ce que cela aurait compensé la perte d’une partie de l’électorat bourgeois réactionnaire ? Pas sûr.]

              C’est tout le problème. Dans un contexte ou le rapport de forces est infiniment défavorable aux classes populaires, est-ce qu’on peut se permettre, pour les conquérir, de perdre ses soutiens dans les classes privilégiées ? That is the question, et la question se pose autant au PCF et qu’au FN… Je pense que le réservoir que représentent les couches populaires abstentionnistes est énorme, mais très difficile de mobiliser. D’où la difficulté. Mais dans la mesure ou la candidature de Zemmour est une candidature de témoignage, je pense qu’il aurait mieux fait de mettre son énorme capacité pédagogique au service d’un discours d’envergure, plutôt que d’appuyer en permanence sur le même bouton.

              [En revanche, je ne lui reproche pas la virulence de sa rhétorique identitaire. Après tout, Jean-Marie
              le Pen a connu en son temps une ascension remarquable (jusqu’à se qualifier pour le 2nd tour d’une présidentielle!) avec un discours pas moins violent.]

              Pour moi, le problème n’est pas la « violence de la rhétorique » – et franchement, si la rhétorique de Zemmour paraît violente, c’est qu’on a oublié ce qu’étaient les grandes confrontations idéologiques du XXème siècle. Les discours à l’eau tiède prononcés sous la contrainte de n’offenser personne et d’attraper tout le monde, ça va un moment.

              [« Mais ceux qui sont déjà installés sur notre territoire légalement posent des problèmes qui ne peuvent être résolus que par l’assimilation » Je ferai quand même une distinction entre les immigrés qui ont la nationalité française et ceux qui ne l’ont pas. Les étrangers ayant une compétence rare et utile, il faut les garder. Mais les autres…]

              Moi pas, justement parce que pour moi « être français » n’a jamais été une simple question de papiers. Au-delà du problème juridique, il y a pour moi un problème humain : ceux qui ont accepté nos lois, qui résident légalement, ont des droits. Qui ne sont pas ceux du citoyen, nous sommes d’accord, mais qui existent néanmoins. Et puis, il ne faut pas avoir une vision statique : les compétences rares ne sont pas données par dieu, elles s’acquièrent.

  16. Vincent dit :

    Commentaire qui n’a rien à voir, à propos des sanctions européennes contre la Russie…
     
    Ces sanctions sont censées servir de moyen de pression pour forcer à Russie à stopper sa guerre. Mais elles n’entreront en vigueur que dans 6 à 8 mois au mieux, avec des dérogations pour certains pays, qui iraient jusqu’à, au minimum, fin 2024…
     
    Que se passe-t-il si un arrêt des combats survient en Septembre ? La disparition des sanctions est-elle automatique ?
     
    Je ne suis pas au courant, mais je soupçonne qu’il n’est absolument pas dans l’intention de l’UE de lever les sanctions contre la Russie, quelle que soit la situation géopolitique…
     
    Je soupçonne même que c’est pour cette raison qu’il n’est absolument pas dans l’intention des USA de faire en sorte qu’il puisse y avoir une sortie de crise par la diplomatie: les USA auraient tout à y perdre: moins d’achats de gaz par l’UE, moins de ventes d’armes, et plus de moyen d’affaiblir la Russie…

    • Descartes dit :

      @ Vincent

      [Ces sanctions sont censées servir de moyen de pression pour forcer à Russie à stopper sa guerre. Mais elles n’entreront en vigueur que dans 6 à 8 mois au mieux, avec des dérogations pour certains pays, qui iraient jusqu’à, au minimum, fin 2024… Que se passe-t-il si un arrêt des combats survient en Septembre ? La disparition des sanctions est-elle automatique ?]

      Ce sera une décision politique, qui dépendra du contexte du moment et de l’analyse que les pouvoirs européens feront de leurs intérêts. Les sanctions ont un effet de court terme, et un effet de long terme. Sur le court terme, elles affaiblissent la Russie mais aussi les occidentaux, parce que dans une économie mondialisée fondée sur les flux tendus, toute perturbation des chaines d’approvisionnement a des effets catastrophiques. Tout se paye dans ce bas monde, et l’inflation n’est qu’une sorte d’impôt qui paye les coûts du « quoi qu’il en coûte » est ceux des sanctions – sans qu’il soit évident d’en faire le partage.

      Mais c’est sur le long terme que les effets sont problématiques. Les sanctions vont pousser la Russie – mais aussi d’autres pays qui pourraient craindre à l’avenir des mesures similaires – à changer les orientations de leur économie pour faire face à ce type d’éventualité. Ainsi, par exemple, la Russie pourrait décider de construire ses prochains gazoducs non pas vers l’Europe, mais vers la Chine. Beaucoup de pays préféreront s’approvisionner ailleurs qu’en Europe, sachant que les Européens obéiront au doigt et à l’œil aux sanctions décidées à Washington…

      [Je ne suis pas au courant, mais je soupçonne qu’il n’est absolument pas dans l’intention de l’UE de lever les sanctions contre la Russie, quelle que soit la situation géopolitique…]

      Je ne suis pas sûr. Les sanctions coûtent cher à la Russie, mais elles coûtent aussi très cher à l’Europe…

  17. Bonjour,
     
    Vu le marasme, il est urgent de renforcer République Souveraine. Les législatives sont très importantes pour le financement public.
     
    Lancez-vous !
     
    Pour être investis par République Souveraine, envoyez un petit et court CV politique, engagements politiques (une lettre de Motivation), la circonscription visée, les 2 ou 3 propositions parmi nos 50, que vous souhaitez défendre à l’Assemblée nationale.
     
    Pour qu’une candidature soit validée, il faut un trinôme : titulaire, suppléant, mandataire financier : à indiquer dans l’idéal. Mais République Souveraine peut fournir des noms pour compléter, si besoin.
     
    Pas besoin d’habiter sur la circonscription visée pour s’y présenter.
     
    Envoyer le tout à :
    legislatives2022@republique-souveraine.fr
     
    Souverainement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.